Cycles Gitane, une histoire à vélo faite de hauts et de bas

Cycles Gitane, une histoire à vélo faite de hauts et de bas

Alors que la marque française dévoile une toute nouvelle identité graphique, un petit billet culture pour revenir sur l'histoire des Cycles Gitane. Remontons près d'un siècle en arrière. C'est en 1923 qu'un certain Marcel Brunelière, ancien poilu de la grande guerre, s'installe comme forgeron-mécanicien agricole dans la commune de Machecoul en Loire-Atlantique. Deux ans plus tard, il démarre le commerce de pièces détachées pour cycles. C'est en 1928 qu'il s'associe avec Eugène Redois, pour créer la marque de vélo Gitane. Succès immédiat. La jeune société embauche une dizaine de salariés dès la première année.

Cycles Gitane, retour vers le futur

Trois décennies plus tard, la compagnie ligérienne est bien installée sur le marché du cycle. En 1958, elle comptabilise une cinquantaine de salariés. 1960, l'entreprise de Marcel et Eugène devient société anonyme. Elle prend alors le nom de Micmo (Manufacture Industrielle de Cycles et de Motocycles). Le marché du cyclomoteur est alors en pleine expansion (au détriment de celui du vélo). Marcel Brunelière part à la retraite en 1966. C'est Serge Paulange qui reprend les rênes.


En 1968, 67.000 bicyclettes sortent des ateliers Gitane de Machecoul. Coté sportif, la marque s'illustre également. C'est l'époque de l'équipe cycliste Rapha-Gitane-Dunlop et du grand Jacques Anquetil (deux Tours de France remportés en 63 et 64, un Paris-Nice en 65). Puis dans les années 70 et 80, de grands noms comme Bernard Hinault, Laurent Fignon ou Greg LeMond forgent la renommé de la marque avec la mythique équipe Renault-Gitane, la "guêpe du peloton" comme on la surnommait. C'est d'ailleurs en 1976 que la régie nationale Renault rachète l'entreprise Micmo-Gitane, pour venir marcher sur les plates bandes de son concurrent motoriste direct, Peugeot. La marque écoule alors plus de 350.000 unités par an.

Sur le même sujet  Le retour du vélo vintage - Néo-rétro ou néo tout beau?

Une conjoncture moins favorable au vélo

"Ironie du sort, la marque anciennement détenue par Renault est désormais assemblée dans une ex-usine Peugeot Cycles"

La suite est moins rose d'un point de vue financier. Ralentissement de l'économie en France, concurrence asiatique sévère... Renault revend Gitane en 1985. Le groupe Cycleurope est fondé en 1992 pour regrouper les marques Gitane, Peugeot Cycles et BH. Au début des années 2000, Cycleurope rapatrie la production Gitane dans leur usine de Romilly-sur-Seine (lire notre reportage chez Cycleurope). Ironie du sort, la marque anciennement détenue par Renault est désormais assemblée dans une ex-usine Peugeot Cycles. Le site de Machecoul est maintenu pour l'assemblage des vélos d'entrée de gamme, notamment pour les grandes surfaces. Des marques comme Micmo, Raleigh, TVT, EXS sont revendus dans les Auchan, Carrefour ou Leclerc.

C'est en 2013 que le groupe Intersport décide de racheter le site historique de Machecoul. L'usine Micmo-Gitane devient MFC : Manufacture Française du Cycle. Intersport y fait assembler sa marque vélo maison, Nakamura, et continue également l'assemblage des marques distributeurs (TVT E-Bikes, EXS). C'est la même année que le groupe finalise le rachat d'une autre marque historique : Sunn.

Depuis 2000, les Cycles Gitane ne sont donc jamais revenus sur le site de Machecoul. Seul signe de l'histoire de la marque française sur place : l'usine MFC se situe au 27 ... rue Marcel Brunelière. La marque Cycles Gitane a failli disparaitre, mais continue finalement de s'écrire depuis l'usine auboise de Cycleurope à Romilly-sur-Seine. Elle vient de dévoiler un nouveau logo, plus moderne, et une nouvelle gamme de vélos classiques et électriques. Lire notre article à ce sujet.

Retour en haut de page