VAE 45 km/h (Speedbike), un point sur la législation

19 octobre 2016

c9feecfc0e6b4b3aa3929293a4bca548

Le vélo à assistance électrique rencontre un succès phénoménal depuis quelques années. En France, on considère un vélo comme étant un vélo à assistance électrique, à partir du moment où il répond à ces trois critères :

1 | Le démarrage du moteur est conditionnée uniquement par le pédalage et se coupe dès que l'on arrête de pédaler.
2 | Le pédalage n'est plus assisté au delà de 25 km/h (la limite légale en France)
3 | Puissance maximale du moteur : 250 Watts

Malheureusement, beaucoup se sont retrouvé frustré par cette limite, jugée trop basse, et pour répondre à cette clientèle, le marché a donc dégainé le speedbike, un "vélo" à assistance électrique, non bridé, et donc capable d'atteindre 45 km/h, mais qui n'est plus réellement un vélo. Explications.

Des capacités décuplées...

img_1364Parler alors d'un vélo qui n'en est pas vraiment un n'est pas chose facile.

Si on le regarde d'un point de vue technique, le speedbike reste un vélo. Certes il possède une assistance électrique, mais au delà de ça, on y trouve un cadre, deux roues, un cintre, une selle et surtout un pédalier pour faire avancer l'engin.

Point de vue matériel, le speedbike n'a en réalité rien de différent par rapport à son cousin VAE classique. C'est uniquement le moteur qui est boosté.

Les moteurs de speedbike tournent entre 350 et 500 Watts. Quelques particularités obligatoires viennent s'ajouter, comme des réflecteurs latéraux, un rétroviseur, un feu-stop arrière, un éclairage constant et une béquille auto-rétractable.

Précisons qu'il s'agit toujours d'une assistance électrique, et que vous êtes toujours obligé de pédaler pour la déclencher. De même qu'elle se coupe à l'arrêt du pédalage. On ne parle pas ici des deux-roues à moteur électrique dotés d'une poignée accélératrice ¹.

On le nomme vélo électrique rapide, pedelec ou encore speedbike, mais au regard de la législation européenne, ce vélo n'est plus un vélo. Ce type d'engin, de part le fait qu'il possède une motorisation qui lui permette de dépasser les 25 km/h, devient alors un cyclomoteur aux yeux du législateur.

...mais qui entraîne des contraintes

img_1683Qui dit cyclomoteur, dit bien entendu de respecter la loi concernant ce type de véhicule. Cela entraîne donc des contraintes, comme :

1 | Être couvert par une assurance spécifique obligatoire.
2 | Porter un casque homologué (simple casque vélo interdit).
3 | Avoir le permis AM (anciennement brevet de sécurité routière (BSR), sauf pour les personnes nées avant le 1er janvier 1988 qui reste dispensées).
4 | Posséder une plaque d'immatriculation.

Une absence d'immatriculation peut vous valoir une amende de 750€. 3750€ si vous ne possédez ni plaque ni assurance. En cas de défaut d'assurance, les conséquences peuvent être graves en cas de préjudice causé à une personne.

Il faut également savoir qu'en utilisant ce type de cyclomoteur, vous n'êtes pas autorisé à rouler sur les pistes cyclables (150€ d'amende).

Quoi en penser ?

704681_10153640874756760_785517591414459324_o

Le débat est ouvert sur ce type de "vélo" et je vous invite à réagir en commentaire (calmement et de façon constructive). L' homo-consommatus est ainsi. Donnez-lui des murs, il voudra un toit, donnez-lui des souliers, il voudra courir. Le beurre et l'argent du beurre. Nous voulons toujours plus et mieux.

Certes la limite imposée de 25 km/h sur un VAE reste faible, mais elle est, à mon avis, largement suffisante pour réaliser un trajet sans vitesse ni effort excessif, et convient donc parfaitement à la cible clientèle.

Autoriser les gens à aller plus vite sur un vélo et sans effort, va naturellement avoir des conséquences sur le type de profil que l'on risque de rencontrer. Un public de "cyclistes" novices, appâté par la puissance et le peu d'effort à fournir, et qui n'a aucune expérience préalable du vélo (normal) en ville.

Le risque est donc grand de voir une génération de "speedbikers" débarquer dans les rues et "rouler comme des scooters" (comprenez ce que vous voulez dans cette phrase...). Avec l'avantage au moins qu'ils ne pollueront pas (enfin moins) et qu'ils feront beaucoup moins de bruit.

D'après l'AVERE, seulement 321 speedbikes ont été vendus et immatriculés en France en 2015. Un chiffre ridicule si on le compare à ceux des ventes de VAE classiques. Mais ce chiffre pourrait vite grossir dans les années qui viennent.

Et vous, qu'en pensez-vous ?

