Casque vélo, la sécurité routière fait de nouveau fausse route

26 juillet 2017

Malgré tout le respect que l'on doit à nos très chers hauts-fonctionnaires de l'état, ils ne sont clairement pas les plus habilités à comprendre les vicissitudes du peuple français. C'est ce qui arrive quand on vit dans les hautes sphères, loin des soucis des gens d'en bas.

Monsieur Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la sécurité routière, que nous avions pu voir à la dernière journée FUB à Nantes et à qui l'on doit la récente loi sur l'obligation du port du casque pour les moins de 12 ans, persiste et signe en déclarant qu'il souhaite "généraliser le port du casque".

Ou comment accuser les cyclistes

Pour cela, il utilise la même technique classique, non pas celle de victimiser les cyclistes, mais en les présentant comme les principaux responsables de leurs malheurs : "Un certain nombre de cyclistes sont très imprudents et ignorent certaines règles" indique-t-il au journaliste de BFM.

Il enchaîne en soulignant que les cyclistes "ignorent certaines règles, notamment les angles morts des poids lourds (...), une des causes assez fréquentes de mort". J'ai eu beau chercher dans le code de la route, il n'y figure absolument aucunes règles stipulant que c'est à l'usager le plus faible d'éviter l'angle mort. En revanche, article R316-6 "Tout véhicule à moteur doit être muni d'un ou de plusieurs systèmes de vision indirecte". Faut-il encore que les conducteurs les utilisent.

Il est évident que les cyclistes doivent savoir qu'il ne faut pas circuler dans la zone d'angle mort d'un camion. Mais dans l'hypothèse où ils l'ignorent, permettez-moi de douter de l'efficacité du port d'un casque lorsque l'on passe sous les roues d'un 38 tonnes... Et d'autre part, est-il normal de voir circuler en milieu urbain des véhicules de ce gabarit ? On peut se poser la question.

Le tout-sécuritaire n'est pas la bonne réponse

Vouloir obliger les usagers cyclistes à porter un casque, c'est admettre que les usagers motorisés peuvent continuer à rouler comme bon leur semble, au mépris des cyclistes et des piétons. Or, le problème se situe bien ici.

"Le casque renvoi l'image d'un mode de déplacement dangereux"
Avant d'être un problème d'équipement sécuritaire, il demeure un problème comportemental généralisé chez les automobilistes et les deux-roues motorisés. Inattention au volant, vitesse excessive, non-respect des infrastructures cyclables sont parmi les principales causes d'accidentologie vélo. Obliger les cyclistes au port d'un casque, c'est légitimer ces comportements dangereux.

Le casque renvoi l'image d'un mode de déplacement dangereux, tout comme la moto et le scooter (qui ont des taux d'accident bien plus haut) alors que la vitesse moyenne d'un cycliste est largement inférieure. Une étude britannique a d'ailleurs démontré que le port d'un casque chez le cycliste rendait plus à même l'automobiliste à le mettre en danger. 

Pour une amélioration de la prise en compte des cyclistes en ville, la solution s'oriente sur trois axes  : une meilleure prévention, un minimum de répression et de meilleures infrastructures.

Meilleure prévention auprès des usagers motorisés pour leur faire comprendre la grande fragilité d'un cycliste en milieu urbain et qu'un minimum de respect et de courtoisie aiderait grandement à les mettre en sécurité. "Une culture de la courtoisie est à développer sur la route entre automobilistes et cyclistes." indique Charles Maguin, président de l'association Paris en Selle. L'asso propose d'ailleurs que l'usage du vélo devrait non seulement être enseigné dès l'école, mais également proposer des heures de vélo aux futurs candidats du permis voiture.

La répression est également nécessaire car il demeure trop d'impunité, non seulement face à la vitesse excessive, mais également face au non-respect des infrastructures cyclables. Le récent changement de catégorie de l'amende pour stationnement dangereux sur piste cyclable (135€ désormais) n'a pas fait évoluer la situation, tout simplement parce que les forces de l'ordre ne verbalisent pas.

Quand au réseau cyclable, il est évident qu'il doit être efficace pour permettre à tout-un-chacun de pouvoir l'utiliser en toute sécurité. Aux Etats-Unis, les responsables du transport de Seattle, Mike Anderson et Mike Zipf, parlent d'une approche Triple A pour "All Ages and Abilities" (tout âges et capacités).

L'idée est de développer des pistes cyclables qui puissent être utilisées autant par des cyclistes aguerris que par des enfants et des seniors. Quand on voit en France de vagues vélos peints sur le bitume de rues étroites pour figurer une bande cyclable, on en est encore très loin.

