Le casque vélo, c'est comme le préservatif... Sortez couverts

Le casque vélo, c’est comme le préservatif… Sortez couverts

Une analogie entre le casque sur la tête quand on pédale...

Journée mondiale contre le SIDA | Les pas plus jeunes d'entre vous (une petite litote pour dire vieux) se souviennent de cette campagne soutenue par Christophe Dechavanne depuis plus de trente ans. "Sortez couverts", comme une injonction à porter un préservatif quand vous avez une relation sexuelle. Pour se protéger des IST (Infections Sexuellement Transmissibles) anciennement MST (Maladies Sexuellement Transmissibles). Tentons une analogie entre le casque sur la tête quand on pédale et le préservatif sur le sexe quand on a un rapport. "Quel rapport ?" nous direz-vous. La réponse est ci-dessous.

C'est mieux sans

Un casque vélo goût fraise
Un casque vélo goût fraise

Ça veut dire quoi "mieux" ? Plus agréable ? Plus confortable ? De meilleures sensations ? Oui, même les chauves adorent rouler cheveux au vent. C'est une sensation assez unique et difficilement comparable. Et oui il faut reconnaitre, les sensations avec un casque sont légèrement moins fortes et intenses. Reconnaissons quand même que pédaler avec un casque n'est pas non plus un calvaire, il y a pire. Concernant le préservatif, c'est un peu la même chose. Souvent les sensations ressenties sont moins intenses, c'est peut-être une question d'habitude.


Sortir couvert, un enjeu pas si genré

Le premier acheté, le prix prime

"Posé, il fait un peu une tête de gland"

Faut reconnaître au début on n'y connait rien. Ni en casque ni en préservatif. Si on estime qu'on en a absolument besoin d'un, on file chez le revendeur, on regarde vite fait (parfois avec un petit sentiment de gêne ou de honte), on n'ose pas trop poser de question. En plus en général, on s'intéresse à la question au dernier moment.

On prend donc un peu le premier qui nous tombe sous la main. Posé, il fait un peu une tête de gland, mais bon, allez, toutes façons il m'en faut un si je veux pouvoir participer à cette fête (du vélo ou du slip). On finit donc par acheter l'objet, sans conviction, malgré tout en étant un peu excité à l'idée de la sortie à venir.

Quand la chevauchée est occasionnelle, faut-il se protéger ?

La taille importe - #sizematters

Rien de moins confortable qu'un couvre-chef trop serré. Ça comprime, ça fait mal, on le supporte quelques petites heures et on ne rêve que d'une chose : en finir, vite, pour l'enlever à peine arrivé. Le plaisir est gâché. Pour les préservatifs, c'est pareil, changez juste "petites heures" par "longues secondes interminables". Trop grand, ce n'est pas mieux. Rien de plus inefficace qu'un galurin trop grand. Il ne tient pas en place, n'est pas ajusté et il y a de fortes chances, qu'en cas de chute le casque ne soit plus sur la tête avant même le contact sur le sol. Le préservatif, c'est pareil. Si trop grand, il se peut que vous le perdiez en route, avouez que ce serait gênant d'une part, le principe de protection est absolument anéanti à cause d'une petite fierté mal placée d'autre part.

Descendre des escaliers peut être plus dangereux que pédaler.

On finit par s'y intéresser

Sous la contrainte, la pression, par raison aussi parfois, on se dit que de toutes façons il va falloir s'y mettre et le porter plus souvent, plus longtemps qu'envisagé initialement. Alors on finit par s'intéresser à l'offre disponible sur le marché. On se rend compte qu'il y a des casques adaptés aux différentes pratiques, que certains sont plus fins que d'autres. Que d'autres privilégient l'aérodynamisme, ou la légèreté quand certains s'annoncent pensés pour la longue distance ou le tout-terrain. On finit par se dire, que dépenser quelques euros de plus n'est pas forcément une mauvaise idée si l'expérience peut-être améliorée. Pour les préservatifs, le raisonnement est sensiblement le même. Il y en a forcément un à votre goût.

Tout est bon sur cette photo. Casque & masque. Bravo (ou pas).

Ça ne protège pas de tout...

Oui, un accident peut arriver. Le port du casque ne protège pas la clavicule. Ou le coude ou le genou. Tomber en en portant un ne vous garantit pas de ne pas vous retrouver avec le membre dans le plâtre. Idem avec un préservatif, même le meilleur et le plus cher du marché ne vous garantit pas une expérience exceptionnelle et inoubliable systématiquement. Parfois l'alchimie ne prend pas et vous passez à côté. Ça arrive. Même aux meilleur(e)s.

...Ça contribue quand même à une meilleure protection

Ça arrive aussi (même aux meilleur(e)s) de tomber seul(e). Une panne, une mécanique défaillante, un nid de poule, une trajectoire mal négociée et vous vous retrouvez dans le tas sans avoir eu le temps de vous en rendre compte. Parfois, le casque vous sera fort utile, parfois il n'aura servi à rien. C'est pour ces quelques fois que le port du casque est intéressant. Pour ne pas avoir à se dire : "Flûte, si seulement j'en avais porté un". Pour le préservatif, c'est un peu la même chose, il ne vous protégera pas de toutes les déconvenues, il les limitera.

Sur le même sujet  [Vidéo] Vaincre le cancer grâce au vélo, l'histoire de Jonna Johnsen

Son port n'est pas obligatoire

Ce billet s'adresse à un public qui a plus de 12 ans. Donc, non, quoique puisse en dire les uns et les autres, en porter un (de casque) n'est pas obligatoire. La vraie différence, selon nous entre le port de préservatif et le port du casque est malgré tout ici. Quand porter (ou non) un casque est une décision personnelle et qui n'engage que le pratiquant. Le port ou non d'un préservatif est une décision qui se prend au moins à deux. Il suffit qu'une des personnes impliquée dans l'affaire l'exige pour que l'autre (ou les autres) ne discute(nt) pas du bien fondé de la demande et s'exécute(nt).

Si vous ne le portez pas pour vous, portez le pour votre descendance

Dans le premier cas, le port du casque, il se peut que votre descendance vous remercie d'en avoir mis un. Dans l'autre cas, le port du préservatif, il se peut que votre descendance, n'ai jamais à vous remercier d'en avoir porté un ce jour là. Et ce n'est pas négligeable.

Pour le casque, faites comme vous voulez

Le port du casque est obligatoire quand c'est une orgie de cyclistes

On ne va pas conclure ce billet en vous répétant cette injonction "Sortez couverts !". Nous pensons que vous êtes grands, responsables et que vous savez ce que vous faites. On ne va pas non plus tenter de s'immiscer dans votre vie sexuelle, elle ne nous intéresse que moyennement. Pour le port du casque sur votre vélo, certain(e)s n'en portent pas par conviction, respectons la, respectons les. D'autres n'en portent pas parce qu'ils ont un souvenir d'un casque pas pratique, pas confortable, pas joli. A celles-ci, à ceux-là nous leur disons, à l'occasion essayez-en un autre, essayez-en un moderne, adapté à votre pratique, à vos pratiques et vous en trouverez forcément un au confort XXL (vous trouverez quelques test de casque vélo chez Weelz!).

Merci de nous avoir lu, comme on dit souvent : "Là où il y a de la gène, il n'y a pas de plaisir". Et là, le plaisir fut partagé (enfin on espère).

Retour en haut de page