Qu'est-ce qui vous pousse à pédaler ? Une enquête scientifique en ligne

Qu’est-ce qui vous pousse à pédaler ? Une enquête scientifique en ligne

Démocratie participative

Bizarre cette époque. On ne nous a jamais autant sollicité pour nous demander notre avis, nous demander de participer. Et d'un autre côté nous n'avons jamais autant eu l'impression de ne pas être écouté. Aujourd'hui on a envie de vous demander, pourquoi vous pédalez ? Bientôt, on vous dira : "Dis moi comment tu pédales, je te dirai qui tu es".

Baromètre des villes cyclables : Pédale dans ta municipalité

Il y a quelques jours fut fermé le vote du baromètre des villes cyclables proposé par la FUB. Comme le mentionnait Olivier Schneider, c'est l'histoire d'un verre à moitié vide ou à moitié plein. La FUB peut se féliciter d'avoir 270,000 réponses, d'avoir qualifié plus de 1,000 communes. De l'autre, c'est possible de s'interroger ; le département de la Haute-Saône par exemple, ne qualifie aucune commune. Ou encore, on peut mettre ces 270,000 réponses en face du million et demi de vélos qui ont bénéficié du Coup de Pouce vélo. Quand il n'y a pas d'argent à la clé, est-ce plus difficile de motiver nos concitoyens ?


On peut aussi s'interroger, puisque chaque votant peut évaluer autant de communes qu'il le souhaite, combien de personnes physiques ont voté ? Combien de non-sympathisants de la FUB ont répondu. Nous attendrons le congrès de la FUB qui se tiendra à Tours début février pour avoir des débuts de réponses.

"c'est un formidable outil de plaidoyer, pour sensibiliser les élus locaux sur le vélo"

On peut aussi mettre en parallèle ces chiffres. Si on regarde le Baromètre des villes marchables (CF ici), porté par la FF Randonnée, 68,500 réponses obtenues. Et pourtant, la marche devrait plus concerner nos concitoyens que le vélo. Et puis, l'objet n'est bien sûr pas de critiquer une telle initiative. Le succès est peut-être ailleurs, il suffit de constater comment cet outil (le baromètre des villes cyclables) est pris en main par les différents présidents d'associations. Peu importe les chiffres, c'est un formidable outil de plaidoyer, pour sensibiliser les élus locaux sur le vélo et son intégration dans leurs politiques publiques.

Du baromètre à l'enquête : Fiona fait du vélo longue distance et est étudiante en médecine

Évaluer sa ville est une chose, on peut imaginer, les répondants à ce baromètre des villes cyclables consacrent du temps à ce questionnaire pour tenter d'influencer les décideurs politiques pour qu'ils s'emparent du sujet vélo dans leurs politiques publiques. Afin que les infrastructures soient meilleures pour que nos répondants puissent assouvir leur envie de pédaler. Mais pourquoi pédale-t-on ? C'est l'objet de cette enquête scientifique menée par Fiona Kolbinger, proposée en ligne sur le site de l'université de médecine d'Innsbruck.

Sur le même sujet  [Étude] Davantage de services vélos pour ancrer l'usage quotidien
Fiona Kolbinger (Photo : Apidura)

Fiona Kolbinger, vous ne la connaissez peut-être pas. Une jeune femme, née en 1995, absolument inconnue du microcosme d'ultra-cyclisme en 2019. Elle s'aligne pourtant sur la Transcontinental Race (TCR = la course vélo longue distance (ou ultra distance) de référence en Europe). Elle remporte haut la main la course. Ralliant Burgas à Brest en une dizaine de jours et en autonomie complète. Un peu plus de 4,000 km en une dizaine de jours (1). Oui, le calcul est simple, environ 400 km par jour, avec son équipement pour être autonome sur son vélo, et ce pendant 10 jours de suite. Une sacrée performance.

En 2021, Fiona est médecin

"Elle s'interroge s'il y a des profils psychologiques types plus enclin à chevaucher un vélo régulièrement"

Jana Kesenheimer, collègue scientifique de Fiona Kolbinger et également cycliste longue distance, participe à cette étude
Photo: Max Draeger)

Elle s'intéresse aux motivations que l'on a à pédaler. Pourquoi on pédale ? Elle s'interroge s'il y a des profils psychologiques types plus enclin à chevaucher un vélo régulièrement. Quels sont les points communs à toutes ces personnes. Cette étude en ligne s'adresse à tout le monde. Quelle que soit votre pratique. Que vous pédaliez au quotidien pour aller au boulot ou que vous consacriez vos vacances pour traverser une région, un pays à vélo.

Participez... si vous voulez

Nous avons rempli le questionnaire. Prévoyez 15/20 minutes de votre temps si vous souhaitez participer. Quelques questions vont vous sembler étonnantes (Aimez-vous la nourriture épicée ? Aimez-vous transpirer quand votre plat est très épicé ?). On peut imaginer que ces questions permettent, sans vous en rendre compte, de bâtir des profils types. L'enquête, on vous remet le lien ici (l'accueil est en anglais, mais vous pouvez choisir les questions en français). Yapluka.

"Cycling psychology" une étude de l'université de médecine d'Innsbruck, par Jana Kesenheimer, Christina Sagioglou (PhD), Dr. Fiona Kolbinger, Dr. Philipp Gauckler et Dr. Andreas Kronbichler.

Crédit photo image à la Une : Jana Kesenheimer (Photo: Max Draeger).

(1) : pour lire un peu plus d'infos sur ce périple, filez ici.

Retour en haut de page