Le port du casque est une réponse trop facile à un problème qui n'existerait pas si l'on se préoccupait des vraies causes de l'insécurité des cyclistes, à savoir le comportement routier des voitures, camions, motos et autres scooters. Ensuite l'on pourra s'occuper des ces "vilains cyclistes" qui grillent les feux rouges et roulent sur les trottoirs...

Certains hauts-fonctionnaires feraient bien de venir le constater par eux-mêmes en se déplaçant à vélo, sinon à quoi servent-ils ? N'est-ce pas Clemenceau qui disait : "Les fonctionnaires sont un peu comme les livres d'une bibliothèque : ce sont les plus haut placés qui servent le moins."...

Shopping Vélo urbain

Trouvez votre bonheur chez nos partenaires shopping

Vélo urbain, vélo de ville, vélo hollandais, vélo à assistance électrique, vélo pliant, casque vélo, antivol vélo, protection pluie vélo, vêtements cycliste urbain...

LeCyclo
Wiggle FR
Alltricks

Articles relatifs
  • grardmensoif

    Même si je ne m'y suis mis que très recemment (car comment expliquer à ma fille qu'elle doit impérativement en porter un, alors que moi, j'en suis gracieusement dispensé), je pense que le casque est loin d'être futile. Je ne m'imagine pas prendre ma moto sans mon casque...

    Cela fait bien longtemps que ce dernier est rentré dans les moeurs des motocyclistes !
    Et ce n'est pas une histoire de vitesse. Ce n'est parce que la vitesse moyenne d'un cycliste est plus faible qu'un engin motorisé qu'il ne sera pas utile en cas de chute, même à 15 ou 20KM/h... Un trauma cranien est un trauma cranien...La vitesse ne fait qu'empirer les dégats.
    De là à nous exposer le casque comme un outil de propagande politique, no comment...

  • Encore une fois, loin de moi l'idée d’empêcher quiconque de porter un casque. J'en porte un systématiquement (sauf aux Pays-bas ^^).
    Le problème reste toujours le même : l'obligation, qui ferait baisser drastiquement le nombre de cyclistes dans les rues.

  • François Perruchas

    Tout à fait d'accord, ce serait comme obliger tous les gens qui se situent à côté d'un point d'eau de porter un gilet de sauvetage, car il y a tous les ans des centaines de mort par noyade. Ça baisserait beaucoup la fréquentation des plages...

  • grardmensoif

    Je pense que l'obligation du port de casque ne changera pas fondamentalement le nombre de cyclistes, ormis quelques personnes soucieuses de leur permanente...
    Si, comme pour moi, le vélo est le principal moyen de locomotion (velo taf, ballade, petites courses), casque ou pas, c'est pareil.
    Je préfère être protégé, quitte à avoir un truc sur la tête qui me tiens chaud lors des grosses chaleurs et qui me donne une tête d'oeuf...Ca n'engage que moi bien sûr :)

  • Julien Hautemaniere

    Je ne comprends pas comment un cycliste peut être contre le port obligatoire du casque. Êtes-vous aussi contre le port obligatoire de la ceinture car ça fait baisser le nombre d'automobilistes ? Une chute à vélo peut arriver sans aucune intervention extérieure, qu'elle soit d'un camion ou d'une voiture, et pourtant être mortelle pour le cycliste en l'absence de casque : l'argumentation est pour moi illogique et pousse l'image de cyclistes "sectaires".

  • Nicolas L

    Contre l'obligation également. (vélotaffeur de 30km par jour)
    Mais pour un meilleur respect des automobilistes envers les cyclistes (distance de dépassement minimale à respecter, vitesse, ...) On aura fait un grand pas ce jour là, mais c'est beaucoup plus compliqué que faire une tite loi qui oblige au port du casque...

    Dans les pays où il y a le plus de cyclistes, le casque n'est pas obligatoire. Il doit y avoir de bonnes raisons à cela, vous ne croyez pas?
    Arrêtons, nous français, de "savoir" mieux que les autres pays qui sont en avance sur nous (pays-bas, allemagne,...)

