[Data] Un baromètre de la mobilité partagée en Europe, par le spécialiste Fluctuo — Weelz.fr
[Data] Un baromètre de la mobilité partagée en Europe, par le spécialiste Fluctuo

[Data] Un baromètre de la mobilité partagée en Europe, par le spécialiste Fluctuo

Le spécialiste des données de la mobilité partagée Fluctuo dévoilait le 13 septembre dernier son baromètre de la mobilité partagée en Europe. Nous vous proposons ici quelques commentaires, analyses et remarques.

Fluctuo, la science de la data pour la mobilité

Aujourd'hui si tu n'as pas ton baromètre, t'es cuit. La mobilité partagée n'est donc pas cuite. Si, à titre personnel, la SMART mobility n'a pas beaucoup d'intérêt ; au niveau de l'agglomération, des opérateurs ou des marchés, récupérer d'une manière ou d'une autre les données de mobilité de nos concitoyens est un véritable outil. Le baromètre permet de faire une photo à l'instant T d'un ensemble de services, d'une ville.


Une station Vélib vide. Bonne ou mauvaise nouvelle ?

Fluctuo, société Française (cocorico) co-fondée en 2019 par Julien Chamussy, Jean-Marc Favaro et Pierrick Paul. L'entreprise, dont le siège est à Paris dans le 10ème arrondissement, est indépendante. Elle s'intéresse à la collecte (et la digestion) de données spécialisées sur la mobilité partagée (vélos, trottinettes, scooters, voitures et char à voile).

Comme nous le disons plus haut, son objectif est d'aider les différents opérateurs, privés et publics, à prendre leurs décisions d'investissements en services et infrastructures sur la base de données factuelles. Sachez que Fluctuo a levé 1,6 million d'euros en ce début 2022, pour, comme on dit, accompagner sa croissance (notamment auprès de 574 Invest, le fonds d'investissement (Corporate Venture Capital) de la SNCF).

Le marché de la mobilité partagée en Europe - les sous affluent...

Ce marché de la mobilité partagée en Europe est dynamique. La taille du gâteau augmente et chacun veut sa part, pour reprendre les termes de Vincent Monette que nous avions au micro début septembre. D'ailleurs, ce marché n'est pas loin d'être considéré, soit comme une poule aux œufs d'or, soit comme un marché porteur et d'avenir.

Une Poule aux œufs d'or, nous n'en sommes pas certains en ce qui concerne les opérateurs. Les coûts d'opérations sont très élevés. L'acquisition, la gestion, maintenance des flottes brûle énormément de cash. Et oui, l'acquisition de nouveaux marchés aussi. La mobilité partagée en Europe est un marché d'avenir assurément.

Surtout si l'on en croit les levées de fonds annoncées par Fluctuo. Les 8 premiers opérateurs ont levé à eux seuls 900 Millions d'euros. L'opérateur franco-néerlandais Dott s'octroye la part du lion avec 618 millions d'Euros. Fifteen (premier français dans le classement) a levé 40 millions d'Euros. Enfin, Gouach, dernier du classement, société elle aussi française (ils proposent des batteries, qui équipent notamment Gaya) a levé 3,3 millions d'Euros.

Baromètre - La mobilité partagée, partageons les données....

Ce baromètre (méthodologie reportée en pied d'article, lien pour télécharger l'étude également) s'intéresse à une vingtaine de villes en Europe. De Oslo à Lisbonne, de Dublin à Rome, sans oublier Paris, Varsovie ou encore Bordeaux. 335 "services" (opérateurs en place localement) sont étudiés. Cela représente un parc de 380000 véhicules partagés (17000 par ville donc en moyenne).

Le premier chiffre qui nous interpelle, sans nous étonner : 51% des véhicules partagés en circulation sont des trottinettes électriques. Soit 193.500 déployées officiellement. Scooters et voitures représentant respectivement 8% de la flotte (30.400 voitures/ 30.400 scooters).

Une flotte disponible en croissance, tout comme les usages

Sur la période étudiée (Premier Trimestre 2022), la flotte globale a augmentée de 15% (Budapest et Helsinki mises à part - elles arrivent tout juste dans le baromètre). L'usage de la trottinette partagée augmente de 64%, le scooter 57%, l'automobile 14%. Si l'on regarde la courbe d'usage des vélos, la tendance 2022 est à la baisse sur le premier trimestre 2022, comparé à 2021.

Data mobility : Une photo de quelques villes

Paris : 21 services (de mobilité partagée) sont disponibles (la moyenne Européenne est à 17). La ville lumière est la première ville de ce baromètre en terme de trajets/habitant. Et pour cause, elle est aussi la ville qui offre la plus grande flotte de véhicules; Environ 45.000 (Dublin, la deuxième, n'est qu'à 40.000 (environ)). A Paris, 45.000 véhicules en mobilité partagée, dont environ 30.000 vélos (dont environ 5000 VAE). A propos du nombre de trajets à vélo (en mobilité partagée) par habitant, Paris n'est que sur la deuxième place du podium. Munich lui vole la vedette. Paris toujours, environ 6500 scooters sont déployés (autant qu'à Madrid).

