[Société] Peut-on confondre cycliste et cycliste urbain … ?

3 juillet 2015

En France, comme à l'étranger d'ailleurs, quand on évoque le sujet du vélo à des béotiens, l'amalgame est en général vite réalisé : La France, c'est le pays du Tour (avec un grand T)...

Pas de doute, les statistiques parlent d'elles-mêmes : Les chiffres d'audience de France Télévisions pour le Tour de France 2014 évoquent une moyenne de 3,2 millions de téléspectateurs français.

962423320_3ef9c1e928_z

A.S.O, l'organisateur du business Tour de France, annonce 15 millions de spectateurs qui s'amassent sur les bords des routes tout au long du mois de juillet.

La Fédération Française de Cyclisme, elle, comptabilise, selon une étude récente, 20,5 millions de pratiquants, licencié ou non-licencié, toutes disciplines confondues. La pratique de la route y est représentée majoritairement, à plus de 60%.

Un citoyen sur trois sur un vélo

3422356798_0c55a9aa29_z20 millions de pratiquants pour 66 millions de français, si l'on fait le ratio, cela nous fait presque une moyenne d'un citoyen sur trois sur un vélo...

Vous voyez où je veux en venir... Comme chaque année à la veille du Grand Départ de la Grande Boucle, demain samedi 4 juillet en l’occurrence, je me pose chaque fois cette question. Et si vous êtes un cycliste urbain régulier, vous venez sans doute de vous poser la même question en lisant ces chiffres :

Où sont-ils, tous ces cyclistes amateurs et amateurs de cyclisme, le matin quand je pars en vélo au boulot ou le soir quand je vais faire mon quaxing mes courses à vélo ?!

Et oui, il est bien ici le paradoxe. Alors que les statistiques nous montrent que la bicyclette est utilisée par quasiment un tiers de la population, ceux de la part modale du vélo, c'est-à-dire de l'utilisation du vélo comme moyen de déplacement, sont très très loin d'atteindre ce ratio.

Selon les dernières études en date, nous nous situons aux alentours des 3% au niveau national.

Vélo vs vélo

Bien sûr, je "tape" volontairement sur les routiers car ils sont majoritaires (et aussi les plus habitués au bitume...) mais je n'ai rien contre-eux (je suis plutôt vététiste pour ma part, mais il m'arrive d'enfourcher un route de temps à autre). De plus, vététistes, BMXers, cyclocrosseux et autres cyclotouristes sont je pense également à la peine.

3422350990_3b6391ce2d_zC'est un article de Christian Laborde sur le Vélib qui m'avait fait réagir, un article publié il y a quelques temps maintenant sur LeFigaro.fr et qui dénigrait, certes avec un peu d'humour mais surtout beaucoup de mépris le VLS parisien, qu'il traite de "vulgaire engin utile", "laid" et "grotesque".

L'exemple même d'un homme, semble-t-il fervent amoureux du vélo (si j'en crois sa bio), mais tout bonnement incapable de penser que l'engin peut aussi avoir une vocation utilitaire !

Le dilemme est singulier. La petite reine est plébiscitée comme un formidable objet de loisirs, de tourisme et bien sûr de sport, mais beaucoup de ses pratiquants sont bien loin de considérer le vélo comme un véritable outil de déplacement, ce qu'il est rappelons-le à l'origine.

Il y a du monde pour enfiler le cuissard le dimanche matin pour enquiller une centaine de km, beaucoup moins pour en réaliser moins d'une dizaine chaque matin de la semaine...

Rayons et sentiments

"L'image du cycliste utilitaire est encore à la peine"

Alors, question de mentalité, manque de temps, manque de moyens, manque d'infrastructures, trop de distance, locaux non adaptés ... ? les excuses raisons sont probablement nombreuses et peut-être même que bon nombre de ces pratiquants aimeraient enfourcher leur vélo pour se rendre à leur travail, mais ne le peuvent tout simplement pas.

3421535959_d2003f9e86_zL'image du cycliste utilitaire est encore à la peine, souvent dénigrée par les non-pratiquants qui se contente d'être juste "content" qu'un collègue à eux vienne à vélo (mais ne se verrait jamais faire la même chose), mais également, et c'est là le plus paradoxale, par les pratiquants eux-mêmes, ceux-là même qui adorent tant pédaler mais qui, curieusement, ne se verraient pas utiliser leur vélo pour se déplacer.

