Documentaire, La lutte des cycles, Histoire des Français à vélo

Devenu objet courant de déplacement, de voyage ou bien de loisirs, il ne faut pas oublier que le vélo fut, avant notre ère moderne, tour-à-tour un produit de luxe, un mode de revendication ou encore un indicateur social.

Amoureux du vélo et soucieux de redonner de la précision historique à la genèse de la bicyclette, le journaliste Laurent Védrine et le producteur Vincent Gazaigne, souhaitent réaliser un documentaire sur cet amour historique qu'entretiennent les Français avec leur vélo.

Réaliser ce documentaire a naturellement un coût, et la toute jeune boite de production, Talweg, a souhaité mettre en place un financement participatif via le site KissKissBankBank, afin de couvrir les frais de tournage ainsi que les très onéreux droits de reproduction d'archives.

En échange de notre petit coup de pouce médiatique, Laurent a accepté pour Weelz de répondre à quelques questions...

Weelz : Bonjour Laurent, présentes-toi en quelques mots.

Laurent : J'ai 36 ans, je vis actuellement à Paris, où je me déplace presque exclusivement avec mon vélo rouge (ndlr : un joli Gazelle). En fait, depuis l'âge de douze ans, j'ai toujours roulé au quotidien, par tous les temps, même quand j'habitais dans un village tout au bout du Finistère.

Aujourd'hui, je suis réalisateur de films documentaires, mais j'ai aussi exercé le journalisme dans la presse écrite. Je suis aussi militant cycliste et, plus généralement, très sensible aux questions environnementales.

W : Dans quel but faire ce documentaire ? Historique, éducatif, revendicatif ?

"A partir de 1890, le vélo incarne le progrès et l'aspiration populaire à plus de mobilité"

L : Cette histoire des français à vélo, c'est vraiment un film d'histoire, qui cherche avant tout à raconter un imaginaire collectif sous le prisme du cyclisme au quotidien. Au fil des années, je me suis rendu compte que nous ignorons beaucoup de choses liées à nos villes et aux modes de déplacement de nos grands parents, voire de nos ancêtres plus lointains.

Raconter ce qui se passait en 1891, en 1936 ou en 1972, c'est aussi relier notre vie actuelle aux choix politiques de ceux qui nous ont précédé. En ce sens, oui, ce film est engagé, parce qu'il montre qu'une culture du vélo a existé pendant des décennies, et qu'elle était souvent intimement liée aux luttes sociales et à la liberté de l'individu.

Sur le même sujet  Bicycles for Humanity : améliorer le quotidien par le vélo

W : La bande-annonce du docu nous fais voir de nombreuses images d'archives. J'imagine que cela prend beaucoup de temps à rassembler et trier ?
L : Oui...c'est un travail épuisant, surtout pour une petite production comme la notre, qui n'a pas les moyens de payer des documentalistes professionnels. Les sources d'archives sont très disparates et il faut parfois aller fouiller dans les "greniers" des archives familiales et des petites associations. Mais c'est passionnant et nécessaire.

Ces derniers mois, je pense que j'ai visionné et sélectionné plusieurs centaines d'heures d'archives, des images fascinantes, émouvantes, parfois choquantes. Voir toutes ces décennies qui défilent sur mon écran, ça donne vraiment à réfléchir, comme si l'Histoire passait en accélérée dans ma tête ! Quand je sort de la salle de montage, je suis étonné de retrouver un monde en couleur !

W : Comme tu le dis, le vélo a fait son grand retour ces dernières années. Quelle est ton analyse sur ce regain d'amour pour le vélo ?
L : Ah, il y autant de raisons pour ça que de cyclistes et de pratiques ! Mais bon, en gros, je pense que les gens prennent conscience que nos villes et nos vies doivent s'apaiser. C'est une idée très moderne, pédaler pour refabriquer de la sérénité et de la tolérance dans l'espace public.

ll y a bien sûr l'écologie, le besoin de bouger son corps au quotidien, la liberté et l'autonomie dans ses propres déplacements, et puis pour moi il y a une vraie poésie. Quand on monte sur son vélo, on est ouvert sur les autres, on ressent, on entend, on vibre. Pédaler, c'est vraiment un geste naturel; qui permet de réenchanter la routine des déplacements quotidiens, si on sait (se) conduire avec le sourire !

W : S'il n'y avais qu'un seul message à faire passer pour remettre les gens en selle, quel serait-il selon toi ?
L : Le vélo, c'est juste la bonne vitesse pour construire des relations harmonieuses entre les êtres humains. Et ça rend libre !

Voici la bande-annonce du documentaire, qui fourmille déjà de nombreuses images d’archives :

Et pour soutenir Laurent et Vincent dans leur quête de financement :

> KissKissBankBank.com/la-lutte-des-cycles

Retour en haut de page
Fermer cette popup
Ne pars pas comme ça !
On a encore plein de choses à te montrer...

Ne rate rien des prochains articles en t'abonnant à la WeelzLetter ! ( Et parfois, tu peux même y gagner des cadeaux)