L’économie du vélo en 2010

De plus en plus plébiscitée par la population pour réaliser leurs déplacements pendulaires, la bicyclette n'a pourtant pas de quoi encore se targuer d'occuper la même place que l'automobile ou autre scooter dans les déplacements quotidiens, en France comme dans le reste du monde. Pour autant, l'augmentation de son utilisation depuis quelques années maintenant, semble toujours refuser de fléchir, pour notre plus grand bonheur.

Voici une étude réalisée par le groupe Inddigo Altermodal et l'économiste Nicolas Mercat, sur l'économie du vélo en 2010. Tout un tas de données chiffrées, qui donne un aperçu de la pratique cycliste dans le monde. Loin derrière le Danemark et les Pays-Bas (+ de 1000 km parcouru par an et par habitant), ou encore l'Allemagne, la Suisse ou même la Hongrie (entre 250 et 500 km), la France reste dans le grupetto de l'Europe avec moins de 100 km par habitant.


Paradoxalement, l'étude annonce qu'en 2007,  le vélo restait la 1ère activité des Français avec 24 millions de pratiquants. Mais des statistiques plombées par une utilisation qui reste à plus de 90% loisir, tourisme ou sportive. Cependant la pratique utilitaire, celle qui nous intéresse, semble être en constante progression, 15% par an.

Plus de 8000 km de voies cyclables ont été créées ces 10 dernières années et plus de 5000 km sont programmés et étudiés. En tout, ce sont plus de 10 000 km qui ont été inscrits dans des schémas de déplacement départementaux ou régionaux.

Le retour du vélo dans nos villes

Même si il reste encore un long chemin à parcourir, pas de doute que depuis 10 ans, le vélo à redoré son image dans nos centre-villes. En chiffre, cela donne une augmentation assez phénoménale : +50% à Lille entre 1998 et 2006, +300% à Paris entre 1991 et 2001 et jusqu'à 400% à Lyon entre 1995 et 2006 !

L'effet Vélo en libre-service a bien entendu aidé cette mutation des déplacements, mais pas que. On s'aperçoit également que plus une municipalité investie dans ses infrastructures cyclables (pistes, signalisation, stationnement...) et plus le nombre de pratiquants quotidiens augmente.

Le vélo dans le marché mondial

Le marché mondial du vélo s'est stabilisé autour de 3 millions de vélos par an, représentant un poids économique de plus d'1,4 milliards d'Euros. Un marché donc en bonne forme et créateur d'emploi. Curieusement, en terme de consommation vélo, la France arrive 4ème avec 5,7 vélos pour 100 habitants, derrière le Japon, les Pays-Bas et les États-Unis.

Cependant, alors qu'au Danemark, aux Pays -Bas ou même en Suisse, on hésite pas à sortir son porte-monnaie pour l'achat d'un vélo,  l'investissement dans un vélo en France reste assez faible, avec un prix moyen de vente autour de 250€. Un marché tiré vers le bas, notamment par les grandes surfaces alimentaires et sportives, une exception française.

Sur le même sujet  Pourquoi le vélo peine t’il autant à s’imposer ?

Et encore, ce chiffre augmente grâce au prix moyen d'achat d'un vélo de course, qui dépasse les 1000€, contre 200€ pour un vélo de ville. Au pays du Tour, il semble que les Français préfèrent mettre une somme conséquente dans un vélo qui ne roulera que le dimanche et restera au garage le reste de la semaine...

Le vélo en tongs

En France en 2007, plus de 7 millions de séjour de vacances ont eu pour thème le vélo, ce qui ne représente toutefois que 3,5% des séjours globaux. Le vélo reste cependant la 2ème activité la plus pratiquée en France en vacances, derrière la randonnée, et reste un élément important dans le choix du séjour.

À noter que le littoral, notamment aquitain, se partage 57 % du gâteau du tourisme cyclable.

Le vélo, c'est bon pour vous

Est-il encore utile de préciser que le vélo est bon pour la santé ? Cette étude le confirme encore, en se basant sur cette autre étude de l'Organisation Mondiale de la Santé, THE PEP pour Transport Health Environment Pan European Program, réalisé de 2005 à 2008.

Au final, chez les personnes pratiquant environ 3h de vélo par semaine, les chiffres attestent d'une baisse considérable des pathologies cardio-vasculaires, du diabète, de l'ostéoporose et même du cancer du sein, du colon ou encore de la dépression nerveuse. À la clé, c'est une moyenne de 1000 € d'économie réalisée par an, en dépenses de santé !

L'étude confirme également que le risque d'accident à vélo reste à relativiser et qu'il est surtout concentré en agglomération, aux intersections. Et surtout elle confirme aussi que plus la pratique cycliste augmente, plus le risque d'accident diminue.

5 objectifs

En conclusion, l'étude de Nicolas Mercat dresse 5 objectifs à atteindre pour une vraie politique nationale en faveur du vélo :

1 > Atteindre une part modale supérieure à 10%, et donc dépasser la barre des 350 Km/an/habitant.
2 > Rassembler les intervenants de santé autour de l'objectif 30 mn de vélo par jour (en ciblant notamment les femmes et les personnes âgées)
3 > Continuer d'améliorer les infrastructures cyclables, soit 1 m d’aménagements cyclables par français en ville (contre 0.2 actuellement).
4 > Continuer le développement des voies vertes. 95% des français à moins de 5km d’une voie verte.
5 > Devenir n°1 dans le développement du tourisme à vélo.

> Inddigo Altermodal.
> Via Rue89.

Crédits photos : Thomas Cuelho, Bernard Laguerre, Vitelone, C. de Francqueville, L'ImaGiraphe, JL Zimmermann, CJelli.

Retour en haut de page
Fermer cette popup
Ne pars pas comme ça !
On a encore plein de choses à te montrer...

Ne rate rien des prochains articles en t'abonnant à la WeelzLetter ! ( Et parfois, tu peux même y gagner des cadeaux)