Alsace à vélo, Ep. #1, cyclotourisme sur l'Eurovelo 5

Alsace à vélo, Ep. #1, cyclotourisme sur l’Eurovelo 5

L'Alsace est une belle terre de vélo. Tout-terrain, cyclotourisme, cyclosport… le terrain de jeu est vaste et varié. Sans compter sa capitale, Strasbourg, reconnue depuis de nombreuses années comme ville française référence du vélo quotidien.

Le comité "Alsace à Vélo" ¹ nous a invité en mai dernier à venir découvrir par nous même les paysages alsaciens, en parcourant une partie de l'itinéraire Eurovélo 5, autrement appelée la "Via Romea Francigena".


Résumé de ces deux jours passés en itinérance vélo, depuis Strasbourg jusqu'à Colmar

Strasbourg, un mercredi de début de printemps. A l'instar de la ViaRhôna, effectuée deux semaines plus tôt, la météo est encore de mon côté. Histoire d'officialiser mon départ, je déclenche le GPS au pied de la cathédrale de grès rose.

https://twitter.com/WeelzFr/status/1128551160271581184

Pour s'extirper de la ville, il suffit de suivre les voies d'eau en traçant direction ouest, en suivant l'itinéraire cyclable du Canal de la Bruche. Ce matin là, je suis le seul cyclotouriste en cuissard parmi un flot de cyclistes urbains se rendant au travail.

Dans l'autre sens je croise quelques cyclosportifs, mais surtout de nombreux velotafeurs qui rejoignent aisément le centre ville de Strasbourg à une dizaine de kilomètres de là.

On s'aperçoit que c'est ce genre d'infrastructures cyclables qui sert autant le vélo tourisme que le vélo quotidien.

La piste qui longe le canal est une belle langue de bitume, parfaitement plate et souvent ombragée, qui vous permet atteindre une bonne vitesse de croisière.

Les maisons anciennes côtoient des demeures aux lignes plus contemporaines, des habitations qui profitent de la situation privilégiée au bord d'un cours d'eau, au milieu de champ et d'élevages de chevaux Fjords ou Shagya. 

Les aléas du cyclotourisme

Manifestation en cours contre le projet du GCO

Au loin, je commence déjà à apercevoir les premières montagnes du massif des Vosges. Mais mon itinérance le long du canal de la Bruche sera de courte durée… une quinzaine de kilomètres plus loin, je suis forcé de sortir de mon itinéraire. 

Des "zadistes" sont en cours de manifestation contre le projet du GCO (Grand Contournement Ouest). Des gendarmes croisés sur la route me disent que c'est un peu leur Notre-Dame-des-Landes local...

Partout des messages au sol et des pancartes accrochées sur les maisons montrent que les habitants sont, à raisons, farouchement opposés à ce projet d'un énième axe automobile destructeur de biodiversité.

Je dois trouver un moyen de contourner mais qui malheureusement va me faire emprunter une départementale et une zone industrielle pas des plus agréable. Soit, c'est aussi ce genre de petits aléas qui font le charme du cyclotourisme. 

Je fais l'impasse sur le village de Soultz-les-bains, qui était normalement une étape de mon périple, mais qui me forcerai à faire un trop grand détour par le nord. À Duttlenheim, je parviens à retrouver un itinéraire direction Dorlisheim.

Par chance, je tombe ensuite sur une petite liaison intercommunale interdite aux voitures. Les collines des Vosges grandissent à mesure que j'avance. Soudain, juste devant moi, un couple de cigognes prend majestueusement son envol. Pas de doute, je suis bien en Alsace… 

Quelques kilomètres plus loin, et un chemin agricole un peu défoncé, je parviens enfin à retrouver l'itinéraire officiel. J'arrive à Molsheim.

Pour l'anecdote, c'est ici même que se trouve un atelier de production de la firme Bugatti. L'italien Ettore Bugatti s'y était installé en 1909 (à l'époque l'Alsace fait encore partie de l'empire Allemand) et a laissé son empreinte dans le village. Hôtels, places, écoles portent le nom du fabricant automobile.

Dans l'usine, on y fabrique les modèles Veyron et Chiron. Des voitures extrêmement chères, extrêmement puissantes et … extremements inutiles (1500cv / 420km/h #facepalm).

La véloroute des vins d'Alsace

Sur l'itinéraire de la véloroute des vins d'Alsace

Plus éloigné du sujet de la course automobile, c'est à Molsheim que je rentre officiellement sur l'itinéraire de la véloroute des vins d'Alsace. Celle-ci longe les contreforts vosgiens orientaux sur près de 140 km, de Marlenheim au nord jusqu'à Thann au sud.