Copenhague : La capitale danoise ne propose que 12 services de mobilité partagée. L'auto partage règne (presque) sans partage. De loin, la ville qui propose le plus de voitures par habitant (cf graphique). Il n'y a dans la ville aucune offre de scooter partagé (c'est le cas aussi de Dublin, Oslo, Stockholm, Londres). Enfin, les trottinettes à Copenhague ne sont pas bien nombreuses. Utilisées par les voisins norvégiens qui viennent boire une Carlsberg en traversant l'Øresund ?

Rotterdam : Propose de son côté 17 services différents. La voiture partagée est significativement représentée (environ 50% des opérateurs proposent des voitures). Et pourtant, cf graphique au-dessus, Rotterdam reste en bas du tableau en nombre de voitures proposées, ou même rapportées au nombre d'habitants. Globalement d'ailleurs, Rotterdam est une ville en queue de classement sur ces mobilités partagées - cf ci-dessous.

Rotterdam, futur eldorado de la mobilité partagée ou ville sur laquelle on va s'y casser les dents ?

On peut formuler des hypothèses

Ce baromètre européen de la mobilité partagée est une mine d'informations. A partir de ses chiffres on peut tenter une analyse plus poussée, ou se demander... Copenhague s'intéresse grandement à la voiture partagée. Comme une alternative à la propriété de sa voiture ? Si Rotterdam est à la traine sur la mobilité partagée, y a-t-il si peu de besoin ? Le taux d'équipement en vélo par ménage est si élevé que chacun possède son propre moyen de déplacement ? Paris doit-elle proposer plus de voitures (environ 5000 disponibles) ?

Faut-il ajouter des vélos aux vélos ?

On aimerait bien savoir quand même...

Les chiffres transmis dans ce baromètre donnent une idée du taux d'équipement, du taux d'usage, par ville. On reste un peu sur notre faim. Il n'y a aucune donnée chiffrée sur le nombre de kilomètres parcourus par trajet, par type de véhicule partagé. Cela, ni globalement, ni par ville, ni par opérateur (un vélo Fifteen fait il plus de kilomètre par trajet en moyenne qu’un vélo Lime ?), intéressant pour l’anecdote et surtout pour les opérateurs !) ; aucune idée du temps moyen passé par location des véhicules, par type de véhicule, par type de véhicule par ville. Aucune idée non plus du coût d'usage, des profils des utilisateurs.

Sur le même sujet  La prime vélo électrique 2022 n'est pas à la hauteur des attentes

Enfin questions cruciales : quelle est la part de la mobilité partagée dans la mobilité globale quotidienne ? Comment évolue-t-elle par rapport aux autres mobilités ? Nous restons sur notre faim et nous pouvons imaginer que Fluctuo a ses informations dans sa base de données ; qu'elles sont disponibles pour leurs clients. Et, nous ne sommes pas clients de Fluctuo. L'AAVP peut-être.

Trottinettes et vélos les grands gagnants de la mobilité partagée ? Pas toujours.

Ce sujet vous intéresse ? Nous vous invitons à télécharger le baromètre ici. Et vous, êtes-vous vous même usagers de la mobilité partagée ? Quel type de véhicule ? Quelle fréquence ? Vous pouvez répondre en commentaire au pied de l'article. On commence : Jérôme à un abonnement Vélib'. Et c'est tout. Xavier, lui est "Pony Angel" chez Pony Bikes (mais l'utilise très peu).

La méthodologie annoncée par Fluctuo

"Le Baromètre Européen de la Mobilité Partagée fournit un aperçu trimestriel du marché à travers 22 villes, sélectionnées pour mettre en évidence la diversité en termes de taille, de géographie et de caractéristiques de marché. Le Baromètre englobe les vélos, trottinettes, scooters et voitures partagés. Les services de VTC (ex : Uber), de covoiturage (ex : BlaBlaCar) et de location longue durée (ex : Swapfiets) ne sont pas inclus.

Récemment, nous avons modifié notre définition de ce qui constitue un service d'autopartage. Nous y incluons maintenant les trajets en voitures louées à la minute, à l'heure ou à la journée. Les locations sur plusieurs jours ne sont pas incluses. Les données sur les véhicules et les déplacements proviennent directement des opérateurs, de sources d'open data, d'applications mobiles et d'annonces publiques. Les moyennes du secteur et certaines extrapolations de données ont été utilisées pour combler les lacunes restantes. Les opérateurs qui ont contribué financièrement à ce rapport n'ont bénéficié d'aucun traitement de faveur."

Retour en haut de page