  • loic cedelle

    Dans le cas de la voiture, moins il y a de déplacements effectués en voiture, moins il y a d'accident : le port de la ceinture obligatoire est doublement bénéfique à la sécurité. En outre l'effet est limité voir inexistant puisque la ceinture peut être laissé dans la voiture, le casque doit être trimballé sur soit toute la journée (par exemple si vous allez à l'école, ou au restaurant).
    Le casque obligatoire en diffère sur deux points:
    1) Il fait baisser très fortement le nombre d'usagers du vélo (prouvé dans les pays qui ont mis en place cette obligation)
    2) Moins il y a de déplacements effectués en vélo, moins les automobilistes regardent leurs angles morts, moins ils savent se comporter de manière appropriée (notamment le doublement), et plus le danger pour ceux qui se déplacent à vélo est grand
    3) Moins il y a de déplacements effectués en vélo, moins il y a d'aménagements cyclables et plus le
    danger pour ceux qui se déplacent à vélo est grand
    4) Moins il y a de déplacement effectués à vélo, plus il y en a en voiture, et plus la sédentarité et la pollution de l'air sont importants : problèmes majeurs de santés publiques, estimées par le ministère de la santé 10 fois plus importantes que les accidents de la route.

    Mettons tout cela en chiffres: prenons 100 usagers du vélo actuels dont :
    - 25 portent un casque.
    - 75 n'en portent pas
    Admettons
    - un risque d'accident de 1 (pour XXXkm) pour les usagers du vélo actuel, casqués ou non.
    - Des blessures grave dans 10% des accident pour ceux qui ne portent pas de casque
    - Des blessures grave dans 9% des accidents pour ceux qui en portent (puisque les blessures à la tête représentent environ 10% des blessures à vélo).

    Le risque total d'accident grave de nos usagers du vélo est alors 75*1*10%+25*1*25% =9.75.
    A l'échelle individuelle le risque d'accident grave est de 0.1 pour les cyclistes non casqués et 0.09 pour les casqués.

    Mettons que le port du casque devienne obligatoire.
    Supposons que
    - 50 mettent un casque,
    - 25 en avaient déjà un,
    - les 25 restant se tournent pour 10 d'entre eux vers les transports en commun, pour 10 vers la voiture et pour 5 vers la moto.

    il reste donc 75 usagers du vélo.
    Suite à cette diminution de 25% du nombre d'usagers le risque d'accident monte à 1.1 pour les cyclistes et le pourcentage de blessure grave en cas d'accident descend à 9% pour tout le monde.
    Le risque d'accident de la route pour les 10 usagers qui se tournent vers les transports en commun passe à 0.
    Le risque d'accident de la route pour les 10 usagers qui se tournent vers la voiture passe aussi à 0 (admettons) mais leur sédentarité accrue implique un risque d'accident grave de santé de 1 (voir les études préliminaires à la mise en place de l'indemnité kilométrique vélo si vous ne le croyez pas).
    Pour les 5 usagers qui se tournent vers la moto le risque d'accident de la route passe à 2 avec un risque d'accident grave de 30% et le risque de sédentarité passe à 1.

    Soit un risque total de : 75*1.1*9%+10*1+5*(1+2*30%)=25.425
    Contre 9.75 dans la situation précédente.

    A l'échelle individuel les perdants sont ceux qui abandonnent le vélo, mais ceux qui étaient déjà casqués perdent aussi puisque leur risque d'accident s'accroit du fait de la diminution du nombre de cyclistes. Pour les nouveaux casqués l'opération est un peu près neutre (avec les nouveaux coefficients leur risque d'accident grave est de 1.1*9%=0.99 contre 1 dans la situation précédente)

    Avez-vous maintenant compris pourquoi mettre un casque est une bonne chose pour vous si vous le souhaitez, mais l'imposer dans la loi une mauvaise chose pour tout le monde? Et pourquoi ce n'est absolument pas le même débat que le casque de moto ou la ceinture de sécurité?

  • loic cedelle

    hélas, les retours d'expériences font état de diminutions très importante, allant jusqu'à 50% de cyclistes en moins chez certaines catégories sensibles comme les lycéens/collégiens.
    http://cyclehelmets.org/1250.html

  • Julien Hautemaniere

    Merci d'avoir pris le temps d'argumenter.

    Si on suit votre argumentation, vous êtes également contre le port du casque en moto car il fait baisser le nombre de deux roues et donc augmenter la circulation et donc la pollution, et le fait que les deux roues diminuent fait augmenter diminuer l'attention des automobilistes sur les angles morts ? Après tout, si on fait moins attention à un deux roues, c'est la même chose qu'il soit une moto ou en vélo.

    Par ailleurs, je vois deux biais majeurs à vos calculs :

    1. "- Des blessures grave dans 10% des accident pour ceux qui ne portent pas de casque
    - Des blessures grave dans 9% des accidents pour ceux qui en portent (puisque les blessures à la tête représentent environ 10% des blessures à vélo)."

