[Interview] Imaginez le vélo urbain de demain avec CrowdSpirit

[Interview] Imaginez le vélo urbain de demain avec CrowdSpirit

4 novembre 2008

CrowdSpirit, l'université Pierre Mendès-France, les laboratoires CEA-LID, Uman Lab, G-Scope et Grenoble Alpes Métropole organisent un concours en ligne pour "imaginer le vélo urbain de demain". Le thème  gravite autour d'un vélo urbain "électronique, intelligent et convivial". 3000€ seront à se partager entre les 3 finalistes.

Crowdspirit, c'est l'application du principe de crowdsourcing, qui consiste à utiliser les idées et la créativité d'un grand nombre de personnes (ici les internautes) pour faire naitre ou évoluer un projet.
La 1ère partie de ce concours se base donc sur ce principe et invite les internautes, jusqu'au 12 décembre, à exprimer en quelques phrases une 1ère idée sur le vélo urbain de demain.

Tiana Delhome, travaillant au laboratoire CEA-LID et Timothée Jobert, Chef de projet VELOCE, sont membre de l'équipe de modération du Pool Vélo, jury de ce concours. Ils ont accepté de répondre à nos questions :

Weelz : Bonjour, présentez-vous, votre activité ?

Le LID est un laboratoire du CEA-LETI rattaché au Service Microsystèmes et Objets Communicants qui a été créé en 2007 afin d'accompagner les projets d'innovation technologique à travers une démarche centrée utilisateurs.
Cette démarche articule des approches « user experiences » et créativité. Le laboratoire est composé d'une dizaine de personnes dont les profils sont majoritairement issus des Sciences Humaines et Sociales. Il apporte de la connaissance socio-ethnographique, favorise la mise en place de processus itératifs intégrant les usages et utilisateurs existants ou « potentiels » dans les boucles de conception (tests de concept, d'acceptabilité, d'appropriabilité...) et facilite l'émergence d'idées nouvelles grâce à des méthodes de créativité et de maquettage adaptées au contexte de la recherche technologique. L'idée force qui sous-tend la démarche du LID est d'aider les équipes technologiques du CEA et leurs partenaires industriels à concevoir des technologies en prenant en comptes les utilisateurs et certaines données sociétales, au démarrage des projets d'innovation.

Weelz : Vous avez lancé, en partenariat avec Crowdspirit, le concours "Imaginez le vélo urbain de demain", en quoi consiste t'il ?

Ce concours organisé par Crowdspirit est mené en partenariat avec les laboratoires Pacte (UPMF), Uman lab (ERT 65), G Scope (INPG) et Grenoble Alpes Métropole. Il s'agit d'une expérimentation d'un outil original d'innovation participative qui consiste à proposer à une communauté large de générer des idées, sous forme de scénarios d'usage, de ce que pourrait être le devenir du vélo urbain.

Le challenge repose sur un nouvelle voie d'innovation qui s'inscrit en plein dans les évolutions de la culture internet vers des pratiques communautaires rendues possibles par le web 2.0. Il vise non pas à proposer des pistes techniques mais bien des concepts issus d'expériences cyclistes variées.

"De nombreuses personnes viennent vers nous pour remarquer que le vélo est déjà parfait"

Ce concours participe par ailleurs à alimenter un projet de recherche financé par le PREDIT 3 : ce projet VELOCE émet l'idée que l'électronique pourrait peut être améliorer le vélo et rendre sa pratique plus attractive. Aussi le concours vient alimenter ce projet à travers une question que nous souhaitions volontairement ambigüe, problématique : « comment imaginer un vélo électronique, intelligent et convivial ». Les termes ne vont pas ensemble si on se réfère à notre culture vélo. De nombreuses personnes viennent vers nous pour remarquer que le vélo est déjà parfait, qu'il ne doit pas être « dénaturé » par des gadgets, alourdi par de l'électronique. Nous avons conscience que pour certains, électronique ne rime pas avec vélo. Cependant le vélo reste un mode de transport marginal : il ne représente que 3% de part modale en France, moins encore en Amérique du Nord... alors que la Chine et l'Inde abandonne sa pratique au profit de la « modernité automobile ».

