Éclairage vélo, un nouvel arrêté qui s'adapte aux nouvelles mobilités

Éclairage vélo, un nouvel arrêté qui s’adapte aux nouvelles mobilités

Le 30 juin dernier est paru au Journal officiel un nouvel arrêté. Celui-ci encadre et précise l'obligation pour les usagers vélo - et autres nouvelles mobilités - de posséder un dispositif d'éclairage conforme. Weelz! fait le point législatif avec vous et vous apporte quelques ... lumières.

L'éclairage vélo et les années 80

1982 - A cette époque, vous écoutiez des cassettes dans votre Walkman, vous téléphoniez dans des cabines à pièces, vous cherchiez dans l'annuaire ou vous consultiez encore des cartes routières. Figurez vous que le précédent arrêté concernant "l'éclairage des cycles" date du 30 août de cette même année. Époque où la voiture et la mobylette avaient relégué le vélo au rayon des gadgets désuets. Ce texte découlait d'un précédent, datant du 16 juillet 1954 (oui), et avait été également remis à jour le 5 août 1999.


Retour en 2021. Presque 40 ans et une pandémie plus tard, le vélo, tant utilitaire que loisir, est revenu au goût du jour. Il était temps que le législateur passe un petit coup de chiffon sur cet ancien texte de loi. Cet arrêté concerne l'article R313-4 du Code de la Route, à propos de "l'éclairage et signalisation des véhicules". La nouveauté vient principalement du fait que le gouvernement inclut désormais, en plus des vélos, les fameux EDPM (engins de déplacement personnel motorisés) comme les trottinettes, les hoverboard et autres gyroroues.

Que dit exactement cet arrêté sur l'éclairage vélo ?

Que dit exactement cet arrêté qui "modifie les caractéristiques des lanternes des cycles" ? (oui, c'est vraiment écrit cela). Avant, un petit rappel : la loi vous oblige en tant que cycliste à avoir un équipement d'éclairage avant et arrière sur votre vélo, "la nuit, ou le jour lorsque la visibilité est insuffisante". Dans cette modification du texte, à l'article 3, on apprend que la lumière blanche est désormais autorisée. Et oui, cela fait donc des années que l'éclairage vélo LED blanc était hors-la-loi. Vous le saviez, vous ?

Sur le même sujet  5 podcasts vélo à écouter durant le confinement (Sélection n°2)

Également, vous êtes désormais autorisé à rouler avec un éclairage d'une puissance minimale de 10 LUX, contre 4 précédemment. Attention à ne pas confondre LUX et Lumens. Le LUX, c'est l'intensité lumineuse de votre lampe, c'est-à-dire sa puissance sur un point donné. Quant au Lumens, il sert à mesurer le flux lumineux, c'est-à-dire le faisceau sortant de votre lampe. Cela explique les chiffres souvent énorme (et bien plus marketing) des fabricants. Pour tout savoir sur l'éclairage vélo, vous pouvez lire notre article :

Tout comme l’arrêté d'origine, ce nouveau texte se destine à la fois aux fabricants et distributeurs, dans l'obligation d'équiper d'un éclairage les vélos neufs qu'ils commercialisent ; mais également aux propriétaires du vélo, qui doivent s'y conformer et posséder un système d'éclairage avant et arrière. Ce nouvel arrêté entrera définitivement en vigueur au 1er décembre 2021.

Sachez que d'autres équipements peuvent faire partie de la "panoplie sécurité" du cycliste : le casque (non obligatoire (et tant mieux), sauf si vous avez moins de 12 ans), le gilet réfléchissant (uniquement de nuit et hors agglomération) ou encore l’écarteur de danger (non obligatoire). En revanche, est obligatoire : l'éclairage bien sûr, la sonnette et les catadioptres (avant, arrière et latéraux). Bien sûr, sur ces deux derniers éléments, les cas de verbalisation sont rares, sauf policier zélé. N’hésitez pas à nous partager votre expérience en commentaire si cela vous est arrivé.

Retour en haut de page