Eurovelo 8 Andalousie, une belle ambition, un fort potentiel vélotouristique

Eurovelo 8 Andalousie, une belle ambition, un fort potentiel vélotouristique

Tarifa, mardi 10 septembre, 11h. Le Ponente, le vent d'Est ibérique, souffle intensément sur la plage de sable fin de Bolonia. Je fais face au détroit de Gibraltar, les pieds dans l'eau. Derrière moi, l'Andalousie. De l'autre côté de la Méditerranée, la côte marocaine et les sommets du Djebel Musa.

Curieusement, ce n'est pas l'office du tourisme régional, mais l'agence de travaux publics d'Andalousie, qui m'a invité à prendre part à ce voyage d'étude. Objectif: Découvrir la partie andalouse de l'Eurovélo 8. Les voies cyclables déjà achevées (un peu), et ce qu'il reste à faire (beaucoup).

L'Eurovélo 8, c'est la "Ruta Mediterranea", ou la Route de la Méditerranée pour ceux qui dormaient en cours d'Espagnol. L'itinéraire officiel, lorsqu'il sera finalisé, vous permettra de rallier Athènes depuis la cité espagnole de Cadix, en longeant les côtes méditerranéennes, traversant l'Espagne, la France, l'Italie puis les Balkans. 12 pays traversés et 7560 km au total.

Le cyclotourisme, un nouvel espoir

L'agence de travaux publics andalouse nourrit de grands espoirs avec cette "Eurovelo Ocho". Dans une région peu dynamique et fortement touchée par le chômage comme elle nous l'explique, elle espère, avec le concours de l'office du tourisme, y développer l'activité économique grâce au cyclotourisme.

De grands espoirs donc, et une belle ambition de la part de l'homme qui gère le projet. Pablo Phélix Olivares, chef de projet et de travaux à l'AOPJA, s'est découvert il y a peu une vocation de cyclotouriste. Il affiche une grande motivation pour développer ce projet.

Pour cela, lui et son équipe s'appuient sur l'InterREG MED, un fonds européen créé spécialement pour développer l'intégralité de l'itinéraire EV8 et aider les différents pays à réaliser les travaux nécessaires. Ce projet est soutenu entre autre par la Fédération européenne des cyclistes (ECF) et le département des Alpes-Maritimes via le réseau Vélo & Territoires.

Toi, ma belle andalouse 

De l'ambition, des espoirs, mais aussi un énorme potentiel. C'est ce que j'ai pu découvrir durant ces trois jours d'itinérance vélo à travers cette région du sud espagnol.

L'Andalousie possède des atouts nombreux. Suffisamment pour en mettre plein la vue aux futur·e·s cyclotouristes qui viendront y poser leurs roues. Un climat méditerranéen bien sûr, mais aussi de grandes plages de sable fin, des eaux cristallines, des falaises, des forêts, des rios, des paysages de sierra à mi-chemin entre l'ambiance de Don Quichotte et l'action de Zorro (oui je sais, Zorro se passe en Californie).

L'un des jokers de l'Andalousie : ses parcs naturels. Ils sont au nombre de 22 au niveau régional et deux sont classés parcs nationaux. Et la bonne nouvelle, c'est que la région entends bien en faire profiter les cyclotouristes, en les autorisant à passer à travers.

Sur le même sujet  23es Rencontres Vélo & Territoires en Anjou 2019

Attention, cela ne signifie pas que vous pouvez vous rendre n'importe où à l'intérieur du parc. S'éloigner du tracé officiel dans certaines zones requiert une autorisation spéciale. Et les rangers locaux veillent au grain.

Certains parcs sont éloignés dans les terres. L'Eurovélo 8 traverse notamment le parque natural Los Alcornocales (photos ci-dessus), paysage montagneux et aride où vous pourrez voir des plantations de chênes-liège. Avec permission, nous avons eu l'occasion de nous aventurer pour les voir. Le chêne-liège est une culture très répandue dans la région.

D'autres parcs, comme celui Del Estrecho ("le détroit") surplombe la méditerranée et vous offre des vues à couper le souffle sur le détroit de Gibraltar.

Mais l'Andalousie entends aussi vous faire profiter d'une autre richesse, son patrimoine culturel. La région a connue de nombreuses colonisations successives au fil des âges.

Les peuples Ibères, Phéniciens, Carthaginois ont tout-à-tour occupé ce territoire, puis vint le tour des romains. S'en suivirent les querelles des empires coloniaux espagnoles, français et britanniques (la fameuse bataille de Trafalgar). Partout dans la région, on peut découvrir un héritage historique très fort.

La belle de Cadix

Elle est le point de départ - ou d'arrivée selon le sens de votre itinéraire - dans tous les cas, la ville de Cadix vaut assurément le détour. Ce petit bout de terre, coincé entre l'atlantique et la lagune est relié par deux ponts et une route sur l'isthme qui la relie à la ville de San Fernando, ville natale d'une légende du flamenco, le chanteur Camarón de la Isla.

San Fernando, ville natale de Camarón de la Isla

Ville millénaire, Cadix est l'une des plus anciennes cités d'Europe occidentale, regorgeant de monuments et bâtiments historiques et de vestiges archéologiques datant de plus de 3000 ans.

Playa Santa María Del Mar, Cadix

Laissez votre vélo à l'extérieur des remparts pour visiter à pied le centre historique, mais ne négligez pas non plus les musées, les bars bohèmes du quartier gaditan* El Pópulo et bien sûr d'aller vous rafraîchir, avant ou après votre périple à vélo, dans les eaux chaudes de l'atlantique playa Santa María Del Mar.

Je remercie pour leur accueil l'agence de travaux publics andalouse, l'agence de voyage Rutas Pangea pour la logistique ainsi que Raúl Gómez Dorado (Azituna), notre guide sur ce séjour.

* Habitant de Cadix

Retour en haut de page