Cycles Khelys - Le vélo sur-mesure, les Vosges et la Tortue

Cycles Khelys – Le vélo sur-mesure, les Vosges et la Tortue

Le vélo sur-mesure, les Vosges et la tortue. Ce n'est pas une énième Fable de La Fontaine, plutôt un résumé relativement succin de la vie de Yann Babelian. Yann est un jeune cadreur fraichement arrivé sur le marché du vélo sur-mesure artisanal avec les Cycles Khelys. Nous nous sommes entretenu avec lui pour connaitre ses motivations à concevoir et fabriquer lui-même des vélos. Et de la motivation, il en faut !

Du BMX Race au vélo sur mesure Khelys

Chez Weelz!, on aime le vélo. Ça vous le savez déjà. On aime aussi les rencontres, les belles histoires, les villes qui se bougent pour le vélo. On aime aussi celles et ceux qui ont la même passion que nous pour la bicyclette, que ce soit pour tracer un nouveau schéma directeur, faire le tour du monde, imaginer des nouveaux designs, proposer les meilleurs accessoires. Ceux aussi qui se sont mis en tête un beau jour de fabriquer eux-mêmes leurs propres vélos. C'est le cas de Yann Babelian.


Yann Babelian sur son vélo sur mesure Khelys
Yann Babelian sur son vélo sur mesure Khelys

C'est sur un BMX que Yann a réalisé ses premiers tours de roues et découvert ses premières sensations à vélo. Du haut de ses 10 ans, il s'est engagé dans le BMX Race (1), qu'il a pratiqué jusqu'au lycée. Son autre dada, c'était créer, imaginer, dessiner. C'est assez naturellement qu'il s'est tourné vers un BTS Conception industrielle, puis vers un cursus d'ingénieur à l'UTC de Compiègne. "Dans une voiture, la carrosserie et le châssis sont 2 pièces distinctes, ce qui permet de dissocier le design de l’ingénierie, plus difficilement que dans le vélo où tout est apparent. Ce que j'aime dans le vélo, c'est à la fois sa simplicité et sa complexité." nous raconte Yann. Au-delà du BMX, le vélo est aussi un moyen de déplacement quotidien dans la région parisienne où il passe son enfance et son adolescence.

Du vélo trial, une usine dans l'Aube et un vélo longtail

Pour confirmer ses études, ses choix de stages trahissent encore son attirance pour le vélo. C'est tout d'abord chez KOXX (2) - un fabricant de BMX et de vélo trial - qu'il fait ses premières armes. En 2012, stage de fin d'étude, cette-fois chez Cycleurope. Pour ceux qui n'ont pas encore lu notre compte-rendu de visite chez ce fabricant français (si vous en avez envie, filez ici), Cycleurope assemble les vélos Peugeot et Gitane. Ils sont implantés dans l'Aube à Romilly-sur-Seine, au cœur d'une usine qui a vu l'âge d'or de l'industrie française du cycle et des vélos Peugeot (entre 1972 et 1992, on produit ici jusqu'à 900 000 vélos annuels).

Yann restera finalement quatre ans salarié chez Cycleurope, en tant que chef de projet R&D (il a notamment participé à la conception du Peugeot AE21 - photo ci-dessus). Pour lui, ce premier vrai job est le début d'une prise de conscience. Il regrette que l'industrialisation et la mondialisation aient malmené le savoir-faire français en la matière. Dans cette usine, il croise autant de personnes que de talents perdus. Des soudeurs virtuoses qui se retrouvent à la chaine et actionnent des boutons.

Après un passage rapide chez Easy Bike (3) à Paris, c'est chez un célèbre fabricant vosgien de vélo électrique que Yann va décrocher un second job. Il arrive ainsi dans les Vosges en 2018, chez Moustache Bikes, toujours en tant que Chef de Projet R&D. Il y restera deux ans et demi, le temps de participer à la genèse d'un projet qui a vu seulement le jour fin 2021 : le vélo longtail Moustache Lundi 20, que nous vous présentions juste ici.

Un voyage à vélo, un déclic, une tortue et du grec ancien

S'il apprécie son passage chez les moustachus vosgiens, il se rend aussi compte que l'univers du marketing et de l'industrie vélo moderne n'est pas son truc. Son attrait pour l'aspect artisanal du vélo s'amplifie. C'est suite à un voyage à vélo en France que le déclic va se faire. Lorsqu'il revient chez lui, Yann veut fabriquer ses propres vélos ! Deux choix s'imposent à lui : apprendre sur le tas les rudiments de la soudo-brasure ou se former en bonne et due forme chez un artisan cadreur. Il choisit la seconde option, en allant faire un stage à Grenoble chez François Cau, l'homme derrière les vélos sur-mesure Edelbikes.

