Coleen : le fabricant de vélo électrique made in France met la clé sous la porte

Coleen : le fabricant de vélo électrique made in France met la clé sous la porte

Coleen a coulé

Une info qui pourrait presque passer inaperçue, vue sur le réseau professionnel LinkedIn ce week-end. Coleen, la marque de vélo électrique (speedbike et VAE) Made in France, Made in Pays Basque, a mis la clé sous la porte. Retour sur l'aventure et quelques questions soulevées.

Le vélo électrique Coleen à l'été 2018

Tout commence (pour nous en tout cas) en juin 2018. Nous sommes conviés à une présentation presse sur les quais de Seine pour découvrir ce prototype, qui ne ressemble à aucun autre. Vraiment ? En fait si. Ce vélo électrique Coleen ressemble grandement au vélo proposé par l'architecte Jean Prouvé, dessiné en 1941. Nous en parlions ici. Une inspiration sur une machine qui a 60 ans pour en proposer une déclinaison moderne. Moderne parce qu'électrique (1), affublée de freins à disques. Moderne aussi parce qu'il sera connecté. C'est la promesse à l'époque de Thibault et Audrey, même si "l'application (compatible IOS et Androïd) est en cours de développement". Quelques mètres le long de la Seine ne nous permettent pas de nous faire une idée du vélo. Nous en parlons dans nos colonnes, parce que notre rôle est aussi là, transmettre de l'information.


Le VAE Coleen : Un prototype élégant... toujours au stade du prototype

Le vélo que nous pouvons tester très rapidement est intéressant. Il est élégant. On voit bien que le produit n'est pas tout à fait abouti. D'ailleurs les deux fondateurs ne s'en cachent pas. Ils travaillent sur la marque depuis de longs mois (années même, puisqu'ils annoncent être sur le sujet depuis 2014). L'objet de cette journée ? Présenter à la presse leur prototype. A la presse et les investisseurs. Parce que le projet est ambitieux, dans l'air du temps, probablement même un peu en avance. Souvenez-vous 2018, le boom du vélo n'est pas encore celui que l'on connait. Il y a quelques frémissements qui font penser que l'industrie du cycle va devenir une économie de plus en plus porteuse. A fortiori l'industrie du cycle électrique. Présenter le produit à la presse est une stratégie pour faire parler de soi, rassurer les investisseurs, et les attirer même.

2019, silence radio

2018, le vélo électrique Coleen est présenté. Nous en parlons dans nos colonnes en septembre. Un an après, pour faire un point sur leur développement nous tentons de joindre les deux fondateurs, nous faisons chou blanc. Sommes nous peu significatifs pour eux, sont-ils débordés, ont-ils des sujets de développement sensibles qui les éloignent d'un média comme le notre ? Nous n'en savons rien. De notre côté, nous passons à autre chose, tout en continuant de voir les propositions d'évolutions de la marque sur leur site internet, qui n'est qu'une vitrine malgré tout.

Fin 2020, vélo électrique Coleen le retour

Deux ans et demi plus tard, nous recevons un appel de l'agence de relations presse de Coleen. Ils aimeraient que nous testions leur vélo (et que nous en parlions dans Weelz!). Ce que nous faisons. Sauf que le test n'est pas véritablement réjouissant. Il est même chaotique. Après avoir testé deux vélos, nous ne sommes pas absolument convaincus. Nous vous proposions ce retour, ici.

Évidemment la marque est déçue de notre compte-rendu ; d'autant, nous l'apprendrons après, que cette présentation à la presse anticipait des tours de tables d'investisseurs. Et nous ? Nous sommes gênés aux entournures. D'un côté : des entrepreneurs, une équipe qui met du temps, de l'énergie, de l'envie dans le développement d'un produit. De l'autre ? Nous. Rester honnêtes et indépendants dans nos comptes-rendus de tests. Nous écrivons donc notre retour, librement et nous restons évidemment ouverts à un autre test si vraiment notre expérience n'est pas le reflet de ce qu'elle devrait être. Test contradictoire et globalement plus enthousiasmant qui aura finalement lieu en avril 2021. Lecture ici. Que ce fut fastidieux malgré tout.

Mars 2022 - La fin de l'aventure Coleen

Une information qui aurait pu passer inaperçue (l'agence de relations presses ne nous a pas contacté pour nous informer. Étonnant, non ?). Simplement, une veille sur LinkedIn et nous apprenons ce week-end que la dernière levée de fonds n'a pas eu lieu, que la marque est à court de financements et que l'aventure se termine ici. Aucune envie de faire le vautour et aller renifler un cadavre encore chaud.

