Atelier vélo La Petite Rennes : auto-réparation et réemploi

Atelier vélo La Petite Rennes : auto-réparation et réemploi

La Grande Boucle Urbaine - rennes (1)

J'ai rencontré le président de l'association "La Petite Rennes" qui est un acteur majeur pour la pratique du vélo dans la ville bretonne.

Lire l'article : Rennes : des projets cyclables en débat.


L'association a deux activités : L'auto-réparation dans ses locaux : pour une adhésion de 20€, chacun peut venir à l'atelier réparer son vélo avec les conseils des bénévoles et peut profiter des pièces détachées à moindre coût (récupérées sur des vélos usagers).

Le réemploi de vélos usagers avec "Le Grand cycle" : une filière expérimentale qui existe depuis 1 an afin de créer un modèle économique autour du réemploi de vélos. L'idée part du constat qu'en France on jette chaque année 1,5 millions de vélos dont 70% pourrait avoir une seconde une vie.

12022481_901370213289445_4915139747630441644_o

Cette démarche s'inscrit dans une logique de réduction des déchets et elle permet en plus l'insertion de travailleurs en difficulté. C'est aussi une possibilité pour ceux qui ont de faibles moyens d'avoir accès à la mobilité.

L'association a été créée en 2012 avec 300 adhésions dès la première année. Aujourd'hui, elle est forte de 800 adhérents, mais son local est toujours aussi petit : 68m². Dans ces conditions, on n'hésite pas à investir le trottoir pour faire les réparations.

En termes de financement, les adhésions, pièces et vélos vendus permettent à l'association d'être autofinancée à hauteur de 75%, le reste venant de subventions publiques. Son but est d'être autofinancée à 100% pour être indépendante des pouvoirs publics.

10448181_710378172388651_8709643084151529755_nLa Petite Rennes entretient de très bonnes relations avec l'autre association cycliste de la ville "Rayon d'action".

Finalement, les deux consœurs vont dans le même sens en gardant chacune leur domaine d'expertise : l'auto-réparation pour La Petite Rennes, le lobbying et la gravure Bicycode pour Rayon d'action.

Cependant, La Petite Rennes déplore des relations qui ne vont pas au-delà de la simple cordialité avec la mairie et la métropole. Il semble y avoir comme une incompréhension. L'association se voit proposer des subventions publiques alors qu'elle n'en a pas besoin.

Sur le même sujet  Le vélo, nouvel allié des sapeurs-pompiers de Rennes

Ce dont elle a besoin, ce sont des mètres carrés pour son atelier, car le foncier privé est très cher à rennes. Mais la mairie n'a pas de locaux à leur proposer. Pour l'instant ils sont dans un local municipal à 1800€ par an pour 68m².

Pour un local privé, le loyer annuel serait de 30.000€ pour 200m², ce qui est inconcevable avec un chiffre d'affaire de 42.000€ par an et 2 salariés à temps plein.

13055307_1015989805160818_160536017844641752_nSelon son président, les collectivités offrent une écoute très polie à La Petite Rennes, mais on est encore loin d'une réelle construction participative. Comme sur le plan vélo, on fait de l'information plus que de la collaboration.

L'association Rayon d'action est dans une démarche de lobbying et d'expertise dans les aménagements vélo, elle est davantage écoutée. La Petite Rennes se refuse à faire du lobbying , "on est dans le hardware", son projet est de faire des activités cyclistes pour les cyclistes et pas pour les collectivités.

Mais elle se plaint tout de même du manque de considération de la métropole qui se méfie d'associations qui viennent concurrencer la légitimité des fonctionnaires sur l'expertise de leurs aménagements vélo.

Il regrette aussi des aménagements cyclables peu pertinents. Les tensions se cristallisent jusqu'à la rue dans laquelle se trouve l'association : un double sens cyclable avec du stationnement voiture des deux côtés qui est totalement impraticable vu le manque de place.

Si une voiture arrive, le vélo doit quitter la route, passer entre deux voitures stationnées et aller sur le trottoir déjà bien réduit par les parkings. Pour lui, le premier frein au vélo à Rennes est la sécurité et la peur liée au manque de pistes cyclables.

Crédits photos : Célian Ramis, La Petite Rennes.

Retour en haut de page
Fermer cette popup
Ne pars pas comme ça !
On a encore plein de choses à te montrer...

Ne rate rien des prochains articles en t'abonnant à la WeelzLetter ! ( Et parfois, tu peux même y gagner des cadeaux)