L'envolée du vélo, le Gouvernement confirme son engagement

L’envolée du vélo, le Gouvernement confirme son engagement

Retour sur un mois d'un plan vélo déconfiné

"Cela fait longtemps que nous nous battons pour que le regard sur le vélo change, et je pense que le basculement tant attendu est en train de se produire". Les propos d'Elisabeth Borne, prononçant ces mots tout en embrassant du regard les autres participants de la conférence de presse vendredi dernier (entre autres, Olivier Schneider de la FUB, Pierre Serne du Club des Villes Cyclables), se font l'écho d'une période assez incroyable pour le vélo utilitaire.

La crise sanitaire est encore présente mais déjà se dessinent des lendemains qui chantent pour la bicyclette comme moyen de transport. La conférence de presse était destinée à faire le point sur l'actuelle politique cyclable du Gouvernement et notamment le Coup de Pouce Vélo en cours et après l'annonce de l'Etat de tripler le budget alloué au vélo.


Les citoyens désireux de passer au vélo se bousculent aux portes des vélocistes, soit pour acheter une nouvelle monture - les rayons sont dévalisés, soit pour faire réparer la leur - et les mécaniciens vélos croulent sous la demande. A tel point que la ministre a même annoncé la création d'une Académie des métiers du vélo afin de former de nouveaux mécanos vélo. "Il n'y a pas assez de réparateurs vélo en France" indiquait Olivier Schneider.

Remettre les français en selle, tel est le souhait du ministère de la transition écologique. Des annonces de déblocages d'enveloppe budgétaire ont été faites, qui devraient notamment profiter aux collectivités qui souhaitent investir dans des flottes de vélos ou de nouvelles infrastructures cyclables. Un appel à projet du Fonds Mobilité Active sera lancé pour les villes souhaitant pérenniser leurs pistes cyclables temporaires.

"Le fait que, tout pendant qu'on déconfine, l'on soit déjà en train d'aller mettre des moyens à disposition pour accompagner la réflexion et les investissements des collectivités locales pour le vélo est fondamental." a rappelé Christophe Béchu, maire d'Angers (lieu de l'annonce du dernier plan vélo national) et président de l'AFITF, l'organisme qui finance les infrastructures de transport de France.

Sur le même sujet  Observatoire des mobilités actives, le vélo de plus en plus plébiscité

Elisabeth Borne a indiqué que pour "attirer de nouveaux usagers" elle souhaite faciliter l'accès au vélo à assistance électrique "pour les ménages plus modestes" simplifiant le bonus à l'achat de l'état pour l'acquisition d'un VAE. Sans donner plus de détails, elle a précisé que l'Etat doublera le bonus VAE qu'auront mis en place les collectivités. On tend donc vers une simplification de la prime vélo électrique. (Sur ce point, nous pourrions demander à l'Etat de favoriser l'achat de vélo (tout court) - tout le monde n'a pas besoin d'un VAE, et un vélo classique est souvent moins cher donc socialement plus accessible).

Sur la question du développement du vélo dans les territoires, pour Pierre Serne "On aura vraiment réussi à devenir une Nation du Vélo quand le vélo ne se limitera plus aux centres urbains denses" (lire notre article à ce propos). Il a rappelé que les collectivités ont aussi un grand besoin d'être accompagnées en terme d'urbanisme cyclable. Au-delà de l'aspect financier, c'est aussi un soutien en ingénierie technique qui doit être mis en place. A ce niveau, le Cerema réalise un excellent travail d'acculturation des aménageurs.

Sète - Et la piste cyclable? dévié sur le canal?

Avec un tel programme, de telles ambitions, et il faut le rappeler un tel contexte, il va devenir de plus en plus compliqué pour les décideurs politiques locaux de nier la pertinence d'accompagner ce choix de mobilité.

En écrivant ceci, est-ce que notre regard se porte vers ses municipalités qui défont les aménagements cyclables temporaires encore plus vite qu'elles n'ont été créées? Tout à fait. A ces décideurs (au hasard, à Marseille, à Aix, à Chatou, à Sète..) nous leur rappelons que temporaire ne s'écrit pas de la même façon qu'éphémère - Olivier Schneider, FUB, préfère le terme de "pistes cyclables de transition". Nous leur disons aussi qu'il ne faut pas confondre aménagement tactique et tactique de l'aménagement (pour reprendre l'expression de Thierry Seray (Co-fondateur de Codezero)), les administrés sont de moins en moins dupes.

Ci gît une piste cyclable éphémère. R.I.P petite piste cyclable
Retour en haut de page