[Bande dessinée] La Bike Life et la vélogistique dans le dernier TOPO

[Bande dessinée] La Bike Life et la vélogistique dans le dernier TOPO

Je vous parle d'un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas comprendre. Je ne me prends pas pour Aznavour. D'autant que les moins de 20 ans sont en âge de comprendre beaucoup plus qu'on ne veut bien le croire. Le numéro 35 (Mai-Juin 2022) du magazine TOPO fait une belle place au vélo. Et selon nous, ça vaut le coup de vous y intéresser (après avoir écouté Aznavour quand même).

La bande-dessinée, lecture plébiscitée par la jeunesse

Le saviez-vous ? En 2021, un livre sur 4 vendu est une bande-dessinée (et une bande-dessinée sur 2 vendue est un manga). 85 millions d'albums ont été vendus en 2021. Les acheteurs (on peut imaginer les lecteurs et lectrices aussi) de bande-dessinée sont principalement - à hauteur de 65% - des personnes de moins de 30 ans1. Puisque notre jeunesse consomme de la bande-dessinée, autant s'adresser à eux en leur proposant... des reportages et récits sous la forme de... bande-dessinées. C'est le pari et la proposition de Topo Revue, qui se présente ainsi : "L'actu dessinée pour les moins de 20 ans".


Topo Revue - Le vélo au cœur du numéro 35 (dans les kiosques le 4 mai)

Dès la première page

La couv' du numéro 35 de TOPO

Avant même d'accéder au sommaire, on ouvre sur un strip de Marc Dubuisson qui ne cause pas de vélo à proprement parler, mais la bicyclette n'est pas loin. Et pourquoi le personnage à gauche a besoin de se justifier en expliquant qu'il fait du vélo ? Vous le saurez en ouvrant le dernier Topo Magazine.

Si vous ne connaissez pas le travail de ce Marc Dubuisson, il est encore temps de vous rattraper. Sympas, nous vous mettons ici, une de ses publications, dans Topo justement.

TOPO, un premier récit sur la BIKE LIFE

Dessinées par Alex Puvilland, les 26 pages qui suivent sous le titre "La ville est à nous", vous racontent le phénomène de la Bike Life, sous la plume de Juliette Sausse. Quelques portraits, l'histoire de ce mouvement (cf notre article paru en en 2019 sur la bike life londonienne - "Knives down, bikes up"), l'esprit qui y règne, tout y est.

Sans mettre sous le tapis les questions relatives au code de la route ou encore de cohabitation entre les jeunes et les moins jeunes. Cette cohabitation qui est un sujet depuis que le monde est monde. D'ailleurs, Weelz! est entrain de vous préparer un portrait d'un ado, membre de la Bike Life. Stay Tuned. Il devrait arriver dans le courant du mois de mai.

Sur le même sujet  Jean Fourche, un vélo urbain simple comme bonjour Made in Europe

Deuxième récit sur le bicloune ? un Plombier à vélo

Elian2, fondateur de Cycloplombier, est le héros de ces 10 pages consacrées à son métier, les avantages de ce choix de se déplacer à vélo pour aller de client en client. On y apprend que même Guillaume Canet a des soucis de plomberie. On trouve surtout que le dessin du vélo est terriblement bien fait. Bien joué Manon Mugnier. On kiffe votre coup de crayon. Et bravo Julien Duriez pour le récit.

La conclusion

Page 142, par Jérémy Piningre, un strip d'une page, quand aller à vélo à l'université pourrait favoriser une discussion avec sa (future ?) dulcinée. Quand attacher son vélo est finalement un moment privilégié... Sur ce récit, on imagine que la suite viendra dans le numéro suivant ?

Tellement d'accord. Attacher son vélo c'est relou.

Rendre le vélo désirable

"Tout cela participe autant et différemment à la création d'une envie de vélos, chez les jeunes et les moins jeunes"

Tout cela pour vous dire, ici chez Weelz! nous en sommes convaincus : Parler d'aménagements cyclables, de parkings vélos, d'assistance électrique, de crevaisons, de cadenas, d'atelier... c'est important et invite nos concitoyens à pédaler un peu, beaucoup, plus, différemment, parfois. Cela participe à construire une culture vélo, l'air de rien. C'est l'aspect technique du système vélo. Pour créer du désir, c'est important de voir des vélos, des cyclistes, dans des séries comme Sex Education, dans Euphoria. De se rendre compte que les héros de notre enfance, comme Lucky Luke, peuvent se mettre à la pédale.

Le vélo a toute sa place dans la littérature, dans les galeries d'art, l'art plastique. On ne vous parle pas de musique ? Si, aussi. Tout cela participe autant et différemment à la création d'une envie de vélos, chez les jeunes et les moins jeunes. De la technique oui, ne négligeons pas le romantique. Dans cette optique3, ce numéro 35 de Topo revue a donc toute sa place sur vos tables de chevet. Foncez à vélo, en roue-arrière ou en vélo cargo chez les point Relay ou chez votre libraire (édit : Topo revu n'est pas vendu dans les kiosques à journaux).

Crédit photo (Une) : Ben Franke.

1 Si une étude complète sur l'économie de la bande-dessinée vous intéresse ? Alors filez lire cette étude de GFK. C'est ici que nous avons trouvé nos chiffres.
2 Elian, si tu passes par là. J'avais participé au crowfunding avec la promesse en face d'avoir le droit de conduire un de vos vélos cargo, le temps de la photo. On le fait quand ?
3 Beaucoup de "ique", trop chic !

Retour en haut de page