Vélo Québec, 50 ans de militantisme pour la bicyclette

12 septembre 2017

Vélo Québec, c'est l'équivalent de notre FUB en France, mais à l'échelle provinciale du Québec. Depuis 50 ans - l'association fêtait son jubilé cette année - elle a fait du vélo son cheval de bataille. Son slogan en témoigne : "Pédaler, agir, transformer". Retour sur cinq décennies de militantisme vélo.

"Nous aimons le vélo. En 1967, nous l'avons enfourché pour ne plus jamais en descendre"

C'est en 1967 qu'un certain Gabriel Lupien fonde un organisme dont le but est de mettre en place des activités cyclo-touristiques. D'abord "Fédération cyclotouriste provinciale" puis "Fédération québécoise de cyclotourisme", ce n'est qu'en 1979 que l'association devient officiellement "Vélo Québec", à une époque où l'expression même de "vélo" n'est pas encore très répandu dans la Belle Province.

Crise du pétrole

C'est en partie grâce à la crise du pétrole au début des années 70, que le collectif va être à la base d'une prise de conscience vélo. Il souhaite notamment guider les consommateurs dans le choix de leur monture. Il faut dire qu'à l'époque, le marché de la bicyclette laisse à désirer en Amérique du Nord. Les vélos sont souvent bas-de-gamme et les braquets souvent peu adaptés.

C'est en 1978 qu'elle publie une étude, qui est en réalité un guide d'achat, afin d'orienter les cyclistes vers le bon choix de vélo. L'organisme publie depuis chaque année ce guide de l'acheteur. De six vélos proposés au début, le guide contient aujourd'hui plus de 2000 fiches vélos !

Pas de danseuse !

Parallèlement à ce guide d'achat, Vélo Québec va aussi s'intéressé à la sécurité des cyclistes. Elle va notamment réaliser un travail actif auprès du gouvernement québécois.

Des campagnes de sensibilisation sont mises en place, autant à destination des automobilistes que des cyclistes.

Dès 1979, une commission parlementaire chargée de réviser le code de la route va même faire siéger l'organisme vélo à titre d'expert-conseil. A l'époque, ce fameux code de la route est totalement inadapté au vélo et contient de nombreuses aberrations.

Vous avez par exemple l'obligation de toujours tenir votre guidon à deux mains (donc impossible d'indiquer un changement de direction) ou encore d'être constamment assis sur votre selle (donc danseuse impossible). Fort heureusement, les choses ont grandement évolué depuis, grâce au travail militant de Vélo Québec.

Un Tour de Vélo

Au début des années 80, profitant d'une journée mondiale de la bicyclette, l'association organise une manifestation cycliste dans les rues de la ville. Une manière de faire comprendre aux usagers motorisés que les cyclistes existent et qu'ils ont droit de cité. Plus d'un millier de cyclistes vont participer à ce rassemblement.

"45 000 personnes ! Le plus grand rassemblement cycliste d'après le Guinness"
Un succès qui donne envie à Vélo Québec d'aller plus loin. Et c'est en 1985 que le Tour de l'Île est créé (rappelons que Montréal est située géographiquement sur une île, entre le fleuve Saint-Laurent au sud et la rivière des prairies au nord).

L'idée de cet événement, qui reste une balade touristique dans des rues fermées à la circulation, et même si il s'éloigne du déplacement à vélo à proprement parlé, est également de montrer à la municipalité que la bicyclette devient de plus en plus populaire auprès des Montréalais. Un rappel annuel donc, afin que celle-ci ne soit pas oubliée le reste de l'année.

Des premiers 3500 cyclistes rassemblés sous une pluie diluvienne, le contingent grossi d'année en année. Tant et si bien que celui-ci atteint 45 000 personnes au début des années 90 ! Le plus grand rassemblement cycliste d'après le Guinness de l'époque ! Nous étions à ce rassemblement en juin dernier. Lisez notre article :

Depuis, grâce aux efforts de l'association, le réseau cyclable s'est amélioré encore, et le nombre à légèrement diminué (les cyclistes ressentent moins le besoin de parcourir la ville de cette façon, puisqu'ils en ont un meilleur accès le reste de l'année). Mais ce qui compte, c'est que ce nombre va devenir un argument de poids pour Vélo Québec et une force de négociation efficace auprès de la ville pour améliorer les infrastructures cyclables.

Le vélo est un moyen de transport

"un document qui recommande de reconnaître formellement la bicyclette comme un véhicule à part entière"

Cette affirmation émane à l'époque, non pas de Vélo Québec, mais du ministère des Transports du Québec lui-même.

Celui-ci publie en 1977 un document qui recommande de reconnaître formellement la bicyclette comme un véhicule à part entière. Il propose même la construction d'aménagements cyclables et l'amélioration de la sécurité des cyclistes. Un document qui sera relayé auprès de la presse et du grand public par Vélo Québec.

En 1988, l'organisme présente une étude pour les prochaines orientations municipales dans le cadre de l'amélioration du centre-ville. Des propositions sont faites en ce sens, comme la prise de conscience environnementale, la diminution de la place de la voiture ou encore l'amélioration des transports publics. Y figure bien entendu aussi la mise en place d'un réseau cyclable cohérent et structuré.

Mais ce n'est qu'en 2007 que la ville de Montréal va véritablement mettre en place ce réseau, avec une première action : la création d'une piste cyclable sur une artère très passagère, le boulevard Maisonneuve (piste qui porte depuis le nom d'une militante vélo, Claire Morissette).

Elle présentera quelques mois plus tard un vaste plan de transport, accordant une large place au vélo et contenant notamment des revendications que contenait le mémoire de 1988. Quand on est militant vélo, il faut savoir parfois faire preuve de patience avec les politiques...

D. Coderre, maire de Montréal et S. Lareau, PDG de Vélo Québec

J'ai eu la chance de rencontrer Suzanne Lareau, actuelle PDG de Vélo Québec, et toute une équipe de passionnés derrière-elle, prête à s'investir à fond pour la cause vélo. Aujourd'hui, l'association reste plus que jamais active.

Outre son travail de lobbying auprès de la ville de Montréal et du gouvernement québécois, l'organisme est présent sur d'autres fronts. Il réalise du consulting auprès des villes, il forme les plus jeunes à l'utilisation de la bicyclette (programme cycliste averti) ou encore élabore des programmes spécial modes actifs.

Vélo Québec, c'est également deux autres entités : Vélo Québec Événements, l'antenne qui développe de l’événementiel et qui, entre-autres, conçoit le festival Go Vélo. Puis il y a Vélo Québec Voyages, qui fonctionne comme un tour-opérateur pour la création de voyages à vélo partout dans le monde.

Au total, ce sont près de 70 salariés qui œuvrent pour la petite reine. Le chiffre d'affaire est bien entendu réinvesti dans les activités de l'association, puisque Vélo Québec reste un organisme à but non lucratif. A voir, cette très belle vidéo qui retrace en images l'histoire de l'association :

Shopping Vélo urbain

Trouvez votre bonheur chez nos partenaires shopping

Vélo urbain, vélo de ville, vélo hollandais, vélo à assistance électrique, vélo pliant, casque vélo, antivol vélo, protection pluie vélo, vêtements cycliste urbain...

LeCyclo
Wiggle FR
Alltricks

Articles relatifs