L'après-confinement : La voiture est morte, vive la voiture!?

L’après-confinement : La voiture est morte, vive la voiture!?

Depuis 15 jours, tous médias confondus, vous avez droit à une liste exhaustive des podcasts à écouter, des livres gratuits à télécharger, des jeux auxquels jouer, des divers bons plans (visites virtuelles de musées, coloriages à télécharger etc)... Bref, comme s'il fallait absolument remplir les journées vides qui s'égrainent les unes après les autres.

Ici, chez Weelz! nous ne sommes pas persuadés que tout d'un coup, vos journées vont devenir des pages blanches qu'il va falloir tant bien que mal remplir. Nous sommes même persuadés du contraire. Nous continuons donc a tenter de vous divertir, vous informer, vous faire réfléchir sur la pratique du vélo et tout son éco-système.


Au risque de faire s'effondrer un mythe, nous sommes aussi comme vous. Parfois désœuvrés, souvent nous trouvons le temps longs, il arrive que notre vélo nous manque, aussi plus souvent qu'on ne le croit, on regarde l'heure, on voit qu'il est 19h et on se rend compte que finalement la journée est passée comme une fusée et qu'"on a rien eu le temps de faire".

En revanche, le temps que nous passions à pédaler, tester des produits, visiter des villes, rencontrer des acteurs du vélo devient souvent un temps de lecture. On ne va pas vous proposer une revue de presse (mais ce pourrait être une bonne idée! (on note)) de ce qui s'est dit dans la presse autour du vélo cette semaine, par contre, quelques articles et études lus ont attiré notre attention, et à notre avis, méritent votre attention. On vous les pose là, en vous proposant un peu de contexte et puis nous vous souhaitons une bonne lecture!

"Bien comprendre l'attrait de la voiture est essentiel pour adapter la réponse du vélo"

Aujourd'hui nous allons parler de voiture. On aime bien parler de voiture. Nous sommes persuadés que bien comprendre l'attrait de la voiture est essentiel pour adapter la réponse du vélo. On ne va pas vous mettre des liens sur tous nos articles qui parlent de voitures, il n'empêche que vous inviter à (re)lire ce billet, est peut-être le minimum. Le premier article se trouve dans Les Echos du jeudi 2 avril 2020 avec en première page:

"Les ventes de voitures ont chuté de 72% en mars. Le marché auto français est à l'arrêt depuis la fermeture des concessions le 15 mars. Les professionnels prévoient désormais un recul de 20% des ventes cette année en France".

Vous pouvez retrouver l'article complet, ici. Le Covid-19 et le confinement en place depuis la mi-mars a tout bonnement mis à l'arrêt cette industrie. Sachant que les chiffres du 1er trimestre n'étaient déjà pas bons ("en début d'année les prévisionnistes tablaient sur un recul de 2% à 5% des immatriculations dans l'Hexagone [...] désormais nous tablons sur un recul de 30% au premier semestre, 20% sur l'année").

Evidemment notre propos n'est pas de se réjouir du malheur des autres, d'autant que, comme par hasard, ces constructeurs automobiles qui se retrouvent dans une situation délicates demandent déjà un moratoire sur la baisse des émissions de CO2. Ils estiment qu'ils ne peuvent plus développer des véhicules moins polluants dans les délais impartis, l'article est visible ici, toujours dans les Echos, Derek Perrotte vous en parle très bien ici.

Les industriels de l'automobile semblent finalement très contents (toute proportion gardée) d'avoir une belle excuse imparable avec cette situation de pandémie mondiale, pour demander des délais supplémentaire quant à la tenue des objectifs assignés par la commission européenne pour le contrôle et la réduction des émissions de Gaz à effet de serre.

C'est pas comme s'ils n'étaient pas prévenus depuis des années, qu'il serait malin d'orienter leurs ventes ailleurs que sur des SUV. SUV, une pandémie mondiale. Ce superbe billet de Jean Savary, qui date de 2018, mis en ligne sur Caradisiac, au titre visionnaire, mérite votre attention. Il mérite d'être remis en boucle sous les yeux des décideurs politiques et de l'industrie automobile.

