[Cinéma]

[Cinéma] « L’Équipier », le film sur le Tour de France 98, enfin en salle

Qui a dit "dopage" ?

Ce mercredi 29 juin 2022 sort sur vos écrans de cinéma le film "L’Équipier", distribué par Épicentre Film, avec (entre autres) Louis Talpe, Tara Lee, Iain Glain. Réalisé par Kieron J. Walsh. Une plongée dans ce Tour de France 1998, si particulier. Film dont la sortie sur grand écran avait été repoussée pour cause de Covid. Nous vous en parlions déjà ici (titre original : "The Racer"). Dès mercredi prochain, il sera enfin sur grand écran en France, pour une expérience plus immersive.

Un peu d'histoire de cyclisme des années 90

Comme tous les ans, au mois de juillet, en France arrive la grand messe du vélo. Cette année là, le Tour part d'Irlande le 11 juillet pour se terminer le 2 août (de la même année). Première fois que le départ de la grande boucle se fait d'Irlande. L'histoire retiendra surtout qu'en 1998, éclata l'un des plus grands scandales de dopage pendant le Tour de France (le plus grand, étant à nos yeux, l'imposture d'une décennie de Lance Armstrong).


L’Équipier, le pitch du film

Film "L’Équipier" - Qui veut bien passer le test anti-dopage ?
Qui veut bien passer le test anti-dopage ?

"protéger son leader, le mettre dans les meilleures conditions"

Dom Chabol (Louis Talpe) a 39 ans. C'est un solide, mais sur la fin, équipier de son leader italien, Lupo Malino, dit "Tartare" (Matteo Simoni), pressenti potentiel maillot jaune aux pieds de l'Arc de Triomphe. Il est là pour protéger son leader, le mettre dans les meilleures conditions. Le rassurer en dehors de la course, le protéger tout le temps, le lancer dans le sprint final. Son âge lui confère un statut un peu particulier dans cette équipe.

Dom est un "domestique". Il n'est pas programmé pour gagner (il n'a d'ailleurs remporté aucune étape, aucune classique tout au long de sa carrière). A l'un la gloire, à l'autre les remerciements (si l'équipe remporte l'étape), les reproches (si l'équipe échoue).

Iain Glen (l'excellent Ser Jorah Mormont dans Game of Thrones) dans le film l'équipier
C'est fou comme une série peut marque un acteur, non ?
Iain Glen (l'excellent Ser Jorah Mormont dans Game of Thrones)

Le Contexte du film l’Équipier

Nous sommes en Irlande, à quelques jours du départ. L'équipe Austrange est au complet. On peaufine la préparation. Aucun détail n'est oublié, les séances de préparation physique, l'alimentation au gramme près, les piqûres d'EPO dans les fesses. Dom y croit encore, il s'occupe de trouver son contrat de coureur pour l'année suivante, celle de ses 40 ans. Il n'est pas près à raccrocher les crampons. Le cyclisme c'est sa vie. Après avoir été exclu du groupe l'avant-veille du départ, il est rattrapé in-extremis la veille, suite à une défection. Va-t-il tomber pour dopage ? Dom va-t-il mener son leader au maillot jaune ? Le vieux, va-t-il enfin gagner une étape ?

Bien sûr qu'il y a une histoire d'amourette

Donner sa vie au vélo

Être cycliste professionnel (ou sportif de haut niveau) c'est tout sacrifier pour son sport. Dom, joué par l'excellent Louis Talpe, nous le démontre. Deux drames personnels qui arrivent coup sur coup nous montrent laquelle est sa famille, laquelle mérite tous les sacrifices. Laquelle, aussi probablement, lui a tout donné, laquelle peut-être lui reprendra tout. A moins que ce ne soit l'inverse, à quelle famille il a tout donné. Et comme toutes les familles, celle-ci aussi est dysfonctionnelle.

Sur le même sujet  "Length of Sweden", un film vélo ultra distance à travers la Suède
Louis fait aussi du vélo dans la vie

Le peloton, une société, une dramaturgie

Nous ne sommes pas des fans absolus du Tour de France. En revanche, nous aimons les cyclistes, tous les cyclistes. Les hommes et les femmes qui sont derrière ses coups de pédales. Ce film s'intéresse plus aux relations humaines, aux doutes qui traversent ses coureurs, aux relations des uns avec les autres au sein d'un équipe. Il propose aussi une mise en lumière des "porteurs d'eau", les "équipiers". Ceux qui ne sont censés prendre la lumière. Et si cette fonction au sein de l'équipe était la plus importante ? Le sujet de la société du peloton est abordé très finement dans le livre de Guillaume Martin, coureur pro actuel. Nous en parlions ici. Ce film, L’Équipier est un condensé porté au cinéma. Filez-y en danseuse !

Quoi en penser ?

Inspirés de faits réels, évidemment, le tout est romancé. Nous avons été séduits par la reconstitution d'un Tour de France 1998. Aussi par la retranscription sonore des dérailleurs dans le peloton. Enfin par les relations qui se nouent et se dénouent autour du Belge Dominique Chabol. Le rôle du leader, interprété par Matteo Simoni, est probablement caricaturé à l'extrême. On peut le mettre sur le compte de la culture, soi-disant, exubérante de nos voisins d'Italie. Enfin, se pose la question des risques que l'on est prêt à prendre pour briller ou a minima vivre de sa passion.

Ce film L'Equipier sort dans les salles ce mercredi 29 juin 2022. N'attendez pas le 1er juillet (jour du départ du Tour de France 2022, à Copenhague) pour aller le voir. Ce film pourrait vous donner envie de vous intéresser à la Grande boucle. Il devrait vous couper l'envie de vous doper !

Fiche technique du film l’Équipier

Réalisation : Kieron J. Walsh Avec Louis Talpe, Matteo Simoni, Tara Lee, Iain Glen, Karel Roden, Paul Robert, Molly McCann, Lalor Roddy
2020 – Irlande/Luxembourg/Belgique – 97 min – Couleur – 5.1 - Visa n° 155841
Sortie le 29/06/2022

Scénario : Ciaran Cassidy et Kieron J. Walsh
Directeur de la photographie : James Mather
Chef costumier : Uli Simon
Décors : Ulrika Debatisse
Musique : Hannes De Maeyer
Montage : Mathieu Depuydt et Nico Poedts
Son : Pedro Yves Bemelmans
Production : Katie Holly, Yvonne Donohoe
Production exécutive : Lesley McKimm, Cora Palfrey, Sarah Lebtusch, Dimitri Verbeeck
Coproducteurs : Jesus Gonzalez-Elvira, Robin Kerremans, Dimitri Verbeeck
Vendeurs internationaux : Independent Film Company
Distributeur France : Epicentre Films
Presse : Stanislas Baudry

¹ Ne pas confondre avec le film français "L’Équipier", de Philippe Lioret, sorti en 2003, et où Sandrine Bonnaire fait aussi du vélo.

Retour en haut de page