Choisir le vélo, bilan d'un nouveau cycliste urbain à Paris

Choisir le vélo, bilan d’un nouveau cycliste urbain à Paris

Il y a un an, j’achetais mon vélo. Après quelques années de Velib’, des mois à vélo dans ma ville étudiante de Grenoble ou à Belgrade, me voici devenu cycliste urbain à temps plein à Paris.

En 12 mois de pratique, toutes saisons confondues, j’ai complètement adopté ce mode de transport au point d’en devenir un fervent partisan et passionné. J’ai pris le virus, écumé les sites, les magazines et magasins, les comptes Twitter de vélotaffeur (ceux qui font le trajet domicile/travail en deux roues) et j’ai rejoint les associations Paris en Selle et Mieux se Déplacer à Bicyclette MDB.

Si bien qu'aujourd’hui, j’invite au maximum mes ami.e.s urbains (ou non) à investir la bicyclette. Quelques éléments bien connus pour vous inciter à pousser la pédale :

⏰ Le temps : Moins anxiogène que le métro, plus rapide que la voiture. Le vélo est le plus efficace des transports pour rejoindre sa destination. On fait souvent du porte-à-porte.

🚴🏼 L’acte physique : bien connu, mais oui faire du vélo est un bon moyen indirect de faire du sport [Ndlr: on appelle cela juste de l'activité physique ;)]. J’ai eu moins d’essoufflement que prévu et après quelques semaines de pratiques, plus rien ne nous résiste dans une ville comme Paris (à part la rue de Ménilmontant).

👜 Les bagages : J’ai acheté un support bagage avant pour mettre certains de mes sacs et colis ainsi que mes courses. Sinon, sac à dos en permanence. Il y en a de très bien et larges. Pour tous les usages de la vie courante, ça passe très bien.

⛑️ La sécurité : J’ai commencé sans casque, puis j’ai investi après 6 mois. Ils sont légers et esthétiques. Ce n’est pas une gène en vie quotidienne, je l’accroche parfois à l’antivol ou le transporte avec moi dans les lieux où je vais. Puis deux lumières avant et arrière et la sonnette : indispensables.

"J’ai acheté 3 fois le même vélo, car je me suis fait volé les 2 premiers en 2 mois"👮🏼 Le vol : J’ai acheté 3 fois le même vélo, car je me suis fait volé les 2 premiers en 2 mois. À mes débuts. Une première fois dans ma copropriété via un sciage de la borne d’attache (qu’on a fait évolué) et une autre fois un soir près d’un cinéma où je l’avais laissé la nuit (erreur).

À chaque fois un dépôt de plainte en ligne m’a permis de récupérer 75 % de la valeur du vélo et des accessoires auprès de mon assureur (la MAIF) dans le cadre de mon assurance habitation.

Pour sécuriser désormais : j’ai installé le système Pitlock qui permet de verrouiller sa selle et ses roues grâce à une clé à forme unique. J’ai aussi fait le marquage Bicycode. J’ai un antivol en U Kryptonite et j’ai regardé pas mal de vidéos sur le web qui donnent les conseils pour éviter le vol. Depuis 10 mois, plus aucun vol.

💰 Le budget : j’ai acheté un vélo neuf de ville avec 8 vitesses (Modèle 6KU Bikes Delano) environ 500 € et rajouté à chaque fois pour environ 300€ d’accessoires. Vous pouvez trouver moins cher ou plus cher. C’est un budget, mais toujours mieux qu’un scooter ou qu’une voiture.

Sur le même sujet  Tout savoir sur les différents types de guidons de vélo

J’ai encore mon abonnement de transport parisien Navigo, mais je n’exclus pas de le rendre d’ici peu. À savoir que je déduis de mes dépenses professionnelles mon vélo et que je vais sûrement me prendre un vélo pliable pour mes déplacements hors Paris.

🌦️ La météo : En une année, j’ai dû me refuser 5 ou 6 fois un trajet en vélo pour cause de météo. Mais globalement je ne m’attendais pas à le prendre autant. Notamment en hiver ou par temps de pluie. Une paire de gants, un protège coup et c’est paré.

Pareil pour la pluie, les solutions existent et sont larges pour se protéger. Il n’y a pas de mauvais temps pour le vélo, que des mauvais vêtements. Ça vaut aussi pour la transpiration qui reste contrôlable. On met dans le sac ce qu’il faut de rechange le cas échéant.

"Quitter le métro m’a fait encore plus aimer Paris" 🏙️ Une autre approche de la ville : Quitter le métro m’a fait encore plus aimer Paris. Surtout faire du vélo en ville c’est des belles sensations d’adrénaline, de vitesse et de ride urbain à la découverte des espaces. On est passe-partout et surtout il y a une connivence avec les autres cyclistes, un mouvement agréable. Bref, ça devient vite un plaisir. Une communauté.

De tout cela, on devient forcément plus sensibles aux politiques de mobilités dans la ville. L’expérience du vélo m’a complètement convaincu que c’est le moyen de transport le plus pertinent pour la ville d'aujourd’hui.

De voyager à Londres, à Montréal ou au Japon récemment montre aussi que le problème n’est ni la météo (pour Londres), ou le vandalisme (inexistant au Japon) et qu’il y a une vraie possibilité de faire des villes cyclables et agréables. Avec les vélos électriques, on permet aussi de franchir une étape supplémentaire en élargissant le champ des usagers possibles.

"il est urgent d’avoir des pistes cyclables protégées" J’utilise encore le RER, Bus et Métro pour les traversées axiales de L’Île-de-France. Bien sûr la voiture a encore sa place, j’ai réduit mon utilisation des VTC/Taxis depuis un an, mais je l’ai gardé pour les trajets vers les gares/aéroport et dans le cadre de certaines productions photo où j’avais beaucoup de matériel [Ndlr: Pierre est photographe professionnel (et il est plutôt doué)].

Pour cela j’envisage à moyen terme d’investir dans un vélo cargo. Et sur le reste, c’est bien de politique publique qu’il s’agit : il est urgent d’avoir des pistes cyclables protégées en double sens sur tous les axes, et aussi d’avoir des solutions de parking en gare, sur l’espace urbain et dans les copropriétés. Tout cela n’adviendra qu’en soutenant les politiques qui vont dans ce sens et en vous convertissant vous aussi au vélo.

Pédales !

Témoignage original à retrouver ici.
Photo : Pierre Morel / Mon vélo sous la neige. Paris. Février 2018

Retour en haut de page
Fermer cette popup
Ne pars pas comme ça !
On a encore plein de choses à te montrer...

Ne rate rien des prochains articles en t'abonnant à la WeelzLetter ! ( Et parfois, tu peux même y gagner des cadeaux)