EDPM, draisienne électrique – Bienvenue sur les pistes cyclables à tous les ORNI?

EDPM, draisienne électrique – Bienvenue sur les pistes cyclables à tous les ORNI?

Les cyclomobiles légers arrivent...

Pendant que nous nous énervions sur la proposition d'un sénateur, le législateur vient de faire passer, tranquillement, en catimini, un décret. Celui-ci autorisant sur la chaussée et les pistes cyclables les deux-roues électriques dépourvus de notion d'assistance. On leur a même trouvé un nom : les cyclomobiles légers, englobant les EDPM et autres draisiennes électriques.

C'est une bonne et une mauvaise nouvelle. Jouons donc à Docteur jekyll et Mister Hyde dans ce billet. Mais avant de jouer, il convient de connaitre les nouvelle règles du jeu. La principale information est bien celle-ci. C'est la fête des Objets Roulants Non Identifiés. Et le Vélo à Assistance électrique peut s'affranchir de l'Assistance, elle n'est plus obligatoire (1).


Jusqu'à maintenant qui avait le droit d'aller sur une piste cyclable ?

C'est pourtant clair

Jusqu'à présent, étaient autorisés sur la voie publique, et plus précisément les pistes cyclables, les deux-roues électriques qui n'avançaient qu'en échange d'un effort musculaire (souvent un mouvement circulaire des jambes) on parle donc de vélo ou de vélo à assistance électrique. Une autre catégorie est également autorisée. Les trottinettes et autres gyropodes, gyroroues. Sur ces engins, que l'on nomme aussi EDPM (Engin de Déplacement Personnel Motorisé) point de mouvement circulaire des jambes pour avancer, mais un point commun : l'obligation de se tenir debout. Droit et fier ! En gros, jusqu'à présent, c'était donc : si tu pédales ou si tu es debout, alors tu es le bienvenu sur les pistes cyclables. Sinon, va voir ailleurs si on y est ?

Crédit : Dominick Gravel, Agence QMI

Avec une limite de vitesse assistée et de puissance du moteur

Pas tout à fait. Pour être complet, n'importe quel vélo électrique ou trottinette n'a pas le droit de circuler sur une piste cyclable. Il y a une limite de puissance (250w) et de vitesse maximum, 25km/h, au-delà de laquelle l'assistance se coupe (Il y a des limites de gabarits aussi mais on aime bien tenter de ne pas vous perdre avec des détails techniques rébarbatifs). Si la machine ne répond pas aux deux critères, elle n'est pas la bienvenue sur la piste. En revanche, un vélo (musculaire ou pas), emmené à 40km/h a le droit d'y aller (si la limite de vitesse autorisée maximum n'est pas en ville avec une limitation à 30km). N'ont pas le droit de circuler sur la piste les speedbike (considérés comme des mobylettes (pour faire simple - cf notre article à ce sujet)), les scooters, les motos, les camions, les voitures etc.

Ça, en revanche c'est interdit et on kiffe l'argumentaire : " Son moteur de 2000W intégré dans la roue arrière vous procure une puissance et une réactivité surprenante. Vous pourrez profitez de balades silencieuses, sans vibrations, sans bruit de moteur, vous aurez presque l’impression de voler ! Vous pourrez profiter de ses 3 modes de conduite, vitesse 1 réglée à 25 km/h, vitesse 2 à 35 km/h, et la vitesse 3 jusqu’à 45 km/h. Vous avez la possibilité de débrider ce modèle facilement, à vos risques et périls."

Et désormais alors ?

Désormais, toujours la limite de vitesse, de puissance du moteur, de gabarit. En revanche, tous les 2 roues motorisés, électriques, qui avancent "tout seul", que l'on soit assis ou pas, sont désormais les bienvenus sur ces pistes cyclables. Donc un vélo électrique (sans assistance) est désormais homologué et autorisé. Pareil pour les draisiennes et autres trottinettes avec une selle. Toujours pas le droit (si nous avons bien compris) les fauteuils électriques pour les personnes à mobilité réduite.

Maintenant que nous avons rappelé les règles, il est temps de jouer à docteur Jekyll et Mister Hyde. Le good cop et le bad cop. Le Ying et le Yang. Exposer ici pourquoi c'est une bonne nouvelle et pourquoi c'est une mauvaise. Un vrai boulot de schizophrène.

Qui est qui ? Si moi je suis toi, t'es qui toi ?

Bonne nouvelle, pourquoi ?

Parce que dans les faits, ces machines sont déjà dans nos villes et sur nos routes. On peut se dire qu'il fallait bien les mettre dans une case. Qu'ils rentrent dans un cadre légal et qu'ils circulent quelque part.

Parce que le trottoir est sanctuarisé. Le trottoir, il est déjà suffisamment encombré comme cela. Il est le parent pauvre de la mobilité. Et puis, comme on le dit souvent : "Le trottoir c'est pour trotter...à pied".

Parce qu'il existe des personnes qui n'ont aucune appétence pour le vélo, qui ne peuvent ou ne veulent pas pédaler. Peu importe leurs raisons, elles leurs appartiennent et qui sommes nous pour juger, hein ?

Parce qu'autoriser ses machines sur les aménagements cyclables pourrait être un relais de croissance pour la conversion vers une mobilité plus douce, moins encombrante de l'espace public, plus discrète, moins polluante. Pour le dire autrement... pour moins de voitures et gros cubes sur nos routes.

Parce que, à choisir, un(e) cycliste préfèrera cohabiter avec une draisienne électrique de plus qu'un SUV de 2 tonnes.

