[Etude] Les personnes se rendant au travail à vélo ont un risque de décès moins élevé

[Etude] Les personnes se rendant au travail à vélo ont un risque de décès moins élevé

15 Millions de personnes suivies sur une période de 15 ans

Une étude néo-zélandaise publiée le 13 janvier dernier démontre que les personnes qui se rendent au travail à vélo ont un risque de décès moins élevé.

L'étude, réalisée par des chercheurs de l'Université d'Otago Wellington, de l'Université de Melbourne et de l'Université d'Auckland, vient d'être publiée dans le très sérieux International Journal of Epidemiology.


"une réduction de 13 % de la mortalité grâce aux bienfaits de l'activité physique"

Selon la chercheuse principale, le Dr Caroline Shaw, du département de santé publique de l'université d'Otago, à Wellington, les personnes qui se rendent au travail à vélo ont enregistré une réduction de 13 % de la mortalité au cours de l'étude, probablement grâce aux bienfaits de l'activité physique pour la santé. Il n'y a pas eu de réduction de la mortalité pour ceux qui ont marché ou pris les transports publics pour se rendre au travail.

Les chercheurs ont utilisé les données de la New Zealand Census-Mortality Study, qui relie les recensements et les registres de mortalité, pour effectuer des études de suivi de la population pendant trois à cinq ans après les recensements de 1996, 2001 et 2006, où il était demandé aux répondants : "Le jour X (jour du recensement), quel était le principal moyen de transport utilisé pour se rendre au travail ?"

"l'une des plus grandes études jamais réalisées entre le mode de transport et les résultats en matière de mortalité"

Selon le Dr Shaw, l'étude, qui a analysé les données de 3,5 millions de Néo-Zélandais, est l'une des plus grandes études de cohorte jamais réalisées pour examiner l'association entre le mode de transport pour se rendre au travail et les résultats en matière de mortalité.

"Nous avons étudié 80 % de la population néo-zélandaise en âge de travailler, sur une période de 15 ans, elle est donc très représentative".

Selon le Dr Shaw, l'augmentation du "transport actif" est encouragée comme moyen de traiter les questions de santé et d'environnement, mais l'association entre les différents modes de transport, tels que le vélo, la marche et les transports publics, et les résultats en matière de santé est restée floue.

L'étude a révélé que plus de 80 % des Néo-Zélandais se rendaient au travail en voiture le jour du recensement, contre seulement 5 % à pied et 3 % à vélo.

"Il y avait des différences entre les sexes dans le mode de transport pour se rendre au travail, avec 2 % des femmes faisant du vélo contre 4 % des hommes, mais plus de femmes marchant ou faisant du jogging (7 %), par rapport aux hommes (5 %). Une proportion plus élevée de jeunes gens ont fait du vélo, de la marche ou pris les transports publics par rapport aux personnes plus âgées".

Sur le même sujet  [A (re)voir] Wadjda, la petite fille qui voulait faire du vélo

Selon le Dr Shaw, les données du recensement ne fournissent aucun détail sur l'intensité physique des déplacements, si bien que ceux qui vivent dans le centre-ville et marchent 200 mètres pour se rendre au travail sont dans la même catégorie que ceux qui marchent à vive allure en haut et en bas d'une colline pendant 30 minutes pour se rendre au travail.

Une piste cyclable Arc-en-ciel à Auckland - Photo J. Gracewood

"Nous n'avons pas constaté d'augmentation des décès dus aux accidents de la route associés à la marche et au vélo, bien que le système de transport néo-zélandais à l'époque de ces études était fortement dominé par la voiture et que les routes ne tenaient que rarement compte des piétons et des cyclistes".

Selon le Dr Shaw, les conclusions de ces études soutiennent les initiatives visant à augmenter le nombre de personnes se rendant au travail à vélo.

"Augmenter le nombre de cyclistes se rendant au travail dans un pays où ce nombre est faible comme la Nouvelle-Zélande nécessitera des politiques visant à la fois les transports et l'urbanisme, comme l'augmentation de la densité de logement et la mise en place de réseaux cyclables" (Ndlr: Un système vélo quoi).

Bien que l'étude n'ait trouvé aucune association probante entre le fait de marcher ou de prendre les transports publics pour se rendre au travail et la réduction de la mortalité, le Dr Shaw affirme qu'il existe d'autres raisons de promouvoir ces modes de transport.

"Marcher ou pédaler pour se rendre au travail présente des avantages pour la santé liés à l'activité physique autres que la réduction de la mortalité - notamment la prévention des maladies cardiovasculaires et du diabète - et prendre les transports publics présente l'avantage d'émettre moins de carbone".

L'étude complète [En] de Caroline Shaw, Tony Blakely, June Atkinson et Alistair Woodward est disponible ici.

Shaw, C., et al. (2020) Is mode of transport to work associated with mortality in the working-age population? Repeated census-cohort studies in New Zealand 1996, 2001 and 2006. International Journal of Epidemiology.

Retour en haut de page