[Billet d’humeur] Vous savez quoi ? …

6 octobre 2009

Je suis heureux

weelz-velo-cycliste-urbain-paris-7

Oui, je suis heureux. De retour du Mondial du Cycle, je suis heureux de voir aujourd'hui cet engouement pour le déplacement en ville à vélo.

Même si ce salon était relativement décevant pour tous ceux qui étaient à la recherche des dernières nouveautés ou bien pour voir les derniers modèles de leurs grandes marques préférés, une chose est sûr, c'est que le vélo urbain était dans toutes les conversations de toutes les allées du salon.

Vélo hollandais, randonneur, urbain sportif, vélo rétro, pignon fixe, beach cruiser, VLS et bien sûr vélo électrique, tous y étaient représentés, au final presque plus que les VTT ou autres vélos de route. Au cœur du salon était même installé un forum où divers intervenants sont venus débattre du renouveau du vélo.

Ce qui pour moi est depuis bien longtemps maintenant une évidence (se déplacer à vélo) le devient également pour un nombre croissant de personne. Effet de mode ? Boboïsation du vélo ? Matraquage écologiste ? Je n'en ai pas l'impression. Je penche plutôt, même si cela peut paraître naïf ou même utopique, vers un éveil des consciences, aidé en cela par une médiatisation de plus en plus forte.

Je n'aurais certainement pas ici, la prétention d'avoir le monopole du sujet, mais j'ai l'espérance avec Weelz.fr d'apporter ma petite pierre à l'édifice du vélo urbain, de conforter ceux qui, comme moi, se sont depuis longtemps mis en selle, et de tenter de convaincre les "autres" que le vélo reste l'une des meilleures solutions (je ne dis pas LA) pour désengorger nos cités et rendre celles-ci plus respirables, plus vivables.

Commuter convaincu et costard cravate, roues dans roues

28063076313_696b9685af_oSi je vous parle de cet engouement, ça n'est pas simplement parce que d'autres médias que Weelz en parlent. Non, c'est que celui-ci est de plus en plus visible et qu'il suffit de se balader dans nos rues pour le voir.

À lire  [Conseils] Non, le vol de vélo n'est pas une fatalité

Je prendrais pour exemple une personne que je croise régulièrement dans ma ville, peut-être se reconnaîtra t'il. La trentaine passée, costume-cravate (la photo est là juste pour illustrer), peut-être banquier ou encore comptable, et qui circule fièrement sur un beau VTC flambant neuf (d'une marque nordiste que je ne citerais pas ;)).

Ce genre de rencontre était très certainement commune au début du siècle dernier, où ces messieurs circulaient, élégamment habillés, sur leur bicyclette. Mais il y a 5 ou 10 ans, on aurait plus eu tendance à croiser en ville ce type de public à bord de belles berlines allemandes.

Ça n'est pas un salaire qui doit être je suppose correct qui l'a poussé à pédaler plutôt que d'utiliser sa voiture, mais peut-être, en tout cas je l'espère, une prise de conscience qu'il y avait tout simplement un autre moyen de circuler dans sa ville.

Et quel moyen ! Imaginez un moyen de transport qui vous permette de vous déplacer tout en faisant du sport, qui vous permette de réaliser des économies tout en vous faisant plaisir, préserver l'environnement, combattre les maladies cardio-vasculaires, devenir l'ami de votre banquier, oui, tout cela est possible grâce au vélo.

Voilà, c'était un petit billet d'humeur pour faire un bref état des lieux du vélo urbain. Et vous ? Ce que je constate dans ma ville est-il également visible dans la votre ?

Shopping Vélo urbain

Trouvez votre bonheur chez nos partenaires shopping

Vélo urbain, vélo de ville, vélo hollandais, vélo à assistance électrique, vélo pliant, casque vélo, antivol vélo, protection pluie vélo, vêtements cycliste urbain...

LeCyclo
Wiggle FR
Alltricks

Articles relatifs
  • duss

    "Et quel moyen ! Imaginez un moyen de transport qui vous permette de vous déplacer tout en faisant du sport, qui vous permette de réaliser des économies tout en vous faisant plaisir, préserver l’environnement, combattre les maladies cardio-vasculaires, devenir l’ami de votre banquier, oui, tout cela est possible grâce au vélo."

    --> c'est TRES TRES bien résumé !
    je voulais faire un message pour expliquer pourquoi j'aime le vélo taff mais j'ai rien à ajouter !

    je me déplace uniquement à vélo depuis seulement 14 mois... mais je peux plus m'en passer... et ni la pluie, ni la neige, ni le froid ne me feront prendre le métro !

