Etude Vinci Autoroutes : Le français au volant, champion de ... l'incivilité

Etude Vinci Autoroutes : Le français au volant, champion de … l’incivilité

Incivilité: le mot de la semaine

Incivilité: le mot de la semaine. Cette réflexion part de deux lectures concomitantes. La première, ces tweets de Thierry Seray, qui démontrent que l'appellation "nautisme" n'a aucun sens. Le nautisme servirait à rassembler un ensemble de pratiques. Il démontre que le terme "nautisme" qui est une réalité économique et le rassemblement d'une industrie autour de plusieurs pratiques est complètement déconnectée de la réalité (en 2020 on dit "hors-sol").

L'autre lecture est le compte-rendu de l'étude commandée par la Fondation Vinci Autoroutes. Les résultats ont été publiés ce mercredi 1er juillet. Et ils sont flippants.


Une étude menée sur 12,400 personnes dans 11 pays européens

"1 conducteur français sur 5 admet ne plus être la même personne lorsqu'il est au volant"

Cette étude est titrée "Le 10ème baromètre de la conduite responsable" (Ndlr : un terme cher à notre délégué national Pierre Chasseray, de l'association 40MA, les automobilistes raisonnables et responsables). Menée par Ipsos, auprès de 12,400 personnes dans 11 pays européens, elle démontre par le menu le comportement des automobilistes au volant.

Chacun pour soi, Dieu pour tous

D'ailleurs, nous sommes nombreux et nombreuses au sein de cette communauté Weelz à être un jour cycliste, tous les jours piétons, parfois ou souvent automobilistes. Et comme a dit Jésus, un jour où il était inspiré: "Que le premier qui n'a pas fauté lui jette la première pierre". Retrouvez cette histoire ici si vous vous estimés tels des pharisiens.

Cet aparté pour tenter de sortir de "oui mais les automobilistes" et tenter d'élever le débat pour une prise de conscience individuelle; car oui quand je lis la liste des incivilités et infractions avouées par les automobilistes, je me reconnais dans certaines, quand je suis au guidon de mon vélo ou au volant de notre voiture familiale.

Exprès je ne vais pas commenter plus que cela les conclusions et découvertes mises à jour dans cette étude. En ne divulguant pas plus d'informations que cela, je me dis que votre curiosité maladive va vous inciter à lire les résultats de cette étude, je vous remets le lien, je suis sympa.

Incivilité ou infraction ?

Ce qui m'intéresse dans cette étude, dans ce billet, c'est de pointer du doigt -comme Thierry Seray l'a fait plus haut (souvenez-vous c'est à propos du terme nautisme)- l'utilisation du terme incivilité.

Comme le démontre Thierry si personne ne se dit "dimanche je vais faire du nautisme" il en est de même au volant de sa voiture, aucun conducteur censé ne se dit en s'installant "tiens sur ce trajet je vais commettre une incivilité".

Sur le même sujet  [Etude] Les personnes se rendant au travail à vélo ont un risque de décès moins élevé

Comme le démontre Thierry "Et à partir du moment où un mot ne correspond pas à la réalité, c'est mal parti. En résumé quand on écrit "Schéma directeur du nautisme", c'est déjà mal barré." On pourrait donc écrire "Et à partir du moment où un mot ne correspond pas à la réalité, c'est mal parti. En résumé quand on écrit "liste des incivilités au volant", c'est déjà mal barré".

Comme le démontre Thierry "Et les institutions commencent à faire de même pour l'outdoor. 25 ans après, elles découvrent le mot. Il est certes plus consistant mais même topo. C'est un grand tout. Qui veut tout dire et ne rien dire. Personne ne dit : "dimanche je vais faire de l'outdoor"", oui on peut se dire "quand les institutions commencent à parler d'incivilités pour évoquer des infractions, des comportements répréhensibles par la loi, même topo, tout le monde s'en fout".

Un peu comme le démontre Thierry " Et l'erreur fondamentale derrière tout ça, c'est de penser qu'il n'y a qu'une seule et même cible alors que nous avons en face une grande disparité de communautés émotionnelles (Maffesoli) et culturelles différentes." On peut se dire que "l'erreur fondamentale derrière tout cela, c'est de minimiser le comportement en l'affublant de ce mot "incivilité" (comme si c'était simplement être mal élevé) alors que ces comportements au-delà de contribuer à un stress général ambiant sur nos routes, sont aussi ni plus ni moins que des comportements irresponsables, dangereux et punis par la loi".

La rue (et la route) pour tous

Bikestormz

Peut-être finalement que les incivilités ont encore de beaux jours devant elles (que l'on soit en voiture ou à vélo ou à pied), tant que nous continuerons à les nommer ainsi. Rouler à 38 km/h en voiture dans une zone limitée à 30 km/h n'est pas une incivilité mais bien une infraction. Griller une priorité piéton quand on est à vélo n'est pas qu'une incivilité mais bien une infraction.

Dans ce document de la Fondation Vinci autoroutes, le mot "incivilité" revient 10 fois. Le mot "infraction"... 5 fois seulement. Comme si c'était compliqué d'appeler un chat un chat. Comme si nommer les choses ainsi permettait de mieux minimiser l'impact et les conséquences de ces comportements.

L'étude ne dit pas si les 5% de citoyens français (6% des citoyens européens) qui déclarent regarder un film ou une vidéo sur leur téléphone ou leur tablette tout en conduisant commettent une infraction ou une incivilité.

🔽 Même si le propos de ce billet n'est pas de proposer aux forces de l'ordre un recentrage de leur action, quand on lit cet article, mis sous mes yeux par Brice Perrin. On se dit que parfois, il est facile de se tromper de combat!

Ce tweet est à propos de verbalisation d'une trentaines de jeunes (article sur France Bleu) qui ne font qu'utiliser la rue pour ce qu'elle devrait être, un lieu de vie, un lieu d'échange, un lieu de lien social. La rue n'est pas la route. Oui le crime de ces jeunes gens est de faire des roues arrières sur leur vélo. A moins que le crime de ces jeunes ne soit d'être, des jeunes tout simplement. Tu parles d'incivilités ?!

Merci d'avoir lu ce billet, vous êtes bien urbains.

Retour en haut de page