Sur le même sujet  [Test] Le Vélo Mad Sport +, un vélo électrique urbain dynamique

Ce que nous pouvons lire, nous font penser qu'il y aurait un actionnaire majoritaire qui souhaite se retirer du projet, rendant les projections financières à court ou moyen terme trop hasardeuses pour permettre un tour de table serein. Aujourd'hui, le site internet Coleen France est inactif. L'appli quand à elle est encore disponible sur l'Apple store en tout cas. Difficile de savoir si elle est encore active puisque la première action est d'appairer un vélo... que nous n'avons pas.

Quid des propriétaires de Coleen ?

Que va-t-il se passer pour les propriétaires de ses vélos ? Vont-ils pouvoir continuer à rouler sur leur vélo électrique et connecté ? Quel Service après-Vente ? Quel avenir pour la mise à jour de l'appli ? Un ensemble de questions auxquelles pour l'instant nous n'avons pas de réponses. Si vous êtes propriétaire d'un Coleen, vous pouvez nous contacter pour nous en dire plus. Soyons positifs, vous avez peut-être chez vous un vélo collector, qui deviendra un must have dans quelques années.

Un Jean Prouvé, difficile à trouver

Quid des investisseurs ?

Ce sujet n'intéressera que... les investisseurs, passés, présents ou futurs. Il se trouve qu'il y en a de plus en plus qui s'intéressent au vélo. C'est leur métier (d'investir, pas uniquement de s'intéresser au vélo, même si aujourd'hui l'un va bien avec l'autre). Miser sur des entreprises, ventiler les risques, accompagner les entrepreneurs. Savoir au départ qu'une mise sur dix pourrait être rentable, une sur cinquante permettrait, peut-être, de faire une culbute. En l'espèce nous ne savons pas quels furent les besoins en financements, en fond de roulement, quel chiffre d'affaires Coleen a généré et combien de cash elle a brûlé. Creuser ce sujet pourrait être intéressant. En l'état, l'impression d'un joli gâchis. Le vélo en VAE ne nous avait pas convaincu. Et alors ? il existait en speedbike (que nous ne souhaitions pas testé). Il y avait une marque, une envie, une volonté made in France, du temps, de l'énergie, de l'argent dépensés et certainement finalement un marché.

Derrière une marque ? Des êtres humains

La disparition de cette marque nous donne tout d'abord envie de nous adresser aux équipes qui ont porté le projet jusqu'au bout. La fin d'une marque est toujours un moment difficile. Un projet de 8 ans (Le projet voit le jour en 2014). Nous envoyons donc, sincèrement, nos pensées à Thibault et à Pierre notamment avec qui nous avons échangés d'une manière ou d'une autre. Aussi, la fin d'une marque c'est probablement des clients qui vont se retrouver sur le carreau. Nous pensons aussi à eux. En espérant pour eux que leurs vélos puissent continuer à les emmener loin et longtemps sur et par les routes.

La durabilité d'un vélo connecté en question

Enfin, nous ne sommes pas là pour vous dire, si vous cherchez un vélo, ne vous tournez que vers des marques qui ont pignon sur rue depuis des années. Annoncer cela serait nier qu'il y a plein de marques qui émergent, qui proposent des innovations, des vélos différents. Nous en parlons souvent, Reine bike, le vélo Mad pour n'en citer que deux. Nous pourrions évoquer VanMoof et Cowboy aussi. Vous inviter à ne considérer que des valeurs sûres, serait faire croire qu'il n'y a pas de places pour de nouveaux entrants. Dans ce cas, Moustache (qui fête ses dix ans, nous en parlions en 2011, ici), O2Feel un peu plus vieux, nous en parlions aussi en 2011, là, il ne fallait pas en parler dès le début ?

Il y a de la place pour de nouveaux entrants. Nous les évoquons souvent dans nos colonnes. Simplement vous consommateurs, soyez en conscients. Soyez curieux. Choisissez votre prochain vélo de manière éclairée. Enfin si votre dévolu se jette sur un vélo connecté, alors la prise de risque sera encore plus grande. Puisque le vélo connecté est encore tout jeune dans l'industrie du bicloune. Il y aura d'autres arrivants et des acteurs existants qui ne réussiront pas à prendre un virage déterminant. "Le vélo est une aventure", comme disent nos copains de Bike Café.

(1) : Tout ce qui est moderne n'est pas électrique. Heureusement.

Retour en haut de page