14357049086_7276dfd09f_h

The Gaman Spirit, l’évolution du vélo utilitaire à Tokyo

29 avril 2016

14357049086_7276dfd09f_h

La gigantesque ville de Tokyo, dans son intense développement urbain, a semble t-il oublié ses racines cyclistes.

Le plus paradoxale dans tout cela, c'est que la ville atteint une part modale vélo tout à fait honorable de l'ordre de 14% (3% pour Paris pour comparaison). Mais elle affiche, tenez-vous bien, seulement 10 km de pistes cyclables !

C'est peu pour une mégapole de près de 14 millions d'habitants, qui s'étend sur près de 2200 km² ! Mais 14% représentent tout de même près de 2 millions de cyclistes urbains tokyoïtes.

22671246988_e3e70fac47_k

Tout comme de nombreuses métropoles dans le monde, posséder une voiture y est très coûteux, ne serait-ce que pour le coût des parkings. Mais les tokyotes favorisent l'utilisation des transports en communs, extrêmement bien développé dans la capitale.

"The Gaman Spirit"¹ est un documentaire réalisé par Joe Baur pour le compte de Streetfilms. Joe est un baroudeur voyageur et fervent défenseur d'un monde sans-voiture. Il promène sa caméra un peu partout dans le monde.

Il est commenté en grande partie par Byron Kidd, un américain expatrié depuis plus de 20 ans au japon et éditeur du blog TokoyoByBike.com. Spécialiste du vélo utilitaire, Byron collabore régulièrement avec les autorités japonaises pour améliorer les infrastructures cyclables.

4119492626_db38cded2d_bToutefois, pour le vélo, les choses évoluent dans le bon sens. Dans Tokyo, l'on croise de plus en plus de "Mama Chari", ses vélos entièrement équipés pour le transport de jeunes enfants (le vélo cargo n'est pas encore très développé).

Le problème reste à faire évoluer les mentalités concernant la dangerosité du vélo en ville. Une grande majorité des cyclistes urbains japonais préfèrent rouler sur les trottoirs pour éviter l'intense trafic motorisé.

Bien que les règles soient aussi strictes pour les voitures que pour les vélos, la police reste très complaisante à ce sujet, et les accidents vélos vs piétons sont malheureusement monnaie courante.

¹ Esprit "Gaman" = "Aller de l'avant", une valeur culturelle qui pousse les gens à aller de l’avant dans leur vie quotidienne, malgré les problèmes.

Crédits photos : Joe Baur / Streetfilms, Byron Kidd / TokyoByBike.com, Jay Walsh, Patrick Rasenberg.

Shopping Vélo urbain

Trouvez votre bonheur chez nos partenaires shopping

Vélo urbain, vélo de ville, vélo hollandais, vélo à assistance électrique, vélo pliant, casque vélo, antivol vélo, protection pluie vélo, vêtements cycliste urbain...

LeCyclo
ProBikeShop
Wiggle FR
Alltricks

Articles relatifs
  • Winfried

    > Tout comme de nombreuses métropoles dans le monde, posséder une voiture y est très coûteux, ne serait-ce que pour le coût des parkings

    Plus que ça :
    - on n'a pas le droit d'acheter une voiture si on n'a pas de parking
    - la vignette auto (remember this?) est coûteuse
    - le contrôle technique est draconien, ce qui oblige à changer plus souvent de bagnole → export de bagnoles japonaises à Vladivostok… où on roule à droite, contrairement au Japon

    > le vélo cargo n'est pas encore très développé

    Et ne se développera pas : l'espace est encore plus compté qu'à Paris. Les mamachari ("chari" = abbréviation de "charinko" = "bécane") est plus compacte et donc pratique (et économique) qu'un bi/triporteur. Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple?

    > Le problème reste à faire évoluer les mentalités concernant la dangerosité du vélo en ville. Une grande majorité des cyclistes urbains japonais préfèrent rouler sur les trottoirs pour éviter l'intense trafic motorisé.

    Je penche plutôt pour, comme chez nous, le refus des autorités de prendre de la place aux voitures. Le Japon est le troisième producteur mondial de bagnoles…