Crash test : L'automobiliste est dangereux pour les enfants à vélo

Crash test : L’automobiliste est dangereux pour les enfants à vélo

Mais on préfère ne pas en parler

Votre enfant est-il en danger à vélo ? Vélo cargo biporteur ou triporteur, enfants dans la remorque, vélo longtail ou encore système de barre de remorquage ; Dans n'importe quelles conditions, le site Test-Achats.be prouve (sans le dire) que l'automobiliste demeure toujours dangereux pour les cyclistes et leurs petits passagers.

Un crash test vélo grandeur nature

Test-Achats est une association belge indépendante. Comme son nom l'indique, elle réalise des tests sur des produits dans différents domaines de consommation. Du barbecue au blender, en passant par des climatiseurs ou des produits nettoyants, de nombreux choses passent entre leurs mains. Dans l'un de leurs derniers tests, c'est au vélo qu'ils se sont intéressés ; Et plus particulièrement aux différents systèmes qui servent à transporter des enfants.


Pour vérifier si la route de l'école est sûre, ils ont repris un crash test grandeur nature déjà réalisé par l'ADAC (l'Allgemeiner Deutscher Automobil-Club), la très sérieuse association de sécurité routière allemande. Ils parviennent à la conclusion que certains systèmes seront plus sécurisants que d'autres pour votre progéniture. Dans la vidéo, on peut voir des vélos cargo (biporteur et triporteur), un longtail, une remorque enfant et un système de barre de traction pour vélo enfant ; tous soumis à une collision latérale avec un automobiliste dans une berline (la vitesse n'est pas précisée).

Le vélo cargo moins sûr que la remorque ou le siège enfant

Leur conclusion : selon eux, les vélos cargo type biporteur ou triporteur, seraient moins sécurisants qu'une remorque enfant ou qu'un système de siège sur porte-bagage (le longtail ici en l'occurrence). Après l'impact, le vélo cargo va se renverser et continuer de glisser. Quant à la barre de traction : "Le vélo d’enfant relié à l’arrière du vélo [...] s’est révélé le système le moins sûr. Lors de notre crash-test, les jambes et le bassin ont été directement touchés." En d'autres termes, la barre de traction revient au même que si votre enfant pédalait seul sur son propre vélo.

Sur le même sujet  FLYER Gotour3, un vélo électrique utilitaire à tout faire

Les sièges vélo enfant, avec leur point d'ancrage plus haut sur porte-bagages, permettent semble t-il une meilleure protection, en isolant un minimum l'enfant lors de l'impact au sol. Quant à la remorque enfant, celle-ci se renverse lors de la collision, mais le châssis fermé protège mieux votre descendance.

Dans tous les cas : l'automobiliste est dangereux (mais il ne faut pas le dire)

Curieusement, le crash test ne mentionne pas la vitesse de la voiture. Et dans l'article correspondant, il n'est jamais fait mention de la dangerosité de l'automobiliste. Or ici, il est pourtant flagrant que peu importe la manière dont vous allez rouler avec vos enfants ou les transporter sur votre vélo, le danger n°1 reste le conducteur de la voiture. On pourrait ainsi avoir une autre lecture et conclure que, dans tous les cas, c'est l'automobiliste qui est dangereux.

"L'automobile, la vitesse, sont acceptés ici comme une normalité"

L'automobile, la vitesse, sont acceptés ici comme une normalité. Et c'est fort dommage - mais plutôt logique venant d'un organisme de sécurité routière comme l'ADAC - que l'on préfère réaliser des conclusions remettant en cause la responsabilité des parents. Exemple : "Il est crucial que votre enfant porte un casque et soit correctement attaché.". Ils continuent par : "Vous pouvez réduire le risque de collision en conduisant de manière défensive." (Même si l'on ne voit pas vraiment ce qui pourrait agir comme défense contre une tonne de métal lancée...)

Le meilleur reste pour la fin. L'association de consommateur termine sa conclusion par cette phrase : "[...] en faisant en sorte que votre enfant soit bien visible, avec un gilet fluo, un drapeau coloré sur la remorque et de bons feux de vélo.". Moralité, mieux vaut transformer sa progéniture en sapin de Noël plutôt que de remettre en cause l'hégémonie automobile et le manque d'infrastructures cyclables sécurisantes. (Comment ça, nous sommes de mauvaise foi ?).

Retour en haut de page