Étude : Le vélo en libre-service moins dangereux que le vélo personnel

Étude : Le vélo en libre-service moins dangereux que le vélo personnel

4688903650_e8c0af6993_b

Quiconque a déjà utilisé un vélo en libre-service vous le dira : ce sont des vélos lourds, comparables à des tanks sur deux roues (lire notre article à propos du Vélib parisien).

Mais au final, l'expérience qu'ils procurent parait intrinsèquement plus sûre, surtout lorsque vous êtes un cycliste occasionnel, peu habitué aux infrastructures cyclables des villes.

9625304402_061e6ae8e4_kUne étude vient d'être réalisée par le Mineta Transportation Institute (MTI), une institution basée à San José en Californie, qui étudie les modes de transport.

Celle-ci a déterminé que les utilisateurs de systèmes de vélo en libre-service, avaient des taux d'accident largement inférieur à ceux des utilisateurs de vélo personnel.

Ce rapport, intitulé "Vélo-partage et sécurité vélo" ("Bikesharing and Bicycle Safety"), a examiné en détail les données de trois grands systèmes VLS aux Etats-Unis : Capital Bikeshare à Washington, D.C., Nice Ride à Minneapolis / St. Paul (villes jumelles) et Bay Area Bike Share dans la baie de San Francisco.

Les chercheurs sont également allé à la rencontre de groupes d'usagers, pour déterminer leurs habitudes et comprendre leur perception de ces systèmes. Ils ont analysé les données de collision des différents opérateurs et agences de transport de l'Etat dans les trois régions métropolitaines.

12765216214_044e4fea4e_k

Bien que le système Capital Bikeshare, implanté dans la capitale américaine, possède le taux d'accident le plus haut des trois zones étudiées, il demeure encore 65% plus sûr en comparaison du taux d'accident des cyclistes avec leur vélo personnel. D'ailleurs, à ce jour, il n'y eu aucun accident mortel en VLS aux Etats-Unis.

9629139665_fb0c4d8ea8_bLe rapport souligne plusieurs facteurs susceptibles d'expliquer ce faible taux d'accident.

D'abord, le vélo en lui-même, relativement lourd, braquets réduits, met l'usager en position droite, qui encourage un style de conduite lent.

Le poids, combiné à des pneus larges, font que les VLS montrent plus de résistance face aux bosses, nids de poule et autre asphalte défoncé, causes fréquentes d'accident à vélo.

Sur le même sujet  Le covélotaf, inciter au premier coup de pédale

Au delà du vélo, il s'avère également que les usagers VLS, moins habitué au vélo urbain, ont une attitude globalement plus prudente.

Les auteurs de l'étude vont même jusqu'à déduire qu'en croisant un usager sur un VLS, les autres usagers de la route (voiture, moto, camion) adoptent une conduite plus prudente. Tout du moins, il est vrai que l'éclairage pré-installé et des peintures de cadre voyantes, font que l'utilisateur de VLS est facilement reconnaissable et plus visible sur la route.

helmet-binUn autre point que l'étude soulève : ce taux d’accident très bas n'est absolument pas dû au port du casque, qui est extrêmement minoritaire chez les usagers de VLS. Logique, puisque de tels systèmes sont utilisés comme connexion entre plusieurs modes de transport (TC, marche à pied...) ou encore par des touristes.

Au passage, le document confirme qu'une obligation du port du casque est chaque fois une barrière qui empêche clairement le développement des systèmes de vélo en libre-service.

Bien que l'adage dit que "plus il y a de cyclistes, moins il y a d'accidents", le rapport relate que les chercheurs n'ont pas trouvé de corrélation à ce sujet. Notamment à cause du fait que le nombre d'usagers VLS dans les rues n'a pas atteint une "masse critique" suffisante, en comparaison des modes motorisés.

17585787566_bf940b0524_k

Pour conclure, les chercheurs regrettent que le manque de données suffisantes sur le déplacement à vélo en général, alors qu'il est aisé d'en trouver sur l'usage du VLS. Mieux connaitre et comprendre les déplacements à vélo dans une ville permet une meilleure planification urbaine.

Pour clore cette étude, ils terminent par rappeler que les systèmes de vélo-partage restent un choix très sûr pour se déplacer dans une ville, et qu'ils sont une solution multimodale parfaite.

L'étude est disponible ici en anglais.

Crédits photos : Sharyn Morrow, Metro Transit MN, Richard Masoner, M.V. Jantzen.

Retour en haut de page
Fermer cette popup
Ne pars pas comme ça !
On a encore plein de choses à te montrer...

Ne rate rien des prochains articles en t'abonnant à la WeelzLetter ! ( Et parfois, tu peux même y gagner des cadeaux)