Ekoï Cycling, des tenues vélo en conception française et qualité italienne

Ekoï Cycling, des tenues vélo en conception française et qualité italienne

Aussi longtemps que je me souvienne de mes prémices sur un vélo en mode sportif (principalement en VTT à l'époque), j'ai toujours croisé sur les routes et chemins, des cyclistes dans des tenues Ekoï Cycling. Ekoï, c'est une marque française, née au début des années 2000 à Roubaix. Elle a été fondée par un passionné de cyclisme, Jean-Christophe Rattel. Le fabricant est aujourd'hui installé dans le sud, du coté de Fréjus¹. Même Weelz! à un historique avec cette marque, puisque Ekoï fut la toute première à nous contacter pour nous proposer de tester des produits (un casque vélo urbain, c'était en 2009 !).

Le fabricant varois a réussi à s'imposer au fur et à mesure des années dans le textile cycliste technique, notamment grâce à de nombreux partenariats et sponsoring avec les équipes du peloton cycliste professionnel. Mais si elle est aussi parvenu à entrer dans la garde-robe de très nombreux cyclistes français, c'est aussi grâce à sa politique tarifaire très agressive et sa volonté, dès 2008, de vendre les produits directement sur le web. Les commandes explosent à ce moment là, en France comme dans le reste du monde. C'est aussi la période où la marque est présente sur de nombreux podiums, grâce à des champions comme Brice Feillu, Jean-Christophe Péraud ou Romain Bardet.


Ekoï, conçu en France, made in Italy

A la toute fin de l'hiver, nous avons eu l'occasion de recevoir de la part de la marque une tenue complète : cuissard long, maillot manches longues et veste thermique. Ce n'est pas notre premier contact avec les produits Ekoï. Comme tout bon cycliste, ma garde-robe avait déjà quelques pièces. J'ai apprécié notamment sur de très nombreux kilomètres et sur tout types de pratiques (VTT, route, gravel, voyage) la qualité des cuissards de cette marque. Mon séant reposant sur leur fameuse peau de chamois avec inserts en gel, très efficace et confortable.

Ekoï assure le design des produits depuis leurs bureaux de Fréjus. La fabrication est confiée à un sous-traitant en Italie, terre de cyclisme par excellence, sur la route comme dans les usines de textiles. De nombreuses marques vélo font fabriquer leurs produits de l'autre coté des Alpes. Pour la tenue reçue, collection 2021, la qualité Made in Italy est bien présente, bien que je dois reconnaitre qu'elle m'a semblé un cran en dessous de ce que j'avais pu utiliser avant. J'ai pu constater des coutures de moins belles qualités et des inserts gel un peu moins épais.

Ekoï de haut en bas

Pour le collant long d'hiver, il est assez basique. Pas de logotage ostentatoire. Juste un petit badge Ekoï à l'arrière (mais qui sera recouvert souvent par le maillot). A l'utilisation, le tissu lycra du cuissard, pourtant à la bonne taille, a eu tendance à se détendre et la peau à ne pas rester en place. Pas très agréable lors d'une sortie, notamment en gravel où le corps est très souvent en mouvement. De même, les zips à l'extrémités des jambes sont trop petits et ne tiennent pas fermés (où alors j'ai de trop grosses chevilles ?). En revanche, le tissu hydrofuge est intéressant. Il évacue bien la transpiration, sans (trop) laisser passer l'humidité du froid ou d'une petite bruine matinale.

Pour le haut, nous avons reçu deux éléments, une veste thermique et un jersey manches longues. Il n'a pas fait suffisamment froid en fin d'hiver pour bien utiliser la veste. En revanche, j'ai pu apprécier le maillot manches longues. Le tissu utilisé est à la fois suffisamment coupe-vent mais aussi assez respirant. Contrairement au cuissard, la tenue des tissus est correcte et "fit" bien au cycliste. Le jersey Aero Line mélange différents matériaux : de la fibre doublée polaire pour tenir au chaud et des manches recouvertes dessus de tissu polyester coupe-vent et en dessous d'un empiècement respirant. Un produit bien pensé, par et pour les cyclistes. J'ai moins apprécié l'extrémités des manches. Le découpage laser du tissu donne l'impression d'un manque de finition.