Sur le même sujet  Où sont les femmes (à vélo) ? Cyclofix s'est posé la question

En Mai 2020, alors que le pays sort tout juste du premier confinement, Yann dépose les statuts de son entreprise : Cycles Khelys, vélo sur-mesure. Vous reconnaissez l'animal sur le logo. Khelys signifie tortue en grec ancien. Pour Yann, cet animal revêt différents symboles forts pour son activité. Une créature qui aime prendre son temps, dont la longévité peut atteindre des records et qui a peu évolué au fil des siècles. Des similitudes qui collent bien au vélo comme le conçoit Yann, tant sur la durabilité de l'objet dans son cycle de vie, que dans le temps à prendre durant le processus de création.

Les Vosges et du vélo à tout faire

"Gravel, vélo de rando, vélotaf, baroudeur, allroad… peu importe son nom, personne ne vous dictera ce qu’il est parce qu’il est avant tout votre vélo"

Yann Babelian - Cycles Khelys

C'est à Xertigny, petit village des Vosges au sud d'Epinal, que Yann a installé son atelier (pas si loin que ça des vélos en bambou de In'Bô). Et puisqu'on est jamais mieux servi que par soi-même, il a commencé par fabriquer son propre vélo. Puis il lance son site web, commence à communiquer sur les réseaux. Par l’intermédiaire de Hutchinson, il rencontre Matthieu Tober et Yann Moszyński, les p'tits gars derrière le blog Les Rookies. Il fabrique leurs montures pour leurs prochaines aventures, en partenariat avec l'Atelier Tangente pour la partie sacoche bikepacking. Matthieu et Yann sont allés récupérer leurs vélos directement à l'atelier de Yann (l'autre). Plus récemment, Yann a également participé au concours de machines 2021 avec son projet Sakarouille.

Yann nous confie qu'il a envie de faire des vélos qui ont du sens, avec des choix rationnels. Le but est de coller au mieux avec le budget de la personne. Ni des vélos performance montés en DI2, ni des vélos électriques pour le loisirs. Son crédo à lui, c'est plutôt un grand écart entre le vélo quotidien et le vélo à vocation aventure. Une envie qui se ressent dans les modèles de base qu'il propose : un vélo porteur, taille unique, et une autre base de cadre, sur-mesure, qui, selon ses propres mots, peut servir à tout : "Gravel, vélo de rando, vélotaf, baroudeur, allroad... peu importe son nom, personne ne vous dictera ce qu’il est parce qu’il est avant tout votre vélo".

Le carnet de commande de Yann se remplit tranquillement, bien qu'il doive, comme tout le monde, palier avec l'actuelle pénurie de composants vélo. Dans tous les cas, il tente de se fournir auprès de fournisseurs français (Stronglight, Mach1, Hutchinson, Gilles Berthoud...) ou, à défaut, européens (Hope, Brooks, DT Swiss, Busch & Müller...). La peinture est assurée à 20 km de l'atelier seulement. Pour le moment, Yann maintient un rythme de fabrication d'un vélo par mois. Jeune entrepreneur, il préfère ne pas mettre la charrue avant les bœufs. Des projets pour le futur ? Le cadreur ne fait pas de plan, mais à terme, il aimerait pourquoi-pas proposer des stages pour fabriquer son propre vélo. La boucle serait ainsi bouclée.

➡️ Plus d'infos sur les Cycles Khelys sur le site officiel.

Du travail d’orfèvre

Crédits photos : Simon Coulombier, Antoine Cochennec.

(1) - Le BMX Race ou BMX Racing est une discipline du BMX. Il s'agit d'une course entre huit concurrents qui doivent parcourir une piste de 340 à 400 m agrémentée de bosses.
(2) - De 2000 à 2013, KOXX était un célèbre fabricant français de BMX et de vélo trial (les plus anciens se souviennent peut-être de Vincent Hermance ou encore du VTT Koxx Boxx).
(3) - Les bureaux d'Easy Bike sont à Paris, mais l'usine d'assemblage est à Saint-Lô dans la Manche (voir notre visite).

Retour en haut de page