Sur le même sujet  De l'utilité d'en finir avec la voiture particulière dans les centres-villes
Ce rapport qu'entretiennent les millennials avec la voiture

Un autre article est paru dans le Nouvel Obs n°2884 en date du 13/02/2020. Dans la rubrique "Tendances", cet article commente une étude commandée par le journal sur le rapport qu'entretiennent les millennials avec la voiture. Quel usage, quel perception ont-ils de la voiture?

En lisant l'analyse de cette étude vous découvrirez que ces jeunes adultes associent plus volontiers à l'automobile le mot "liberté" plutôt que le mot "dépenses". La notion de pollution revient aussi très fréquemment. Un peu comme si, finalement les millenials aimeraient que l'industrie automobile propose des voitures moins polluantes (Ont-ils lu l'article de Caradisiac?).

On peut dès lors inviter les décideurs du monde de l'auto à lire cette analyse, que vous retrouverez ici. On peut aussi inviter les millenials à lire les articles mentionnés en début de billet. Et la boucle sera bouclée.

Pour ceux qui doutent de la méthodologie d'étude de Yougov (l'institut qui a mené l'étude pour le compte de l'Obs) un autre article de ce même journal mérite votre attention (oui j'ai récupéré chez ma mère sa pile d'Obs). Il s'agit de l'interview de Monsieur Dara Khosrowshahi, PDG d'Uber depuis août 2017, parue dans le numéro 2886 (si vous suivez, c'est donc le numéro de la semaine du 27 fév au 4 mars 2020) - Je n'ai pas trouvé le lien vers l'article.

Toujours est-il qu'on n'est pas obligé d'aimer l"ubérisation de nos sociétés" en revanche on peut penser que le patron d'une boite comme Uber, qui met des millions de chauffeurs de bagnoles dans les villes du monde, a une vision de l'évolution des transports. Cette même vision mériterait d'être écoutée. (entendue? c'est un autre point).

"leur proposer des voitures qui répondent à leurs aspirations. Moins gourmandes, moins chères, moins statutaires"

A la question du journaliste "Quelle est votre vision du marché du transport dans les années qui viennent?" Dara répond "Je vois deux tendances. D'une part la réduction continuelle de la possession de voitures individuelles qui -pour la plupart- ne sont utilisées que 5% du temps [...] la deuxième tendance est la durabilité: électrique et hybride progressent à grande vitesse".

De notre côté, nous nous disons naïvement, que le meilleur moyen pour les constructeurs automobiles de vendre des voitures à cette génération qui arrive, c'est bien de leur proposer des voitures qui répondent à leurs aspirations. Moins gourmandes, moins chères, moins statutaires aussi, puisqu'ils perçoivent la voiture comme un outil de déplacement et non comme un prolongement de leur statut social.

"le développement de la voiture propre risque d'être abandonné sur l'autel de "la relance""

Dès lors, est-ce pertinent de demander un moratoire? Mettre en parallèle l'ensemble de ces articles, études, interview, n'est-ce pas finalement démontrer par A + B que le discours du constructeur automobile, se cachant derrière "les consommateurs attendent des SUV, nous leur servons des SUV" ne tient pas la route. Manquent-ils de vision? Faut-il s'intéresser aux consommateurs d'aujourd'hui ou les millenials, qui sont les clients des années à venir.

Aussi nous ne partageons pas forcément la vision de Dara (on ne doute de rien ici), mais n'oublions pas que son interview était publiée avant la pandémie; et le développement de la voiture propre risque d'être abandonné sur l'autel de "la relance"... à voir les jérémiades des constructeurs pour les aider dans ce moment difficile!

De notre côté nous pensons que l'avenir de la voiture est... dans le vélo. BMW l'aurait-il compris avant les autres avec la sortie du BMW 3T exploro ? (nous en doutons, mais on veut bien essayer ce vélo. C'est pour la bonne cause...) Monsieur BMW, si vous nous lisez, glissez un commentaire ci-dessous, qu'on s'organise!

Retour en haut de page