Sur le même sujet  Vélotaf : s'habiller pour sa destination, pas son trajet, vraiment?

Détails de la tenue complète :

🔶 Maillot Hiver Ekoï Aero Line - Du S au XXXL, nombreux coloris - 129,99€
🔶 Veste thermique Ekoï Aero Line - Du S au XXXL, nombreux coloris - 179,99€
🔶 Collant cuissard long Gel 3D hydrofuge - Du S au XXL, noir - 169,99€

Notez que la marque a souvent tendance à faire de belles promotions sur ses produits, avec des réductions allant jusqu'à -50%, comme c'est le cas actuellement sur pas mal de produits Hiver. Et bien sûr, vous retrouvez de nombreux produits de saison pour l'été qui arrive (aussi des casques et des lunettes), c'est juste sur le le lien ci-dessous 👇

➡️ Ekoi.fr

Deux styles, deux ambiances

Parlons un peu du design et de la cosmétique des produits Ekoï. Celle de ma tenue ne fait rien de très original. J'avoue même qu'il lui manque ce petit plus qui la rendrait un brin plus singulière. J'ai la sensation, toute personnelle (oui, je ne prône pas la pensée unique, c'est un sentiment que je partage simplement) que la marque Ekoï reflète encore ce cyclisme "à l'ancienne" (notez les guillemets). Ce cyclisme un peu désuet où l'on ne prête guère attention à sa tenue. Ce cyclisme où l'on porte encore des jerseys Super U et des cuissards Bricorama. J'exagère bien sûr. Je note qu'Ekoï fait des efforts sur le style de ses collections, avec des empiècements colorés ou à motifs, tantôt des logos très présents, tantôt des marquages discrets.

Mais force est de constater que l'on est loin d'autres productions actuelles en terme de style. Je pense bien sûr en premier lieu à la marque Rapha, qui, je le crois, a suscité en premier lieu cet engouement pour le beau, le design et le raffinement dans les tenues vélo. Depuis, de nombreuses marques ont embrayé le pas des anglais. Je pense à des fabricants comme Café du Cycliste, Assos, Pas Normal Studios, Maap, Le Col, Attaquer, Alé Cycling, Pedaled pour n'en citer que quelques unes.

Le Rapha Boy est-il un homme heureux ? (vous avez 4h)
On taquine Rapha mais il faut reconnaitre qu'on aime aussi ce qu'ils font

Bien entendu, tout le monde n'a pas nécessairement l'envie de se transformer en Rapha boy/girl, d'aller siroter son capuccino au café vélo hype du coin juste après le Sunday ride. D'autres cyclistes recherchent avant tout des vêtements techniques bien conçus, dans lesquels ils se sentent bien pour rouler, simplement, et ce, sans craquer leur PEL. Sur tout ces points, Ekoï demeure une marque avant-gardiste qu'il faut garder à l'œil. Le cyclisme et toutes ses pratiques doivent rester accessibles à tous, sans tomber dans l'élitisme que peuvent amener des tarifs de produits souvent très élevés dans les marques précitées.

Cela étant dit, cela n'empêche pas de créer du beau et de l'accessible. Même Decathlon y parvient aujourd'hui avec ses marques univers comme Rockrider, Triban ou Van Rysel. Allez, Ekoï, si vous nous lisez, un petit effort sur l'esthétisme de vos collections. La route n'est pas le seul univers du vélo. Les pratiquants, nouveaux comme anciens, ont parfois l'envie de produits plus discrets ou plus originaux, de couleurs ou de formes qui s'éloignent des standards du cyclisme sportif "à la papa". On attend la collection 2022 😏

¹ Vous pouvez même rencontrer le frère cadet de Julian Alaphilippe, Bryan, qui s'occupe du showroom Ekoï.

Retour en haut de page