L'après-confinement et le vélo : des ONG demandent un fonds d'urgence

L’après-confinement et le vélo : des ONG demandent un fonds d’urgence

Nous vous parlions dans un précédent cet article des aspects concrets de l'urbanisme tactique qui commencent à se mettre en place. Cette volonté affichée risque parfois de se heurter à des difficultés lors d'arbitrages budgétaires.

Aussi, afin d'encourager ces aménagements et de limiter le flot automobile qui viendra remplacer les transports en commun, Les ONG du Réseau Action Climat demandent au gouvernement de débloquer un fonds d'urgence de 500 millions d'Euros.


A travers cette somme, les ONG soulignent des objectifs prioritaires :

Eviter un report massif des transports en commun vers l'automobile

Outre les embouteillages, ce sont les aspects environnementaux et leur impact sur la santé qui inquiètent les ONG. Le vélo, d'un point de vue sanitaire et environnemental, est une réponse simple et efficace à une partie de cette problématique.

"Le vélo, d'un point de vue sanitaire et environnemental, est une réponse simple et efficace"

Les ONG, comme les cyclistes font le constat que les infrastructures existantes ne sont pas proportionnées pour accueillir un report massif vers le vélo. Elles demandent à l'état de prendre en compte cette urgence en mettant en place un budget dédié.

Encourager les collectivités à agir et inciter les citoyens à se remettre en selle

Une "popup bike lane" à Montpellier (photo Vélocité Mtp)

Une partie de cet argent servirait à encourager et accompagner les collectivités dans la mise en place d'aménagements cyclables temporaires.

Sur le même sujet  Déconfinement & Vélo, l'État dévoile un budget de 20 millions d'Euros!

L'autre volet de ces financements vise directement les citoyens. Le réseau action Climat demande ainsi la généralisation des aides à l'achat de VAE ou du forfait mobilité durable, facultatif jusque là.

D'autres mesures telles que l'amélioration de l'offre de stationnement vélo, l'aide à la remise en état ou la formation à la pratique du vélo en ville font également partie des mesures à financer selon l'ONG.

Une première réponse gouvernementale

Entre la demande et l'écriture de cette article, le gouvernement a répondu à une petite partie de ces revendications. En effet, une enveloppe de 20 millions d'euros a été dédiée à la mise en place d'un plan vélo.

Cette enveloppe reprenant une partie de ces revendications des ONG. C'est une bonne nouvelle, même si la somme plutôt modeste mise en jeu par l'état peut intriguer.

Retour en haut de page