weelz-conference-observatoire-plan-velo-paris-en-selle-1

Un Observatoire du Plan vélo pour rendre Paris cyclable

20 février 2017

weelz-conference-observatoire-plan-velo-paris-en-selle-1

L'association "Paris en selle" lance un Observatoire du Plan vélo de Paris afin de dresser un état des lieux et impulser un nouveau souffle au projet parisien qui accumule les retards. A ce stade, seul 4% des aménagements prévus pour 2020 auraient été réalisés.

"Paris reste surtout la capitale française de l'automobile"
Avec ses innombrables stations Vélib, ses pistes cyclables balisées, ses "Journées sans voiture", on pourrait croire que Paris est une ville où il fait bon vivre à vélo. Si cette vision idyllique est vraie pour certains quartier en mutation, Paris reste surtout la capitale française de l'automobile. Pour le comprendre il faut avoir emprunté à vélo ses boulevards et ses avenues aux heures de pointe. Entre les gaz d'échappement, les véhicules garés sur les pistes cyclables et les scooters empruntant dangereusement ces dernières, les cyclistes les plus téméraires ne font pas long feu.

L'utilisation du vélo à Paris est d'ailleurs si faible que la Capitale ne se classe même pas dans le top cinq des villes françaises cyclables. Ainsi seule 2 % des trajets parisien se font à vélo, contre 13% pour Berlin et pas moins de 31% pour Copenhague.

La Capitale va devoir évoluer pour respecter l'objectif du Plan vélo: faire passer la pratique modale du vélo à 15 % en 2020. Pour rappel, le Plan prévoit le doublement du linéaire de pistes cyclables de 700 km à 1.400 km et la généralisation des "zones 30" puisque les voies limitées à 50km/h ne doivent plus représenter que 10% du total de la voierie. Mais avant que Paris devienne la "Capitale mondiale du vélo" comme le souhaitait la nouvelle équipe municipale lors de son arrivée en fonction, il y du travail, beaucoup de travail !

Moins de 5% des aménagements du Plan vélo réalisés à mi-mandat

weelz-conference-observatoire-plan-velo-paris-en-selle-2En effet, malgré les 150 millions de budget prévisionnel, "le compte n'y est pas", selon Charles Maguin, le président de l'association Paris en selle qui vient de lancer un inédit Observatoire du Plan vélo.

Ce dernier prend la forme d'une carte interactive et mise à jour régulièrement, qui recense les aménagements en cours et leur pertinence. Car, à un mois seulement de la mi-mandat pour l'équipe d'Anne Hidalgo, à peine 4% du total des aménagements prévus par le Plan Vélo ont été réalisé. Pire, l'absence de cohérence rendraient les rares avancées inefficaces.

"le Réseau express vélo pourrait être abandonné"
L'exemple le plus frappant est celui de nouveaux tronçons cyclables bien conçues, mais qui au bout de quelques dizaines de mètres débouchent... sur une voie rapide sans piste cyclable. Pire, le fameux "Réseau express vélo" de voies cyclables prévu pour traverser la ville du Nord au Sud et d'est en ouest pourrait être abandonné.

Pour rappeler à la mairie ses engagements, la carte de "Paris en selle" présente ainsi tous les projets d’aménagement cyclable annoncés par la Ville dans le cadre du Plan Vélo. Les traits épais correspondent aux itinéraires prévus pour le Réseau Express Vélo (REVe). Régulièrement mise à jour, la carte indique les segments réalisés et jugés satisfaisants (vert), les segments réalisés mais jugés insatisfaisants (orange), et les projets abandonnés (rouge).

Carte obs du plan vélo

Des oppositions plus symboliques que réelles au Plan vélo de Paris

weelz-conference-observatoire-plan-velo-paris-en-selle-3Pour mieux comprendre les raisons de ce retard important, certains pensent qu'il faut également regarder du côté de l'opposition au développement du vélo.

Car à Paris comme dans de nombreuses villes, elle est très forte. La présidente de la Région Valérie Pécresse a démontré à de multiples reprises son attachement viscéral à la voiture.

Elle s'est ainsi vivement opposée à la piétonnisation des voies routières accolées aux berges de la Seine décidée par Anne Hidalgo.

Mais il s'agit avant tout d'une opposition médiatique car la Région n'a pas de compétence en ce qui concerne le plan de déplacement parisien. C'est également le cas des maires d'arrondissement qui même s'ils sont dans l'opposition, ne peuvent pas stopper la réalisation du Plan vélo. Il semblerait donc bien que les freins au projet viennent de la mairie centrale.

Il apparaît à plusieurs observateurs du projet que le Maire-Adjoint chargé des transports et de l'espace public, Christophe Najdovski ne serait pas suffisamment soutenu dans le déploiement du Plan vélo.

Heureusement, il y a quelques motifs d'espérer puisque certains arrondissements sont en pointe. Le 11ème peut par exemple se vanter que 100% de ses rues bénéficient d'une piste cyclable ou d'un double sens cyclable (limités aux zones 30 km/h). Et puis surtout, lors de ses vœux de début d'année, Anne Hidalgo a affirmée que l'année 2017 serait celle du vélo.

Il reste donc deux ans et demi à la maire de Paris pour que le Plan vélo lancé en grande pompe, ait une influence réelle sur le nombre de déplacements à vélo des parisiens.

> Planvelo.paris

Shopping Vélo urbain

Trouvez votre bonheur chez nos partenaires shopping

Vélo urbain, vélo de ville, vélo hollandais, vélo à assistance électrique, vélo pliant, casque vélo, antivol vélo, protection pluie vélo, vêtements cycliste urbain...

LeCyclo
ProBikeShop
Wiggle FR
Alltricks

Articles relatifs
  • Winfried

    > Pour rappel, le Plan prévoit le doublement du linéaire de pistes cyclables de 700 km à 1.400 km

    C'est pire que ça : dans le "linéraire cyclable", on met tout et n'importe quoi.

    On inclut notamment…
    - les voies partagées avec les bus + taxi + véhicules d'urgence (et; faute de verbalisation, de plus en plus, les deux-roues motorisés, les VTC et les voitures de particulier)
    - les double-sens cyclables (DSC)
    - les bandes cyclables sur les routes, avec un simple marquage au sol
    - les "pistes" cyclables sur les trottoirs, partagées avec les piétons.

    Bref, du grand n'importe quoi. Et on s'étonne que la part modale vélo à Paris tourne autour de 4-5% maximum.

    Quoi qu'on peut faire pire : en banlieue, ça tombe à 1%.