[Test] Catrike Trail, le trike en mode extra-urbain

[Test] Catrike Trail, le trike en mode extra-urbain

10 juillet 2012

Weelz avait déjà eu l'occasion d'essayer ces curieux engins lors d'un salon parisien, et reparti avec le souvenir d'excellentes sensations aux "guidons" de ces vélos à trois roues permettant de rouler dans une position confortable, au ras du sol. Nous n'avions alors pas eu l'envie d'en rester là, et nous avons surtout eu l'envie de savoir ce que donnerait l'utilisation de ces trikes, en mode urbain.

Enfin, corrigeons de suite, plutôt en mode extra-urbain. Car il n'était pas là question d'aller faire le pitre sur un boulevard en pleine heure de pointe. Ces vélos ne sont clairement pas conçu pour cela, et vous vous retrouveriez rapidement sous les roues d'une voiture qui ne vous aurait pas vue au détour d'un virage.

Mais bon nombre d'entre-vous (je le sais, j'ai fait ma petite enquête préalable ^^ ) ne sont pas ce que l'on pourrait appeler de "purs urbains", mais plutôt des "commuters" au sens propre, réalisant des trajets pendulaires entre le travail, en ville, et le domicile, souvent situé en première, voire deuxième couronne pour les plus courageux. Et ils se trouvent que c'est sur ce type de trajets que le trike va se sentir le plus à l'aise, car vous empruntez des routes au trafic moins dense, voire des voies cyclables reliant les villes aux villages de proche banlieue.

C'est grâce à notre partenaire et non moins sympathique Laurent Ness, du site OnAvance.fr, que le test de ce trike a pu être réalisé. Voyons ce qu'ont donné ces trois semaines au guidon du Catrike Trail...

Un guidon et ... trois roues !

Coté visuel, hormis la couleur jaune assez (trop?) flashy, on aime ou on aime pas. Les trois roues dérangent il est vrai notre conscient, habitué à voir un vélo perché sur ses deux uniques roues. Mais je pense que le coté esthétique passe en second plan lorsque l'on se décide à faire l'acquisition d'un trike. On est à la recherche d'autre chose.

Et puis, à y regarder de plus près, il a plutôt finalement une bonne bouille ce vélo, dont le cadre est, précisons-le, réalisé artisanalement dans les ateliers floridiens de Paulo Camasmie, un ingénieur en mécanique d'origine brésilienne, qui a créé cette marque il y a maintenant douze ans.

A 9 cm du bitume...

Une chose est sûre : vous ne passez pas inaperçu sur les routes ! Enfin, en tout cas lorsque l'on vous voit ! La visibilité par les autres usagers de la route est, vous l'aurez compris, le principal défaut de ce type de vélo, et ce pourquoi il n'est pas du tout destiné à un usage 100% urbain. A contrario bien sûr, c'est justement cette fameuse position couchée qui va vous procurer à la fois les sensations et le confort.

Si visuellement l'on est dérouté par ce trois roues, dès lors que l'on s’assoit dessus, tout devient très instinctif. Il faudra toutefois au préalable avoir réglé la distance de la bôme (le fameux X-seam*), l'angle d'inclinaison du siège (de 39 à 53°) et enfin l'écartement des commandes de direction, sachant que plus vous les mettez vers l’extérieur, plus vous avez d'angle de braquage (mais gare à vos doigts très proches des roues !).

Pilotage instinctif (enfin presque)

Une fois ces ajustements réalisés, les premiers tours de roues sont assez bluffants. Les démarrages sont notamment très pêchu, la position permettant de mettre naturellement toute la force disponible de vos jambes directement sur les pédales. Il vous faut ensuite apprendre à dompter l'engin, notamment pour diminuer le léger effet de louvoiement, ce balancement de droite à gauche produit lorsque l'on pédale, et qui s'estompe après plusieurs trajets.

Le pédalage n'est en réalité pas si différent d'un vélo droit, mais il faut apprendre à pédaler "plus rond", c'est à dire ne pas mettre toute sa force au moment de l'appui sur la pédale vers l'avant, mais tenté d'équilibrer de chaque coté. Ce qui m'amène à préciser que les cales automatiques sont quasi obligatoire sur un trike, car cela permet d'une part de pédaler plus correctement (tirer autant que pousser la pédale), mais également de pouvoir décontracter ses jambes lorsque des phases de roue libre, puisqu'elles sont accrochées.

Ensuite, la seconde chose à réapprendre, c'est le virage ! Attention à ne pas tourner trop sec, ou bien c'est le deux roues assuré, voir + si affinités ! C'est un peu comme lorsque vous pilotez un kart, où vous apprenez à ne pas braquer trop rapidement pour éviter le tête-à-queue. Avec le Catrike, vous devez apprendre à doser vos prises de direction, et accompagner les longs virages en vous penchant dans la bonne direction. Comme sur un vélo classique en fait, sauf que là, ça n'est pas aussi instinctif.