¹ Il semblerait que selon les dernières réglementations européennes (L1e-A et L1e-B), les vélos motorisés autonomes (c'est-à-dire ceux où vous n'avez pas besoin de pédaler pour avancer) entrent désormais également dans la catégorie Vélo à Assistance Electrique (VAE).

Shopping Vélo urbain

Trouvez votre bonheur chez nos partenaires shopping

Vélo urbain, vélo de ville, vélo hollandais, vélo à assistance électrique, vélo pliant, casque vélo, antivol vélo, protection pluie vélo, vêtements cycliste urbain...

LeCyclo
Wiggle FR
Alltricks

Articles relatifs
  • benb

    j'ai eu un Grace MX2 en version S, je pouvais rouler facilement à 40 km/h, je me considérais comme une mobylette. ma plaque d'immat etait dans mon sac à dos, mon casque est un casque d'enduro mais non de moto, je ne sais pas s'il est homologué route, et la carte verte était faite. quand je roulais sur les piste cyclable, oui je l'ai fais ! c'est pas très grave, mais je faisais attention. j'ai arrété car autonomie trop faible et trop variante, depuis je roule en cyclocross gravel, je met autant de temps mais j'arrive plus fatigué

  • Thibautcharvet

    ca me fait penser à l'époque ou on pouvait conduire une moto 125cm3 avec seulement le permis voiture et c'était n'importe quoi du jour au lendemain on voyait des gens en moto qui peut aller relativement qui ne savaient pas la conduire!

    Je suis plutôt d'accord pour mettre un cadre sur ces vélos qui commencent à aller assez vite. 45km/h c'est pratiquement la limite max en ville (50km/h) et plus que certaines villes à 30km/h et au dela de 25km/h un accident peut être assez conséquent!

  • zouc

    45 km/h ...... c'est plus souvent 40 km/h pour un VAE Speedbike
    Il est vrai que piloter ( ...je sais ce n'est pas une Moto ... ) un VAE limité à 25 km/h je trouve cela assez frustrant.
    Avec un Speedbike il faut savoir adapter sa vitesse ; quand la route est dégagée on peut rouler plus vite mais lorsqu'il y a des piétons, il faut savoir adapter sa vitesse à la situation.
    Je pense que l'assurance, le casque et la plaque d'immatriculation vont malheureusement limiter le développement des VAE SPEED ; c'est dommage.
    Bon ride.
    Oliver.

  • toto

    comme le démontre frédéric héran dans "le retour de la bicyclette" ce qui a favorisé les engins à moteur en france par rapport aux pays bas et au danemark c'est la législation ultra permissive pour les vélomoteurs de l'époque (années 70) et qui a conduit énormement de gens à ne même pas envisager l'idée du vélo utilitaire car pourquoi se fatiguer? le speed bike rentre hélas dans la même logique avec l'avantage de ne pas faire de bruit , pour la pollution faut voir comment sont construites les batteries pour lesquelles les gens vont demander de plus en plus d'autonomie; donc le speed bike super pour les gens qui abandonnent leur bagnole, moto ou scooter pour lui, par contre j'ai bien peur que pas mal de gens le privilégient au vélo normal qui reste quand même le mode de transport le plus efficace économiquement et écologiquement

  • Fight

    Déjà quand on voit certains cyclistes (je vise les anciens, les débutants) rouler avec leur vae de base et qu'on voit clairement qu'ils ne maîtrisent pas du tout la vitesse :'(
    C'est ironique mais le vae pour moi n'est pas adapté aux cyclistes débutants, mais plus aux confirmés, alors les speedbike inutile de dire que rouler à 40/45 vas s'avérer contre productif pour toutes les associations de développement du vélo en ville.
    Sur pistes cyclables, voie verte ça vas rajouter un véhicule avec un différentiel de vitesse supplémentaire (piéton - cycliste - et bientôt speedbike ?). Et en ville rouler à 40km/h nécessite quand même des bases pour savoir éviter un accident, bases qu'une majorité n'auront pas car certains achèterons ces vélos soit de peur de faire une erreur en prenant le modèle de base, soit se ferons bien remplir le crane par le vendeur qui pensera com avant tout ;)
    Sans compter qu'un choc à 40km/h nécessite autre chose qu'un casque de base et un cuissard.

    Bref pour moi c'est sans doute la meilleure option pour un retour en arrière sur le développement et surtout l'acceptation du vélo en ville.

  • Winfried

    Wheelz > Il faut également savoir qu'en utilisant ce type de cyclomoteur, vous n'êtes pas autorisé à rouler sur les pistes cyclables (150€ d'amende).

    Quand on voit le nombre de 2RM déjà présentes sur les pistes cyclables, vous croyez _vraiment_ que ça va empêcher les speedbikers de venir aussi y rouler?

    De plus, E = mv2. Bonjour les dégâts.

