Assises de la mobilité 2017 : priorité aux transports du quotidien

19 septembre 2017

Ce mardi 19 septembre marque le début des Assises de la mobilité. Il s'agit d'une concertation nationale qui s'étend sur trois mois et dont l'objectif est de définir les grandes orientations des futures politiques de transport du pays.

Comme l'avait évoqué le président de la république, l'heure n'est plus aux grands projets nationaux (comme la LGV) car désormais, la priorité est donnée aux transports du quotidien. Il était temps.

En finir avec l'autosolisme

Pour illustrer son propos, le ministère de la Transition écologique à même dévoilé une vidéo illustrée de chiffres, que je trouve, pour une fois plutôt lucide, sur la situation. Elle met notamment en exergue l'autosolisme (1,06 : le nombre moyen de passager par véhicule en milieu urbain) ou encore le fait qu'un vélo se déplace en moyenne plus vite (15 km/h) qu'une voiture en ville (14 km/h).

Cette année, ces assises aborderont six grands thèmes : l'environnement, le numérique, les fractures sociales et territoriales, l'intermodalité, la sécurité et la sûreté et enfin la gouvernance et le financement. Le but étant d'arriver à des transports plus connectés, plus intermodaux, plus soutenables, plus solidaires, plus sûrs et plus propres.

"La marche et le vélo sont des modes de déplacement peu onéreux, rapides, bénéfiques pour la santé et l’environnement. Ils constituent des outils précieux au service de la transition écologique." peut-on lire sur la page du ministère consacrée à la marche et au vélo. On en attendait pas temps. Encore faut-il une politique cyclable courageuse et volontariste.

Pour autant, l'Etat ne cache pas sa volonté pour la bicyclette : Avec le PAMA (Plan d'Action pour les Mobilités Actives), il se fixe l'objectif d'atteindre une part modale nationale de 12,5% d'ici à 2030. C'est très ambitieux, mais pas irréalisable, mais cela ne se fera pas sans contraintes, notamment auprès de nos chers amis automobilistes.

Au quotidien, un Français sur cinq opte pour la marche ou le vélo

L'organisme d'étude CRÉDOC, Centre de Recherche pour l'Étude et l'Observation des Conditions de Vie, vient de publier des statistiques sur les habitudes des français pour la marche à pied et le vélo. Les parts modales sont aujourd'hui respectivement de 14% et 3%. Si ces 17% optent pour un mode de transport non motorisés, ils sont encore 65% à privilégier la voiture individuelle.

On y retrouve des chiffres déjà connus ici, comme le fait que des villes comme Grenoble, Bordeaux ou Strasbourg ont des réseaux cyclables très développés, et atteignent des parts modales vélo de l'ordre de 12 à 16%, contre seulement 4% à Paris.

Les habitants des villes moyennes françaises (20.000 à 100.000 hab.) sont plus à même de privilégier les déplacements actifs (26%) que ceux des agglomérations de plus de 100.000 habitants.

On y apprend aussi, non sans un certain plaisir, que le permis de conduire n'est plus le Saint-Graal à atteindre parmi les jeunes de moins de 25 ans, et qu'ils privilégient les modes de déplacements moins onéreux comme la marche ou le vélo.

Comme nous nous en doutions, l'argument écologique est très loin derrière dans les raisons qui poussent les français à marcher ou se déplacer à vélo. Ils citent en premier lieu le fait de s'aérer et pratiquer une activité physique, mais également le fait de réaliser des économies. Vient ensuite le fait de gagner du temps.

L'infographie complète du CRÉDOC est à découvrir ici.

EDIT : Le gouvernement vient de lancer la plateforme participative dédiée :
Assisesdelamobilite.gouv.fr. Donnez votre avis !

Shopping Vélo urbain

Trouvez votre bonheur chez nos partenaires shopping

Vélo urbain, vélo de ville, vélo hollandais, vélo à assistance électrique, vélo pliant, casque vélo, antivol vélo, protection pluie vélo, vêtements cycliste urbain...

LeCyclo
Wiggle FR
Alltricks

Articles relatifs