Définition: C'est quoi le bikepacking ?

Définition: C’est quoi le bikepacking ?

Voici quelques temps désormais que Weelz.fr a pris un petit virage éditorial. Exit le "web magazine du vélo urbain" trop restrictif, welcome le "mag' vélo leader de pignon" plus inclusif. Comme je le dis souvent, le vélo c'est utilitaire, mais c'est aussi beaucoup de plaisir et de fun !

Parmi les nouveau sujets abordés par Weelz.fr, le vélo tourisme bien sûr, mais également le voyage à vélo (je fais une distinction), l'émergence du gravel ou encore la tendance du bikepacking. Mais, au fait ... c'est quoi le bikepacking ?


Emballage de vélo ?

Si l'on se tente à une traduction littérale (ce qu'il ne faut jamais faire) on entendrais : "Emballage de vélo". Quoi ? Alors c'est une technique quand on offre un vélo à quelqu'un c'est ça ?

Not really… Ha ok… alors, c'est un truc à propos de l'enthousiasme autour du vélo, genre, le vélo ça nous emballe … ? Hummm…. toujours pas...

"la monture elle-même devient le porte-bagage"

Le bikepacking, les amis, c'est l'art d'emporter tout le nécessaire de voyage sur un vélo non équipé d'équipements dit utilitaires que sont les portes-bagage, avant comme arrière. En gros, la monture elle-même devient le porte-bagage.

Et on se rend compte, en voyant la récente production des gammes de bikepacking, que les emplacements de fixation ne manquent pas sur une bicyclette.

Béni soit George de Mestral

La tendance montante de l'itinérance à vélo, peu importe la manière dont vous la pratiquez, induit une émulation très forte parmi les accessoiristes vélo. On ne compte plus le nombre de marques à l'heure actuelle qui ont introduit une ligne de bagagerie vélo, et plus précisément de bikepacking.

"on n'a toujours pas trouvé mieux que le sacro-saint velcro"

Et béni soit l'inventeur du velcro, George de Mestral. C'est en 1948 que ce Suisse a trouvé, par sérendipité, une "fermeture par crochets et boucles textile". Le Velcro était né. Bien lui en a pris.

Car pour harnacher de la bagagerie sur un support dénué d'attaches ou de visseries, on n'a toujours pas trouvé mieux que le sacro-saint velcro. Il faut avouer que c'est diablement efficace et pratique.

Sur un vélo, on distingue quatre grands types d'emplacements : la selle (avec ses rails et sa tige), le cadre, le cintre et la fourche.

Sacoche de selle

Les sacoches de selle reprennent le même principe que les petites sacoches que vous fixiez sous votre selle et dans laquelle vous placiez un petit nécessaire de réparation. La différence est ici que le volume du sac a considérablement augmenté.

Vous pouvez désormais emporter jusqu'à 20L pour certains modèles. La fixation se fait à l'aide d'une large boucle velcro qui vient entourer la tige de selle (parfois il y en a même deux), couplé à un système de sangles et de clips venant s'enrouler autour des rails de la selle.

Remplir correctement une sacoche de selle est une science. Il faut le faire intelligemment, en plaçant les éléments les plus lourds au fond, au plus près de la tige de selle, de manière à éviter au maximum le ballottement qui pourrait s'avérer désagréable au pédalage.

Certains fabricants, comme Specialized et sa gamme Burra Burra (photo ci-dessus), on imaginé un support métallique pour augmenter la rigidité de l'ensemble et éviter le balancement.

Sacoche de cadre

Coté cadre, les points d'attaches sont nombreux. La contrainte vient plutôt du fait que la bagagerie ne doit pas venir gêner le pédalage.

Sur le même sujet  [Test] Specialized Sequoia, un baroudeur sobre prêt à tout affronter

On distingue les sacoches de cadre supérieures (non, pas la catégorie socio-professionnelle) venant se fixer sur le top tube.

Vous avez également les sacoches "full frame" qui descendent jusqu'au downtube et qui permettent d'emporter un volume conséquent. Leur inconvénient est que vous retirez la possibilité d'avoir un ou plusieurs portes-bidon à cet endroit (mais certains cadres vous permettent de déporter les bidons sous le tube oblique ou encore sur la fourche).

Sacoche de cintre

Autre emplacement intéressant, la partie cintre. Que vous soyez plutôt flatbar (cintre plat) ou bien dropbar (cintre route), les modèles s'adaptent.

Contrairement à de la bagagerie plus classique, avec montage Klickfix, la bagagerie bikepacking de cintre se compose en deux parties. La première étant fixée au cintre, souvent par des boucles velcro (merci George, cf plus haut) ou bien par un support plus rigide, en métal.

La seconde partie se compose la plupart du temps d'un sac étanche que la première partie vient englober et que l'on ferme par un système de sangles réglables et de clips.

Certains fabricants, comme le savoyard Helmut Equipement, a imaginé un concept à mi-chemin, avec une partie métallique venant s'attacher au cintre ou derrière la selle, et une sacoche aux parois rigides.

Cela présente l'avantage d'avoir un rangement optimisé et un accès plus facile à ses affaires sans avoir à tout déclipser. Matthieu Lifschitz, graphiste et rédacteur pour le magazine 200 à réalisé la Transcontinental Race avec le vélo et l'équipement ci-dessus.

Sacoche de fourche

Les fourreaux de la fourche sont aussi mis à contribution. Des sacoches de fourche existent, venant se fixer par, encore une fois, un système de velcro.

Mais le plus pratique reste la bottle cage, appelée aussi gorilla cage, des portes-bidons permettant de fixer soit des bouteilles d'eau, soit de la bagagerie adaptée. La condition étant que votre fourche doit être équipée d'une visserie.

Des pratiques diverses

Si l'origine du bikepacking est lointaine et difficile à dater, il a sans nul doute été popularisé par une autre tendance cycliste, celle de la pratique du vélo gravel. A tel point que les deux semblent aujourd'hui indissociables.

Mais pas question encore une fois de faire de clivage. Les éléments de bikepacking sauront s'adapter parfaitement à n'importe quel type de vélo, que ce soit un VTT, un vélo de route ou encore un vieil hollandais (le vélo j'entends). La pratique du vélo de voyage tout-terrain sauce bikepacking est d'ailleurs très populaire outre-atlantique.

Certains n'hésitent d'ailleurs pas à mélanger les genres en couplant des sacoches de bikepacking avec de la bagagerie vélo plus classique, sur porte-bagage avant ou arrière.

Les adeptes français, pratiquants bien avant que le mot devienne à la mode, parlent de VUL, pour Vélo Ultra Léger, en comparaison de MUL pour les adeptes de la Marche Ultra Légère. On entends aussi le terme de RAVUL pour Randonnée À Vélo Ultra Légère.

Vous trouverez de nombreuses marques proposant des sets complets de bagagerie vélo bikepacking. Parmi elle : Apidura, Restrap, Miss Grape, Ortlieb, Blackburn Design, Helmut Equipement, Vaude, Zefal, Topeak, Rapha…

Alors, tenté par une itinérance vélo en mode bikepacking ? Ou alors vous préférez les bonnes vieilles sacoches sur porte-bagage ?

Crédits photos: Apidura, Restrap, Ortlieb, Blackburn Design, Helmut Equipement, Vaude, Topeak, Rapha

Retour en haut de page
Fermer cette popup
Ne pars pas comme ça !
On a encore plein de choses à te montrer...

Ne rate rien des prochains articles en t'abonnant à la WeelzLetter ! ( Et parfois, tu peux même y gagner des cadeaux)