Rassurez-vous toutefois, la garde au sol très basse (89mm) et l'entraxe des roues avant très large, font que le grip de ce Catrike Trail est assez impressionnant, et l'on se surprend, une fois familiarisé, à prendre "de l'angle" à bonne vitesse sans jamais prendre la stabilité de l'engin en défaut. Sensations garanties. A ce propos, c'est en démontant les roues avant, que l'on peux voir les renforts conçu pour les moyeux, spécificité Catrike, et qui leurs permettent d'endurer plus aisément les énormes contraintes latérales qu'ils subissent lors des virages. Un moyeu classique n'y survivrait pas longtemps.

Position en mode confort

Coté confort, le siège est assez spartiate mais reste un minimum souple, et son tissu en mesh micro-aéré permet d'évacuer la chaleur. Nul doute que la position vous permet de pédaler confortablement allongé dans votre siège, reste que ce modèle est dépourvu de suspension, ni à l'arrière ni à l'avant, et que vous vous en rappelez vite sur des revêtements abîmés.

Mais malgré tout, contrairement à un vélo droit, où c'est votre cher séant qui se retrouve aux 1ères loges pour endurer les chocs, c'est ici une large partie de votre corps, des fessiers jusqu'au milieu du dos, qui absorbe les vibrations, ce qui rend la chose beaucoup moins traumatisante, surtout sur de longs trajets. Attention toutefois à ne pas mettre le siège dans sa position la plus basse, au risque de sentir à chaque secousse le tube situé juste derrière, dommage.

Et sinon, ça va vite ?

Question vitesse, attention à ne pas se méprendre, le trike n'est pas une voiture de sport, mais plutôt une berline confortable... Alors que son pédalier de route Truvativ Elita en 30/39/52 vous ferait penser pouvoir taquiner le chrono, il n'en est rien. Sur le plat, si vous êtes un bon pédaleur, vous vous retrouvez en fait vite à mouliner, sans avoir pu grimper à une vitesse phénoménale (30 à 35 km/h maxi).

Et dans les côtes, là, il faut savoir être patient, car au contraire d'un vélo droit, où il suffit de se mettre en danseuse pour accélérer, ici, votre trike va petit à petit ralentir (selon l'inclinaison de la route) et vous n'avez plus qu'à pédaler tranquillement pour atteindre le sommet. Cela peut être assez frustrant mais l'on s'y fait.

Le passage de vitesse se fait aisément grâce aux manettes Sram X7 situées sur le dessus des poignées, mais l'on aurait aimé avoir l'indexation des vitesses autant à l'avant qu'à l'arrière, plutôt que de régler à la mano la fourchette du dérailleur avant. L'impressionnante ligne de chaine (2,5 x + grande qu'une classique) n'empêche pas la transmission de fonctionner de manière plutôt fluide.

Coté freinage, rien à redire, les Avid BB7 sont à la fois puissants et progressifs, et leur réglage est très facile grâce à la molette de réglage des plaquettes. Dans les virages, vous pouvez doser votre freinage en le répartissant plus ou moins vers l'intérieur pour tourner plus rapidement. Mais pour les freinages en ligne droite, attention à ne pas bloquer les roues, au risque de scratcher votre pédalier contre l'asphalte !

Conclusion

J'avoue avoir pris énormément de plaisir aux commandes de ce Catrike Trail. La position allongée est un véritable atout, tant en terme de puissance de développement, qu'en terme de confort, et les sensations sur trois roues sont excellentes.

Reste que le trike n'est pas un engin passe-partout (ni sur la route ni dans un garage d'ailleurs) et que son utilisation se cantonne justement à de l'extra-urbain et bien sûr à du voyage au long cours.

L'achat de ce type de vélo doit donc être réfléchi, d'autant que le tarif peut être assez rédhibitoire : comptez 2190 € pour vous offrir ce modèle Trail de chez Catrike.

Le débat pourrait être long entre les pros et les antis tricycle couché. Mais une chose est sûre : il faut l'avoir essayé au moins une fois avant de se faire un avis non fondé. De là à délaisser le vélo droit, je n'irais pas jusque là, mais beaucoup de testeurs occasionnels qui ont croisé ma route ont été bluffés...

Retrouvez ce modèle, et biens d'autres encore, dans les colonnes de notre partenaire, spécialiste du trike, mais également du vélo classique et VAE, OnAvance.fr :

Shopping Vélo urbain

Trouvez votre bonheur chez nos partenaires shopping

Vélo urbain, vélo de ville, vélo hollandais, vélo à assistance électrique, vélo pliant, casque vélo, antivol vélo, protection pluie vélo, vêtements cycliste urbain...

LeCyclo
ProBikeShop
Wiggle FR
Alltricks

Articles relatifs
  • jb

    très bon test!

  • Matthieu

    Pourquoi ne pas avoir utilisé le fanion fourni par Catrike pour être plus visible ?