  • phgiraud

    Ici à Aix-en-Provence, il n'y a malheureusement aucune évolution. On passe toujours pour une extra-terrestre quand, étant ni étudiant fauché, ni chômeur, on choisit ce mode de déplacement. Qu'à cela ne tienne, vous pouvez me croiser très régulièrement sur mon VTC entre Aix et la zone d'activité des Milles!

  • Ceramik

    Posté par duss" mais je peux plus m'en passer... et ni la pluie, ni la neige, ni le froid ne me feront prendre le métro !

    En ville, le lendemain de chute de neige, on trouve au sol une sorte de bouillasse grise-noire, c'est de la neige un peu fondue colorée par les gaz d'échappements
    et comme on peut s'en douter, la neige ne fond pas sur les pistes cyclables, les chasses neige n'y passent pas non plus.
    En gros y'a des rares matins d'hiver ou circuler à velo est pire que la plus horrible épreuve de vtt dans la boue !
    et là au feu rouge, des qu'on pose le pied à terre, on le regrette.

  • Fox

    @phgiraud -
    Ben si, à Aix en Provence ca change aussi:
    - il y a plus de vélo en ville, tout age, tout style. Même entre le centre ville et la zone des Milles (et c'est loin d'être le parcours le plus sympa !)
    - La municipalité barbouille des bandes cyclables sans cohérence (mais c'est mieux que rien).

  • Micke

    Même à Strasbourg je sens la différence depuis 3 ans que j'ai maintenant commencé le vélotaf. C'est assez récent d'ailleurs mais je croise de plus en plus régulièrement de cyclistes (urbains/utilitaires) sur mon trajet.
    Ca me fait penser que depuis deux jours la municipalité à entrepris une nouvelle fois de nous compter en installant des flexibles sur les pistes... Eux aussi doivent se douter de quelque chose!

  • revalama

    Ben oui ça bouge côté vélo...
    trop lentement mais à Bruxelles depuis la rentrée je dirais environ 2 x plus de cyclistes que l'année passée à la même période... l'année d'avant il y avait déjà une nette augmantation. Ca fait 20 ans que je ne me déplace uniquement à vélo, je commençais à désespérer. Est-ce que ça va s'amplifier? Je le crois: plus on sera nombreux, plus il y en aura qui oseront s'y mettre!

  • Euh, à Montpellier, ça bouge plus, ça déborde...
    autant on pouvait tolérer les scooters sur les pistes, maintenant, il va falloir des agents pour réguler le trafic pur vélo...

    bon, les orages d'octobre vont calmer tout ça mais le printemps risque d'être un chouïa embouteillé...

    Va-t-il falloir que l'on réquisitionne une voie sur les routes a cercueils ?

  • tigro

    Vive le vélo en ville !

    Même si ce dernier salon du cycle à Paris était d'une grande pauvreté à mon goût.

    A part un bond sensible dans l'offre V.A.E. (hélas non suivie par une législation toujours des plus strictes), aucune évolution sensible dans le matériel (La courroie de transmission, ou le cardan sont aujourd'hui excessivement confidentiels)

    Pas étonnant que le vélo garde son côté désuet, avec sa lourde chaine bien grasse ;)

    Souhaitons pour la prochaine saison que les marchands de cycles de tout poil puissent enfin proposer un choix décent de matériel, vélos & pièces, en stock ou avec un tarif et un délai d'approvisionnement raisonnables, aujourd'hui cela me semble être un obstacle de taille au développement du vélo.

    A quelques exceptions près, j'ai dû faire venir moi-même 70% de mon équipement de l'étranger par mes propres moyens, faute d'offre et de stock ! Et encore, ce n'est pas une question de moyens, j'accepte de payer plus cher si c'est disponible chez mon bouclard de quartier.

  • zatopek

    Qans ma ville , Bordeaux, je pense sincerement que
    sur 10 personnes croisés a vélo, 3 ou 4 s'en serve a cause de son moindre coût (difficultés économiques), 2 ou 3 femmes ou hommes d'un certains âge pour des difficultés diverses ( absence d'autre véhicule, peur de la circulation automobile
    a bord de son automobile), 3 ou 4 étant des lycéens
    sans permis, et le reste une petite minorité j'en suis certains dans une démarche purement écologique, se confondant avec une envie de se maintenir en forme. En fait je serais curieux de constater, si cela était possible, si le nombre de cycliste roulant tous les jours resterais stable ou diminuerait, si la situation
    économique était florissante ( prix de l'essence trés bas, plein emploi, fort pouvoir d'achat !!), je préférerais ne pas constater ce que je redoute.................

  • Gilles

    Rien ne nait sans raisons, pleins de critères ( tout le monde les connait ) font qu'aujourd'hui les vélos deviennent une nécessité.
    En quelques années le nombre de bicyclettes en ville à largement progressé,
    on le constate tous les jours et cela ne fait que de s'amplifier.