Fort heureusement, en France, depuis quelques années, la tendance semble s'inverser et la mutation s'opère. Elle est lente, certes, mais pas de doute que les mentalités évoluent. Weelz.fr est, dans tous les cas, là pour y veiller !

Dernière chose qui m'a fait sourire : cette année, le Grand départ du Tour s'effectuera depuis la ville de Utrecht, 4ème ville des Pays-Bas, où plus de 30% des déplacements se font à vélo et qui va bientôt inaugurer le plus grand parking à vélo du monde.

"Cette promotion du cyclisme pour tous, au quotidien, c'est ce qui nous a poussés à venir ici." a récemment déclaré le directeur du Tour de France, Christian Prudhomme. OK, sans commentaires...

Allez un petit sondage pour terminer :

Pratiquez-vous le vélo en dehors de vos trajets vélo quotidiens ?

Voir les résultats

Loading ... Loading ...

Crédits photos : FlowizmAkuppa John Wigham.

Shopping Vélo urbain

Trouvez votre bonheur chez nos partenaires shopping

Vélo urbain, vélo de ville, vélo hollandais, vélo à assistance électrique, vélo pliant, casque vélo, antivol vélo, protection pluie vélo, vêtements cycliste urbain...

LeCyclo
Wiggle FR
Alltricks

Articles relatifs
  • Samrider

    On aurait bien besoin d'une bonne vélorution ! ;-) A Grenoble, notre nouvelle municipalité et métro travaille le sujet et je souhaite que nous arrivions à nos fin de faire tripler la part modale du vélo!

  • Isabelle Lesens

    oui ... en randonnée et, surtout, en voyage.

  • Necro Daemon

    J'ai répondu que le vélo n'est pour l'instant qu'un simple outil de travail ( - je suis auxiliaire de vie et j'enquille plusieurs centaines de Km par mois - et autres usages utilitaires) par manque de temps pour une autre utilisation de celui-ci ... malheureusement.

  • rssss

    Petite coquille, ma copine me reprend toujours pour ça, "quand je pars à vélo" au lieu de "en vélo". Remarque vous faites peut-être du vélo coincé entre le cadre ;-). Mais oui, les 2 peuvent se dire.

    Je ne fais plus que du vélo utile, travail et autres déplacements, je passe tellement de temps sur un vélo que la pratique d'un sport cycliste me "gonflerait". J'ai eu pratiqué le VTT lorsque je faisais moins de vélo urbain, ce temps est désormais révolu.

    La réaction des gens sur la pratique du vélo utile me rappelle une autre réaction absurde. Quand une personne ne veut pas d'enfants elle doit forcément avoir un problème dans sa vie. Pour le vélo c'est pareil, il est tellement logique que la voiture ou le bus (pour les pauvres) est LE moyen de déplacement que le cycliste à forcément un souci écologique ou un besoin de se démarquer...

    Pour encourager les gens à prendre leurs vélo il va falloir que l'État donne des primes ou diminue les impôts, seul l'argent ferait franchir le pas à bon nombre d'automobiles (c'est l'argument que l'on me sort souvent, " tu dois économiser beaucoup d'argent sans voiture ").
    Après ça se tient, moins de dégradations des routes, moins de dépenses à ce niveau par l'État... Bref je m'emporte, bonne journée.

  • Freyr Gunnar

    "à vélo" et "en vélo" sont tous les deux acceptés.

  • Albert Cessieux

    Cela n'a pas de sens d'opposer le pratiques. Chacun est selon le jour, l'âge, la forme, le lieu, cycliste de route, de quotidien, de loisir ou même automobiliste. Si la pratique est si faible en France c'est surtout à cause d'une àbsence d'itinéraire sécurisés héritage dune politique urbaine et routière in existante. Des que des bricolages de zone 30 et double sens cyclable se réalisent et que des vélo routes se créent, on voit bien que la fréquentation est importante. Nos élus devraient avoir un peu de courage pour apporter des limites au tout voiture pour la bonne santé de nos ville et de ses habitants à l'image de ce qui se fait chez nos voisins.