Canal des 2 mers à vélo, un petit tour entre Bordeaux et Toulouse - Ep. 2

Canal des 2 mers à vélo, un petit tour entre Bordeaux et Toulouse – Ep. 2

Nous l'avons entendu au-dessus de notre tête une bonne partie de la nuit, mais la pluie nous fera la gentillesse de se calmer le temps de s'offrir un petit déjeuner dans le petit bourg de Clairac (royaume de la fraise y apprendra-t-on).

À relire, notre périple Canal des 2 mers à vélo, épisode 1.

Mais le plaisir est de courte durée. Un courant d'air chaud remonte d'Espagne et pousse une dépression qui fait couler sur nous une légère pluie fine tout au long de la matinée. Nous prenons plein sud pour redescendre vers les rives de la Garonne en empruntant la véloroute de la Vallée du Lot.

Nous croisons un vététiste, qui se propose de nous emmener sur le chemin. Nous ne sommes pas perdu mais acceptons volontiers. C'est ça aussi l'entraide entre cycliste. Il ne nous en a pas tenu rigueur de l'avoir déposer quelques minutes plus tôt en bas d'une côte, lui sur son Look carbone et nous sur nos vélos chargés de 15 kg de bagage...

Il nous accompagne à un rythme soutenu (en fin de compte, il est peut-être un peu vexé...) mais nous suivons sans mal. Nous traversons le Lot, puis de nouveau la Garonne. Il nous laissera ici continuer notre route. Nous retrouvons "notre" canal de Garonne au niveau de Buzet-sur-Baïze (non, pas de jeu de mot là…).

Nous poursuivons notre périple sur le canal des deux-mers, toujours accompagné par cette petite pluie fine, mais fort heureusement le vent est absent et il ne fait pas froid. La progression est bonne et nous atteignons Agen sans encombres (mais humides).

C'est ici que le canal traverse la Garonne par un superbe ouvrage d'art: le pont-canal d'Agen. Mis en service en 1849, sa longueur est de 539 m. Nous l'empruntons et apercevons en contrebas un café-vélo qui sera notre camp de base pour le midi. L'occasion d'y faire sécher nos affaires et d'y déjeuner copieusement. On vous conseille l'adresse (Café Vélo Agen). L'endroit, un ancien château d'eau réhabilité, vaut le coup d’œil.

Sur le même sujet  Voie cyclable express, des exemples en France et ailleurs

Après un café, nous nous décidons à reprendre la route … avant qu'une énorme averse orageuse nous en dissuade. Les gens courent s'abriter au dehors. Qu'à cela ne tienne, nous reprenons un café. Mais il faut se rendre à l'évidence, la pluie ne faiblit pas. Nous nous rééquipons et quittons Agen sous des trombes d'eau.

Nous tombons sur un "collègue" en galère. Un arbre est tombé en plein milieu de la piste et impossible de le tirer ni de le contourner. Le routard peste après les "tartufes" qui n'ont jamais signalé le problème. Promeneurs, cyclistes ou bateliers en prennent pour leur grade... Nous l'aidons à passer sa remorque chargée et continuons notre chemin, toujours sous la pluie.

Maison éclusière le long du canal de Garonne

Plus loin, nous nous retrouvons entre le canal de Garonne et un autre canal, celui de Golfech, qui alimente la centrale nucléaire du même nom. Nous ne nous attardons pas dans le coin. Puis, le soleil revient (enfin) franchement lorsque nous entrons dans le Tarn-et-Garonne.

Moissac

On préférera les attraits touristiques, et beaucoup plus charmants, du village de Moissac où nous attend un copieux dîner sur la place de l'église et une excellente nuit dans la chambre d'hôte du Pont St Jacques, parfaitement placée au bord du canal.

Suite (et fin) au prochain épisode…

Moissac, vue sur le pont St Jacques depuis la chambre d'hôtes

Retour en haut de page
Fermer cette popup
Ne pars pas comme ça !
On a encore plein de choses à te montrer...

Ne rate rien des prochains articles en t'abonnant à la WeelzLetter ! ( Et parfois, tu peux même y gagner des cadeaux)