    Même en admettant vos chiffres sans source, en toute logique les blessures graves sont plus importantes lorsqu'elles arrivent à la tête. IL y a donc un biais dans vos calculs, le nombre de blessures graves est plus bas pour ceux qui portent un casque, vu comme ça je dirais entre 3 et 5%. Le reste de vos calculs ne tient donc pas selon moi.

    2. "il reste donc 75 usagers du vélo."
    Je pense que l'énergie est à mettre sur ce point-là, dans la pédagogie pour faire accepter le port du casque afin de faire augmenter cette part. Une fois cela admis, le reste de votre argumentation ne tient pas également pour moi.

    Je pense qu'un jour, le port du casque à vélo sera obligatoire partout et personne n'y trouvera rien à redire. On aura juste trouvé des solutions pratiques pour faire accepter cela (porte bagage adaptés, casiers adaptés, respirabilité, etc.)

    A noter que cela ne m'empêche pas de penser qu'il faut beaucoup plus investir dans les voies vélos sécurisées et dans la promotion du vélo de façon générale :-)

  • loic cedelle

    Non, la moto est de très loin le plus dangereux de tous les modes. De plus il n'y a pas le même effet de sécurité par le nombre puisque la conduite ne diffère par autant de celle d'une voiture, du moins en théorie (simplement parce que la vitesse est à peu près la même alors que la vitesse du vélo est différente).

    Concernant les détails de blessures, vous pouvez refaire le calcul avec des coefficients différents si vous voulez, le résultat est le même. Je n'ai pas le temps d'aller chercher des sources tout de suite mais je vous invite à aller par vous même chercher le pourcentage de blessures à la tête parmi les blessures graves, je pense que je ne suis pas si loin que ça.

    Nous sommes d'accord sur le points clef de l'histoire :
    "la pédagogie
    pour faire accepter le port du casque afin de faire augmenter cette
    part."
    Je vous laisse juger de l'effet "pédagogique" de dire : "à pied c'est bon, en voiture c'est bon, mais à vélo porte un casque, le vélo c'est dangereux." Si vous trouvez une pédagogie qui non seulement compense cela mais fait faire du vélo à des gens qui veulent simplement aller rapidement d'un point A à un point B sans se poser de questions, donnez moi la recette, car pour l'instant ça n'a jamais fonctionné.

  • seramik

    Quand tu t'occupes des conséquences des chutes ( casque, protections, armure...)
    Je regarde les causes des chutes ; les morts à vélos sont globalement renversés par des véhicules à moteur.

  • Winfried

    XC > Le casque renvoi l'image d'un mode de déplacement dangereux, tout comme la moto et le scooter

    Sans surprise, comment se déplace le barbant Barbe?
    http://www.motoservices.com/ac.....t-2017.htm

    Après un tel bilan, une bonne nouvelle?
    http://www.motomag.com/Bientot.....Xzq2NKx3cE

  • William Saurin

    pff, c'est quoi ce post de mauvaise foi ?
    Bien-surs que si que les cyclistes doivent faire attentions aux angles-mort !
    Tout le monde est responsable sur la route ! Et en cas d'accident, tout le monde est perdant...

    Le casque, c'est la base, faut toujours le porté, point. Ça devrait être naturel...

  • William Saurin

    Donc si demain, tout les hollandais sautent du 4éme étages, on fait pareil ?

  • Nicolas L

    Quelle réponse stupide ... Si ca vous fait plaisir :-)

  • William Saurin

    Désoler, c'était plus fort que moi xD. Mais comme même, faut pas déconner, le casque c'est super utile. Je connais un pote qui a fait une mauvaise chute, tête la 1er contre un rocher. Son casque s'est fissurer en deux et il a rien eut.

  • Nicolas L

    On connaît tous qq1 qui a été "sauvé" par un casque.
    Moi même .. mais en vtt !

    Des rochers en ville et sur les pistes cyclables, on en croise pas souvent :-).
    donc je maintiens que je suis contre l'obligation.

  • William Saurin

    oui c'est vraie que sur les pistes cyclable, si c'est bien foutue, les risques sont très faible.
    Mais après, sur la route avec les voitures...Vaut mieux un casque. On est pas à l'abris de se faire renverser.

  • wazabiii

    C'est sur que sa ferait descendre le nombre de cyclistes sur les routes, c'est justement sa le but. Si on se souciait vraiment de nous sa ce saurait ou il y aurait plus d'infrastructures de faites, et c'est justement pour sa qu'au pays-bas on ne porte pas de casques, la route est faite pour les vélos.

    Depuis le début de l'année il n'y a qu'a voir les cyclistes tués sur les routes, tous étaient casiment cyclosportifs avec casques...
    Moi je connais des gars en vélo mort, fauchés par des bagnoles avec le casque...