Cityrideuz, quand la jupe à vélo devient pratique

Cityrideuz, quand la jupe à vélo devient pratique

Où sont les femmes (à vélo) ?

Avant de vous parler plus longuement de cette marque Cityrideuz, attardons-nous sur nos statistiques d'audience. Nous constatons avec grand plaisir que vous êtes de plus en plus de lectrices parmi nos lecteurs. Si la grande majorité du lectorat de Weelz est encore masculine, cette tendance a significativement baissé¹ depuis quelques années, et nous en sommes les premiers ravis. En 2017 déjà, nous affirmions que la Femme (à vélo) était l'avenir du cycliste urbain. En 2021, plus que jamais, nous en sommes persuadé. Laissons de côté les études stipulant que les hommes sont plus dangereux derrière un volant ou un guidon (une réalité), reconnaissons simplement qu'une plus grande mixité ne peut faire que du bien dans le paysage de la mobilité vélocipédique française.

La journée de la Jupe

"T'es sûr du titre, là ?"

Pour éviter les confusions, précisons le tout de suite : l'auteur de cet article (moi-même) est un homme. Ainsi, bien que je reconnaisse et pense comprendre les désagréments que peut provoquer le port d'une jupe sur un trajet vélo, mon expérience s'arrête ici. J'avoue ne jamais avoir eu l'occasion de le tester en vrai (mais pourquoi pas un jour, lors de ces journées de la jupe organisées par les lycéens²).


"Une marque créée par une femme pour les femmes urbaines."

Sandrine Seymour, elle, a très certainement une plus grande familiarité avec ce problème. C'est elle qui, en 2019, lance Cityrideuz, une marque française de prêt-à-porter 100 % dédiée à la mobilité vélo féminine. "Pour les femmes qui n’ont pas l’obligation d’ être uniquement en « pantalon », mettre une robe ou une jupe en vélo s’avère vite complexe et décourageant : pas trop volante, pas trop serrée, pas trop courte…, bref une vraie galère !" nous dit-elle.

Holly, Alicia ou Clara

Son premier produit : une sur-jupe dont le dessin en pointe - long à l'avant, court sur l'arrière - permet de venir recouvrir les cuisses de son utilisatrice lors du pédalage. Avec son grand zip latéral, elle est facile à mettre et à retirer. Son tissu étanche protège du froid et des intempéries (même si cela restera moins efficace qu'un pantalon de pluie). En réalité, l'objectif est surtout de palier au problème du port de la jupe à vélo, en proposant un produit plus long et plus ample. Le tissu lourd et antistatique permet également d'éviter l'effet Marylin Monroe.

Sur le même sujet  Pourquoi le reconfinement ne freinera pas la pratique vélo

La gamme s'est étoffée, avec l'apparition de trois modèles, à adapter selon les saisons. Il y a la sur-jupe Holly, prévue pour les temps hivernaux (la V2 est d'ores et déjà disponible, il reste encore des V1 à un tarif intéressant). Pour la mi-saison, Cityrideuz préconise la Clara, toujours imperméable mais plus légère et plus respirante. Enfin, la Alicia est conçue pour l'été, en tissu denim ou wax à motif, pour flâner au soleil.

Une poche intégrée permet de ranger votre sur-jupe de Cityrideuz lorsque vous ne vous en servez pas. Sur la question de la sécurité, les modèles Clara et Holly intègrent une bande réfléchissante sur le bas de la jupe, permettant une visibilité à 360°. Le tout est réalisé à 90% à partir de plastique recyclé. La marque précise qu'il faut une dizaine de bouteilles usagées pour fabriquer une jupe.

Un manteau en prévision

Avec le succès de cette première collection, Sandrine ne compte pas s'arrêter en si bon chemin. Elle envisage d'agrandir la collection avec une gamme de deux manteaux, qu'elle souhaite co-créer avec de potentielles utilisatrices. Des prototypes sont en cours. Que vous soyez un homme ou une femme, si vous êtes intéressé·e par ce type de produit, n'hésitez pas à répondre au questionnaire mis en ligne juste ici. L'objectif est de pouvoir lancer par la suite une campagne de financement participatif afin que la gamme puisse voir le jour.

➡️ Plus d'infos et boutique sur Cityrideuz.com (liste des revendeurs physiques également).

¹ Nous constations par exemple sur nos abonnés Facebook une forte majorité masculine il y a quelques années (> 80%). Aujourd'hui cette tendance est passée à 69%.
² Le créateur de la pince à jupe spéciale vélo Poupoupidou n'hésite pas à porter la jupe - le kilt en l'occurrence - pour faire ses démos.

Retour en haut de page