Sur le même sujet  ViaRhôna, le guide du routard est sorti
Le comité Alsace à vélo a même créé spécialement un logo pour cette portion viticole de l'Eurovélo 5

C'est ici aussi que j'attaque les premiers dénivelés. L'équipe du Stride à Strasbourg (le plus grand bike park indoor d'Europe) que j'ai visité la veille, m'avait prévenu : ici, ce n'est pas les Alpes, mais l'enchaînement de collines peut vite faire chauffer les jambes.

J'arrive à Rosheim. Arrêt obligé dans la boulangerie Kapfer, pour déguster une délicieuse part de la spécialité locale, la Ropfkueche, mélange d'amande, de crème de cannelle et de raisins. Un délice.

En arrière-plan, la brasserie Kronenbourg, près d'Obernai

Je reprends l'itinéraire de la véloroute des vins, direction Obernai. En chemin, j'aperçois au loin l'énorme site industriel du brasseur Kronenbourg, l'une des plus ancienne entreprise brassicole française.

Arrivée à Obernai. L'occasion de déguster une délicieuse tourte poulet Munster en compagnie de Thomas, de l'office de tourisme local. Thomas s'est converti depuis peu au vélotaf AE. 16 km aller-retour journalier quotidien et il ne reviendrait en arrière pour rien au monde.

Il faut dire que son trajet emprunte une partie de l'EV5, avec, en toile de fond, le vignoble alsacien et le mont Saint-Odile. Il y a pire.

Un exemple d'infra cyclable de qualité dans le petit village de Bergheim

Comme quoi, même en zone rurale, des infrastructures cyclables de qualité permettent des liaisons efficaces et sécurisantes entre les différents villages. Quand le vélo tourisme favorise aussi le vélo quotidien.

Pain d'épices et kouglof

Thomas m'accompagne jusqu'à Gertwiller. Là-bas, je visite la maison du pain d'épice Lips. L'homme qui me fait la visite fabrique du pain d'épice depuis 42 ans. Sortant, tout chaud de la longue planche du four, des dizaines et des dizaines de petits bonhommes en pain d'épice. 

L'homme m'avoue que ce produit marche très bien grâce à Shrek et au personnage petit biscuit. On a beau encore se parler en alsacien dans l'atelier, on en oublie pas pour autant la modernité.

Juste au-dessus de son atelier, il a créé un musée du pain d'épices et de l'art populaire alsacien, dans lequel il amasse depuis 50 ans tout ce qui a trait de près ou de loin à l'Alsace : de la faïence, des poêles en fonte, des moules à pain d'épices et des centaines de moules à kouglof...

Après cette rapide visite, véloroute des vins d'Alsace oblige, je stoppe chez l'un des nombreux viticulteurs de la région. Je pose mes roues pour une dégustation à la Maison Zeyssolff.

N'hésitez pas à vous arrêter dans ce très beau domaine refait à neuf. La charmante Julie, alsacienne native et amoureuse du vin, sera votre guide et vous fera découvrir les différents cépages de cette région.

Soleil à flanc de coteaux

Je reprends la route. A partir de Mittelbergheim, j'en prends plein les yeux. Le soleil de fin d'après-midi rasant sur les vignes à flanc de coteaux, avec en toile de fond le massif des Vosges, donne des images magnifiques.

Après avoir pourtant parcouru seulement une soixantaine de kilomètres, la fin de mon étape est assez rude. Le dénivelé est faible mais l'enchaînement de petites collines joue avec vous comme à des montagnes russes.

J'arrive à la fin de cette première étape par la plaine alsacienne. À ma droite, au sommet d'un grand pic rocheux, le majestueux château du Haut-Koenigsbourg. A ma gauche, au loin à l'horizon, la Forêt-Noire au-delà de la frontière franco-allemande.

Je passe la nuit dans une auberge typique à Châtenois, près de Sélestat. L'occasion encore de tester l'hospitalité alsacienne et de confirmer que la gastronomie locale n'est pas avare en quantité (c'est ce que j'aime aussi dans la pratique du vélo : on peut manger comme quatre !).

Première partie terminée, la suite au prochain épisode !

Retour en haut de page
Fermer cette popup
Ne pars pas comme ça !
On a encore plein de choses à te montrer...

Ne rate rien des prochains articles en t'abonnant à la WeelzLetter ! ( Et parfois, tu peux même y gagner des cadeaux)