Parce que cela donne une bonne raison d'exiger encore plus d'aménagements cyclables. Ce n'est plus pour 3 cyclistes bobos mais aussi tout un paquet de personnes qui se déplacent en draisienne, même des salauds de pauvres qui n'ont que 350€ à mettre dans un véhicule électrique.

Sur le même sujet  [Test] VanMoof X3, le vélo électrique hollandais compact et son univers connecté

Parce que ces véhicules (draisiennes électriques, trottinettes avec un siège) peuvent être un mode de déplacement transitoire, une étape vers le VAE ou vélo Musculaire. Ce point mérite un peu de développement, le voici :

Démonstration par l'exemple

Une draisienne électrique, au hasard le modèle qui arrive en premier dans les recherches de notre moteur de recherche, Draisienne électrique Moovway E-Moov. Une sacrée bouse serions-nous tentés d'écrire, si nous nous ne nous étions pas promis quelques lignes plus haut de ne pas juger.

Jugez plutôt pourquoi nous pensons que c'est une bouse : 15kg (c'est correct), temps de chargement 5 heures, autonomie annoncée 15km (mais ça dépend quand même. Ça dépend, veut dire qu'il ne faut pas s'étonner si l'autonomie n'est finalement que de 9 kilomètres. (Peu de risque qu'elle soit de 20 km)).

Pour terminer de vous faire un avis, lisez les avis négatifs sur le site de Boulanger et ne riez pas. Parce que rire, c'est déjà se moquer, se moquer, c'est juger. Même les avis positifs sont négatifs. Bref, on peut espérer que les propriétaires de cette draisienne ont pu rouler avec, un peu plus de 30km au total (donc deux heures d'utilisation au total). Ils vont peut-être alors se rendre compte, quitte à se déplacer sur un engin à deux roues qui ressemble à un vélo, pourquoi ne pas le faire sur un vélo.

Trêve de moqueries. Nous pensons malgré tout qu'il est important de ne pas plus se moquer que cela. Parce que cette draisienne coûte moins de 350€ (2). Pour beaucoup de nos concitoyens, c'est une somme. Parce que son encombrement est minimum. Tout le monde n'a pas les moyens de vivre dans un pavillon cossu ou de s'offrir un B ou un T. Ces personnes vont peut-être se rendre compte qu'une autre mobilité est possible ou se rendre compte une fois dans leur voiture que c'est bien de faire attention aux usagers en vélodraisienne.

Mauvaise nouvelle pourquoi ?

Le mieux c'est de rouler après l'heure de pointe

Parce que les pistes cyclables devraient être réservées à celles et ceux qui décident de se dépenser un peu pour bouger. Comme une sorte de récompense pour les efforts fournis.

Parce que les pistes cyclables sont déjà trop souvent encombrées et sous-dimensionnées.

Parce que nous allons faire cohabiter sur les pistes cyclables des engins qui ont des vitesses de déplacement fort différentes. La draisienne mentionnée plus haut, est annoncée à 25km/h vitesse maxi. Dans les faits, elle va difficilement monter au-delà de 17/18 km/h ; Quand un vélo sans trop d'effort va allègrement à 25/27 km/h sur les parties plates et roulantes.

Parce que ces machines sont hyper accessibles. Trop accessibles. L'assurance de voir encore plus de comportements condamnables sur les pistes cyclables.

Parce que beaucoup de ces machines sont des bouses (ne pas juger). Certains usagers déçus ou effrayés vont conclure que "définitivement le vélo ce n'est pas pour eux", alors que ce n'est qu'une question de machine adaptée.

Parce que, que nous le voulions ou non, un amalgame sera fait encore. Un accident de draisienne et la presse s'enflamme, "le vélo c'est dangereux !".

Alors, quoi en penser ?

Husqvarna a sorti une draisienne électrique. Paye ta sédentarité...

C'est bien de garder une certaine lucidité. En jouant à Docteur Jekyll et Mister Hyde, les arguments pour et contre nous semblent entendables, sans sombrer dans la mauvaise foi. Aussi un peu d'humilité ne nuit pas. C'est bien de ne pas penser que le vélo est la seule noble et honorable façon de se déplacer.

C'est bien aussi d'admettre qu'une trottinette (ou une draisienne) a des avantages que n'ont pas les vélos (encombrement notamment. Nous mettons de côté le prix, puisque nous continuons de penser que 350€ pour ces bouses machines, cela reste une arnaque).

C'est bien aussi de ne pas oublier qu'imprimer un effort pour se déplacer, c'est une façon d'être en mouvement. Ces draisiennes ou vélos qui avancent sans la notion d'assistance ne combattent aucunement la sédentarité. Ne vont pas dans le sens du "Pour votre santé, bougez plus". Ils ne vont pas tellement dans le sens d'une mobilité plus verte.

La mobilité électrique est un mirage écologique. Il y a eu le dieselgate, il y aura la emobilitegate. Et puis, c'est si difficile que cela de pédaler un peu ?

Il reste des questions qui ne sont pas adressées

Wheels, des bouses draisiennes électriques en libre-service

Ces machines électriques, maintenant qu'elles sont homologuées et autorisées sur la voie publique, sont-elles intégrées dans les subventions d’État comme les vélos à assistances électriques ? Sont-elles reconnues dans les forfaits mobilités durables ? Et si elles ne le sont pas, doivent-elles l'être ? (une voiture électrique bénéficie d'une prime à la conversion par exemple). Enfin, quand les véhicules électriques pour les personnes à mobilité réduites seront elles autorisées sur ces pistes cyclables ?

(1) Rendons à César, l'information nous est arrivée ici en faisant notre veille. Notamment en lisant un billet sur minimachines.
(2) Nous pensons malgré tout que 350€ pour une telle bouse, ça reste du vol. Vraiment.

Retour en haut de page