[Bilan vélo part.1] Premier semestre, coup d'accélérateur sur le vélo

[Bilan vélo part.1] Premier semestre, coup d’accélérateur sur le vélo

Coup d'œil dans le rétro 2020

Curieuse, stressante, horrible, atypique, étrange, difficile ... les adjectifs ne manquent pas pour qualifier cette année 2020. Un grand coup dans la tête pour certains, une occasion de vivre autre chose et de revoir ses priorités pour d'autres. Chacun tirera son propre bilan de cette année écoulée si particulière, à l'échelle de notre planère toute entière.

Pour Weelz, on doit l'avouer, le bilan est plutôt positif. La crise sanitaire a eu un effet de boost sur la pratique vélo. Un coup d'accélérateur incroyable sur son usage utilitaire mais aussi pour ses aptitudes à l'évasion et la (re)découverte de nos territoires. Un engouement généralisé à l'échelle nationale, que nous avons su capter, comprendre, conseiller, analyser et accompagner. C'est simple, nous avons pratiquement quadruplé notre audience par rapport à l'année dernière. Remercions au passage les fidèles de la première heure (il se reconnaitront) et souhaitons la bienvenue à nos nouveaux lecteurs et nouvelles lectrices.


Il est vrai, nous sommes tous pressés de quitter 2020 et rejoindre une nouvelle année, qui sera, nous l'espérons tous, meilleure. Ce n'est pas une raison pour ne pas jeter un petit coup d'œil dans le rétro et regarder ce qu'il s'est passé pour le vélo durant cette année écoulée. On récapitule avec vous.

Janvier 2020 : une loi LOM en demi-teinte

Depuis les grèves des transports fin 2019, le vélo a reprit tranquillement du galon auprès des urbains (mais pas que). Initié dès 2017 lors des assises de la mobilité, le projet de Loi d'Orientation des Mobilités, aka la LOM, fut enfin publié au Journal Officiel le 26 décembre 2019. Nous nous interrogions en janvier sur l'efficacité de cette loi sur la question du vélo: allait-elle oui ou non faire avancer la cause de ce moyen de transport ?

Parallèlement, le Doctorant en urbanisme Sébastien Marrec et l'architecte urbaniste Florian Le Villain nous confiaient leur analyse et dressaient un état des lieux sur la cyclabilité des principales villes françaises en constituant un grand dossier pour les Municipales 2020.

Février 2020 : faire du vélo, vivre plus longtemps

En février, nous dévoilions les résultats d'une des plus grandes études jamais réalisés sur un mode de transport et son impact sur la santé des usagers. Il s'agissait d'une étude de cohorte néo-zélandaise qui a analysé les données des recensements de la population et qui a mis en corrélation le mode de transport des répondants et les registres des mortalités. Résultat : les personnes qui se rendent au travail à vélo ont enregistré une réduction de 13 % de la mortalité.

On notera aussi que février, c'est le moment des grandes annonces des évènements vélo de l'année : Mad Jacques Vélo, Salon Vélo in Paris, Anjou Vélo Vintage, Nature is Bike... certains sont parvenus à résister, d'autres ont été annulés pour cause de crise sanitaire.

Mars 2020 : le coup de massue et la résignation

Dire que l'on ne s'y attendait pas serait un euphémisme. Les rumeurs lointaines de Chine, les alertes de l'OMS, l'emballement en Europe. Le mot est lâché, c'est une pandémie mondiale. Comme d'autres voisins européens, la France se confine. C'est le calme plat, le pays est à l'arrêt. Les restrictions de liberté pour endiguer le virus vont même jusqu'à nous priver de vélo.

L'Etat sort son va-tout : l'attestation dérogatoire. Et allez savoir pourquoi, les forces de l'Ordre l'interprète un peu comme bon leur semble. Soudain, le vélo n'est plus considéré comme un mode de déplacement et les amendes pleuvent. Les préfets vont même jusqu'à fermer des axes cyclables ! Fort heureusement, la FUB ne s'est pas laissé faire. Un rétablissement de la vérité auquel nous avons activement participé. Nos articles ont fait plusieurs centaines de milliers de vues durant le premier confinement.

Sur le même sujet  Marquage vélo obligatoire en 2021, on vous en dit plus

Comment parler vélo quand on est confiné à domicile ? Weelz ne s'est pas laissé abattre et à trouver de la ressource pour que vous puissiez continuer à pédaler (dans votre tête ou votre salon), avec la rubrique "Jour sans vélo".

Avril 2020 : le sursaut vélo

Pendant que la plupart des citoyens sont enfermés chez eux, que le Gouvernement navigue à vue et que le personnel hospitalier se bat chaque jour avec un manque cruel de moyen, il se passe soudainement une chose incroyable pour le vélo. Dans les grandes métropoles, on se détourne massivement des transports en commun à cause d'un risque de transmission élevé du virus. Une météo extrêmement clémente aidant, les français se tournent alors vers la bicyclette. Puisque le trafic automobile a fortement baissé, les municipalités trouve d'un seul coup suffisamment de place pour concevoir en hâte des axes cyclables sécurisés. Ainsi naquis la "coronapistes". En langage plus technique, on appelle cela "urbanisme tactique", et les collectivités vont s'en servir à la pelle, avec plus ou moins de réussite.

Mai 2020 : la renaissance

On a tourné en rond dans nos salons, on a larvé devant notre télé, on a pleuré devant les ruptures de stock de home-trainer mais le 11 mai, c'est la libération. Le pays amorce un retour à la normale. Pendant ce temps-là, la crise sanitaire vient de redorer le blason du vélo. On s'émerveille soudain devant ce fabuleux moyen de transport favorisant santé et distanciation sociale. "On va gagner cinq ou dix ans de politique cyclable d'un seul coup" nous dit même Olivier Schneider, le président de la FUB.

Parallement, pour encourager et accompagner l'engouement pour le vélo, le Gouvernement débloque des fonds pour les mobilités actives. D'abord 20 millions d'Euros, puis l'Etat va doubler, tripler puis quadrupler ce chiffre pour répondre à la demande des collectivités désireuses d'améliorer leur réseau cyclable. C'est à ce moment là que le dispositif Coup de Pouce Vélo voit le jour. Le port du masque à vélo fait débat. Au même moment, les rayons vélos des magasins sont dévalisés. Vélo is the new pâtes.

Juin 2020 : l'envie d'évasion à vélo

L'économie du pays est gravement affaiblie. Pour tenter de sortir de cette spirale, on enjoint les citoyens français à rester en France et prendre des vacances au plus proche de chez eux. Et quoi de mieux comme moyen de transport que le vélo lorsqu'il s'agit d'aller prendre l'air à deux pas de chez soi ?! On (re)découvre soudain le vélo tourisme. Le manque d'activité physique durant le confinement a aussi convaincu les français à faire plus d'activités physiques. Nouveaux runners et néocyclistes se bousculent sur les voies vertes le weekend.

Un coup d'œil dans le rétro (vélo) sur la première partie de l'année. Second semestre à paraitre prochainement. Et vous, c'est quoi le bilan vélo de cette 1ère partie de l'année ? Dites-nous en commentaires.

Retour en haut de page