Notre ambition à travers un concours comme celui ci est d'impliquer des utilisateur pour parvenir à renverser cette tendance en modernisant le vélo, en essayant de le rendre attractif, désirable par un plus grand nombre de personnes. Pour cela nous travaillons à essayer de lever les freins et verrous à la pratique actuelle. Il s'agit en somme de travailler à offrir un avenir au vélo.

Weelz : Le vainqueur de ce concours aura t'il la chance de voir son projet réalisé (voir commercialisé) ?

Nous ne visons pas la commercialisation, le concours est une expérimentation qui certes va produire des idées pour le projet VELOCE mais également des résultats d'ordre méthodologique sur la plateforme crowdspirit et les processus de mobilisation de la communauté. Nous espérons que des idées innovantes émergeront mais une idée est rarement une solution. Il y a loin de l'idée au produit final. Nous sommes dans un projet de recherche et l'idée gagnante pourra être explorée sur le plan technique. Elle sera un point de départ et un catalyseur d'innovation pour les ingénieurs chercheurs qui participent au projet et qui certainement lui feront subir des changements.

Notre partenaire industriel, la PME Vario, n'est pas directement partie prenante du concours, mais elle aura connaissance des résultats une fois que l'exploration technologique aura eu lieu du côté des laboratoires. Elle pourra alors se prononcer sur la réalisabilité industrielle de ce qui sera produit mais le projet VELOCE n'a pas pour vocation à aller jusqu'au prototype.

Weelz : Quelles sont pour vous les innovations technologiques bientôt présente sur nos vélos ?

Les prochaines innovations vont non seulement toucher les fonctions classiques en leur donnant un surplus d'intelligence et de facilité d'usage, mais surtout répondre aux grands défis de la pratique cycliste que sont la sécurité, le confort et la praticité. Les technologies éligibles pour satisfaire ces défis sont nombreuses et il ne s'agit pas ici d'en faire la liste d'autant que le projet vise à mettre la technologie au service d'attentes exprimées par des pratiquants cyclistes et non de raisonner en partant des technologies.

L'enjeu résidera à choisir celles qui préserveront la légèreté et la maniabilité du vélo qui sont ses grands atouts en ville, ainsi que celles qui ne préserveront sa simplicité d'usage, sur la route comme dans le garage.

Weelz : Avec la raréfaction du pétrole, le vélo à t'il pour vous un vrai rôle à jouer comme mode de déplacement à part entière ?

"Il est peut être temps de remettre le vélo en phase avec notre société"

Tout le monde s'accorde pour relever que le pétrole cher constitue une opportunité pour le vélo. Mais attention, il faut être capable de la saisir, ce qui n'a pas été fait après les chocs pétroliers de 1973-1974. Et pour saisir cette chance, il faut non seulement être capable d'apporter une réponse sur le plan de l'aménagement urbain, mais aussi s'accorder sur la nécessité de repenser le vélo.

Le vélo a peu évolué depuis la bicyclette de sécurité inventé par Rover en... 1885. Il est peut être temps de remettre le vélo en phase avec notre société  si on veut qu'il acquiert un statut de mode de déplacement à part entière, sur le plan technique comme symbolique!

Participez au concours | Règlement

Shopping Vélo urbain

Trouvez votre bonheur chez nos partenaires shopping

Vélo urbain, vélo de ville, vélo hollandais, vélo à assistance électrique, vélo pliant, casque vélo, antivol vélo, protection pluie vélo, vêtements cycliste urbain...

LeCyclo
ProBikeShop
Wiggle FR
Alltricks

Articles relatifs
  • Colibri

    Je tombe sur cet ancien article et je suis un peu navré...

    Comme s'il y avait de besoin de "moderniser le vélo, en essayant de le rendre attractif, désirable par un plus grand nombre de personnes" pour "répondre aux grands défis de la pratique cycliste que sont la sécurité, le confort et la praticité"...

    On est en plein délire technique là ! Je ne dis pas que le vélo contemporain est parfait mais c'est pas un peu (ou beaucoup) d'électronique qui va renverser la situation d'un "mode de transport marginal en France".

    Allez faire un tour à Amsterdam et, parmi la masses des cyclistes, regardez tous les types de vélos : souvent du rustique, du fonctionnel, du robuste, etc.
    Alors l'électronique à gogo, on s'en moque un peu dans les pays où le vélo n'est pas un gadget...

  • je crois que Colibri a raison...