  • danlego

    e=0.5mv2

  • Jacme

    La législation actuelle vise donc à séparer les vae et les speedbike et assimiler ces derniers aux autres 2 roues motorisés.
    Dans l'état actuel des chiches infrastructures dédiés aux vélo en France ça me parait une très sage décision. Si un jour il y a un ré-équilibrage de la chaussée avec la voiture et des espaces plus large et plus nombreux affectés aux vélos peut-être que cette décision sera à re-considérer.
    Au pays bas (Amsterdam tout au moins) les pistes cyclables sont bien partagées par des vélos et des scooters (pour lesquels le casque n'est pas obligatoire)...

  • REGIS BOURBON

    Avoir ce type de VAE roulant à 45 km/h , convient très bien pour grimper un col à 12% sur 10 km .(vélo utilisez en remplacement d'une seconde voiture ) un VAE à 25 KM/H est limite pour un dénivelé de ce genre , il faut aussi tenir compte du poids du cycliste . En ville j'adapte ma vitesse ...

  • Ty Racoon

    Il existe depuis déjà plusieurs années en Allemagne des tricycles couchés équipés d'AE bridée à 45 km/h... interdits en France. Il existe aux Pays-Bas des vélomobiles AE intelligent qui assistent au pédalage 45 maxi, mais surtout quand la puissance demandée est forte (côte, redémarrage,...) pour économiser la batterie et qui se coupe quand la puissance est limitée (régime croisière, même à haute vitesse). une marque développe en série des VM à deux places pour pouvoir transporter un enfant par exemple (et accrocher une remorque pour les autres).
    Juste génial pour les vélotaffeurs en milieu humide et froid, en particulier sur distance conséquente : plus en sécurité sur route (trike = stabilité, coque = visibilité...), mieux protégé, plus écologique car la batterie AIDE un pédaleur et ses 30 kg de VM et non un inactif et sa tonne de métal et autres, donc consomme BCP moins !
    En ville, les mêmes règles s'appliquent à tous, je crains juste que le super casque niveau vélomoteur limite les discussions avec les compagnons de route... alors que les risques ne sont pas les mêmes qu'en scooter (souvent débridés), du fait de stabilité et du BESOIN DE PEDALER.
    Pour cette raison, le besoin de pédaler sur un VAE si rapide soit-il, je trouve légitime d'avoir une réglementation plus proche de celle du vélo (mode de transport actif) que de celle du cyclomoteur à pétrole ou électrique. Ce n'est pas la même philosophie, pas la même population d'usagers.
    Nous tenons là une solution de déplacement écologique, bien plus économique que la voiture, notamment électrique (bonjour la recharge, bonjour les matériaux des batteries), bien meilleure pour la santé de l'usager qui est au moins un peu actif.

  • gege42520

    Je possède un BH Nitro depuis 06-2016 et parcouru plus de 2000 Kms, je n'ai jamais reçu la carte grise et je roule tranquillement tout en appuyant sur les pédales sans atteindre les 45 K/h sauf en descente vitesse que l' ont peu atteindre avec un vélo normal ou 25 K/h. Les législateurs qui ont pondu cette illepsie n'ont jamais pratiqués le Vtt ou le vélo de route et encore moins le Vae même 25 K/h car ils se rendront compte qu'il faut pédaler et si l'on arrête, le vélo n'avance plus. Ce n'est pas une mobylette ou un Solex.

  • Philippe

    Jusqu'alors, je faisais mon trajet maison-travail 21,5 km en voiture x 2 plus d'autres petits trajets dans la journée (suis toubib: visites chez patients). Je découvre ces speedbike et peut ainsi enfin faire le sport que je n'arrivais plus à faire depuis 10 ans! Ça me prend une petite ½ h en plus sur la journée mais me procure un bien fou! Côté législation, la plaque est dans mon sac, le casque n'est pas réglementaire, un Lumos avec éclairage intégré frontal, postérieur et clignotants intégrés (bcp + important d'être vu en vélo que de porter un casque de mobylette sachant qu'on se blesse énormément les membres et pratiquement jamais le crâne en vélo, idem en moto d'ailleurs), et lorsque je suis sur chemin cyclable dédié, j'adapte ma vitesse, baissant à 25 km/h si d'autres cyclistes plus classiques (voire 10 si enfants ++). J'ai 55 ans et ai fait partie des apprentis conducteurs de 125 cm3 à 16 ans qui pouvaient ainsi conduire avec juste le code, conduisant depuis lors en voiture comme je l'avais appris à l'époque en 125: jamais eu d'accident de ma vie (l'apprentissage de la conduite en 2 roues motorisé devrait être obligatoire et précéder celui de la voiture, tant on perçoit bcp mieux tous les risques corporels liés à la circulation!). Pour conclure, je roule pratiquement toujours en infraction (pas de plaque, casque non-homologué, bandes cyclables) comme les hollandais, pays où je n'ai jamais vu l'ombre d'un casque sur la tête d'un cycliste. La seule étude valable faite sur le port d'un casque à vélo, conclut à une prise de risques bcp plus importante chez les casqués.